Mali : des Assises nationales pour revigorer l’or blanc

Pour la relance de la culture du coton, les autorités politiques maliennes ont initié des Assises nationales sur la filière. Le lancement de cette initiative a eu lieu, lundi 18 janvier 2021, en présence du Premier ministre, Moctar Ouane.

«Le secteur du coton est en crise au niveau mondial, et le Mali premier producteur africain n’y échappe pas. Face à la chute des cours, les producteurs maliens ont jeté l’éponge. Les surfaces emblavées ont chuté des trois quarts, passant de 735 000 hectares lors de la précédente campagne, à 170 000 pour celle à venir. Fatalement, la production va baisser dans la même proportion », remarquaient nos confrères de France Infos dans une publication du 23 septembre 2020.

C’est face au même constat que le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mahmoud a initié les Assises nationales avec pour objectif de rendre la production cotonnière beaucoup plus résiliente, compétitive, rentable et durable tout en veillant à promouvoir la bonne gouvernance au Mali.

« Colonne vertébrale de notre économie »

À travers ces Assises, les autorités politiques maliennes entendent ainsi contribuer à la relance de la culture cotonnière dans le pays. Pour cela, il est hors de question d’attendre plus longtemps. Le démarrage des activités de terrain pour la campagne 2021-2022 est prévu pour le 25 janvier prochain.

« Nul n’ignore la place centrale qu’occupe la filière coton dans l’économie malienne », a déclaré Moctar Ouane, lors de lancement des assises sur le coton. « Outre la création et la redistribution de revenus sûrs et importants aux producteurs de coton, elle contribue à la sécurité et à l’autosuffisance alimentaires, sociales de base dans les zones d’intervention de la CMDT et de l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN), à la dynamisation de multiples branches de l’économie nationale », a-t-il ajouté.

Au cours de cette rencontre, le chef du gouvernement n’a pas manqué de rappeler le rôle que joue la filière coton au Mali. Cette filière « contribue substantiellement aux recettes fiscales et douanières, aux bilans des banques, à la stimulation de l’activité hôtelière, du petit commerce ambulant et à la création d’emploi », a-t-il expliqué.

Selon le ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche « la filière coton est la colonne vertébrale de notre économie ». En effet, le coton constitue l’un des principaux produits d’exportation du Mali.

Baisse de 562 800 tonnes

Malgré cette position hautement stratégique de la filière coton dans l’économie nationale, force est de constater que ce secteur reste fragile face aux fluctuations du cours mondial de la fibre et du prix des intrants agricoles.

Pour rappel, la filière coton au Mali a connu, de 2000 à nos jours, quatre crises majeures. Celle de 2020 aura été la plus emblématique en raison de ses graves conséquences négatives sur l’économie et la sécurisation des moyens d’existence des populations vulnérables. Le tout dans un contexte de changement climatique et de Covid-19, a indiqué M. Ouane. Rappelons également qu’en 2020, la production de coton graine a connu une baisse de 562 800 tonnes au Mali.

Bakary Fomba 

 Source: Phileingora

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *