Malgré les deux voyages d’IBK auprès de THEODORA NGUEMA… Les Maliens maltraités et expulsés de la Guinée Equatoriale

Eviter l’émigration vers la Guinée Equatoriale, c’est mieux pour tout le monde car, que le visa soit délivré par des services consulaires ou non, on n’est pas à l’abri d’un séjour dans leurs geôles avant d’être refoulé comme un malpropre.  Les conditions  inhumaines dans lesquelles ont été récemment expulsés 78 ressortissants maliens en disent long. Et des pays comme la Guinée (Conakry) ont tout simplement choisi de décourager ceux qui tentent de s’embarquer dans une aventure vers ce pays.

ibrahim boubacar keita ibk president malien theodora nguema rencontre visite guinee equatooriale

«Emprisonnés, torturés, dépouillés», voici ce que les 78 ressortissants maliens  ont vécu avant d’être refoulés vers leur pays. La plupart d’entre eux ont d’abord passé plus d’un mois  derrière  les barreaux, dans des conditions inhumaines. C’est le cas de Feundo Koumaré et Sidi Diallo, qui se sont confiés au quotidien  national « L’Essor », pour raconter leur calvaire.

Le jeune Feundo Koumaré, il a été cueilli dans sa tenue de travail. En effet, il se rendait à son lieu de travail, tâché de peinture et portant un pantalon jean déchiré et comme, toutes chaussures, des sandales en plastique. Il a vécu pendant 24 ans en Guinée Équatoriale avant d’être arrêté le 14 mars dernier par les forces de l’ordre équato-guinéennes. Malgré son permis de travail acquis au coût de 9.000 FCFA, il a été embastillé pendant 12 jours, sous le prétexte que ce n’était pas suffisant et qu’il fallait  la carte de séjour qui coûte 600.000 FCFA. C’est par la suite qu’il sera libéré.

Combien sont-ils dans le cas de Feundo Koumaré, nul ne peut dire leur nombre tant ils sont nombreux. C’est d’ailleurs comme si le chemin de l’émigration vers la Guinée Equatoriale menait tout droit en prison. Et cela frappe tous les étrangers qui osent s’aventurer sur cette terre où les conditions pour y séjourner sont quasiment irréalisables.

Dans une de nos prochaines éditions, nous reviendrons sur des témoignages poignants de maliens expulsés malgré leurs papiers en règle. Parfois, selon eux, avec les contrôles de la police, il faut s’attendre à tout. Au fait, nous confient-ils, la Guinée Equatoriale donne l’impression qu’elle ne veut pas des étrangers sur son sol. Même les Gabonais en souffrent alors que Libreville était la destination préférée des Equato-guinéens avant la découverte du pétrole dans ce pays.

Mais pourquoi les services consulaires de ce pays continuent-ils alors de délivrer des visas de séjour tout en sachant que les demandeurs ne pourront jamais remplir les conditions pour obtenir le droit de séjourner en Guinée Equatoriale ? Justement ! Tout récemment a été dénoncée une maffia internationale qui travaille en connivence avec des gens bien introduits dans les ambassades et consulats de ce pays, pour miroiter un Eldorado à de jeunes travailleurs afin de leur soutirer le maximum d’argent pour leur délivrer un visa d’entrée. Pour le reste, ils savent bien que ce sont des candidats à la prison et au retour de façon humiliante dans leur pays. L’essentiel, pour cette mafia, est de s’enrichir. Jusqu’à quand va continuer à durer ce jeu cynique ?

De toute façon, un pays comme la Guinée Conakry a pris récemment des mesures afin de limiter les dégâts. De jeunes candidats à l’émigration vers la Guinée Equatoriale ont été interdits de monter dans l’avion à l’Aéroport de Conakry, malgré l’obtention de leur visa. Après vérification, certains de ces visas étaient de vrais faux sésames alors que presque tout le contingent allait se retrouver en prison une fois à Malabo ou Bata faut de pouvoir répondre aux critères exigés pour être résident.

Ce qui est surprenant : le Mali semble avoir de très bonnes relations avec la Guinée Equatoriale et IBK a effectué deux voyages dans ce pays. Des voyages pour rien ! En tout cas pas pour régler le problème des Maliens émigrés en Guinée Equatoriale.

Djibi

 

Source: La Sentinelle

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.