Malaise dans la majorité présidentielle : «Les propos de Tréta n’engagent pas le Rpm», selon Boulkassoum Haïdara, président de la CMP

 boulkassoum haidara president conseil economique social culturel cesc majorite presidentielle rpm  Le président Haïdara a beau tenter de rectifier le tir maladroit de son Secrétaire général, Bocari Tréta, la confiance entre les différentes composantes de sa mouvance semble difficile à reconquérir

Après les malencontreuses déclarations du Secrétaire général du RPM, Bocari Tréta, à la faveur d’une de ses sorties dans les structures de la capitale, les partis politiques de la majorité présidentielle se retrouvés, la semaine dernière, dans le cadre de leurs rencontres périodiques statutaires autour du président, le Dr. Boulkassoum Haïdara. Le conclave s’est déroulé comme d’habitude au siège de la mouvance pro-IBK où il a donné lieu à un tour d’horizon habituel de l’actualité national ainsi qu’à des échanges incontournables sur la situation interne de la CMP.

À en croire une source bien introduite, le président de la majorité présidentielle en a profité pour entretenir les représentants des partis alliés sur une instruction reçue du président de la République d’interrompre sans délai toute démarche en rapport avec le grand meeting annoncé en son nom.

Intervenue dans la foulée d’une récente sortie mitigée du Secrétaire général du Rpm, Bocari Tréta, la rencontre de la CMP a également donné lieu à une clarification des rapports entre ses composantes. En effet, lors de la série de prises de contacts avec la base, l’ancien ministre Rpm du Développement rural, en émettant implicitement des réserves sur l’accompagnement des autres partis de la mouvance, a aussi exprimé les intentions de sa formation politique de mener en solitaire la bataille du second mandat pour IBK en 2018. Cette attitude peu conviviale et inamicale, de la part d’une locomotive de la mouvance présidentielle, n’a pas manqué de dominer les échanges à la dernière rencontre de la Convention de la Majorité Présidentielle.

Et, face à la vague de déceptions et de récriminations suscitée chez les alliés, Dr. Boulkassoum Haïdara, président de la CMP doublé du titre de premier responsable du Rpm, s’est senti en devoir de présenter ses sincères excuses pour l’indélicatesse caractéristique des propos perçus comme une discourtoisie.

Le chef de file de la mouvance présidentielle ne s’est point arrêté en si bon chemin. Notre source indique, en outre effet, qu’il a saisi l’occasion pour affirmer haut et fort qu’il est et demeure la principale voix autorisée du parti majoritaire et que «les propos du Secrétaire général Bocari Tréta n’engagent pas le Rpm». En se désolidarisant de ses allégations, Il tenu également à rassurer ses partenaires de veiller à ce qu’un incident similaire ne se reproduise plus.

Un air de rachat par la maladresse

La réaction de M. Haïdara, selon des sources concordantes, lui a été aussi inspirée par le torrent d’interpellations des alliés politiques, qui pour certains, n’ont pas attendu le rendez-vous traditionnel de la CMP pour exprimer leur indignation suite aux déclarations inélégantes du Secrétaire général du Rpm. Apparemment emporté par l’ardent désir de se maintenir sur la scène publique malgré la tombée du rideau consécutive au changement de gouvernement , Bocari Tréta rate rarement une occasion de se mettre en exergue, depuis sa sortie de l’équipe de Modibo Keïta. L’ancien ministre du Développement rural a ainsi organisé la résistance au siège du Rpm et tire allègrement profit de l’animation de ce parti pour les besoins d’un double dessein : attirer les projecteurs sur sa personne au détriment des adversaires de la même famille politique et rebondir de la disgrâce où il est tombé depuis sa brouille avec IBK.

Pour ce faire, le Secrétaire général, qui traine le gênant boulet du dossier de l’engrais frelaté, n’a trouvé mieux que de s’illustrer par le zèle dans la défense d’IBK et de son bilan. Quoiqu’il ne soit plus en odeur de sainteté avec Koulouba, sa tendance à donner une leçon de loyauté politique prend des allures de griottisme et ses maladroites sorties publiques agacent les soutiens de celui au nom de qui il prétend se battre. Car, pour prouver son utilité en dehors du gouvernement, Bocari Tréta ne se suffit plus de défendre becs et ongles les aspects les moins enviables du bilan présidentiel. Il lui arrive aussi de s’enivrer d’euphorie au point d’émousser l’ardeur de ceux qui ont librement consenti à accompagner le pouvoir dans un contexte où celui-ci a plus besoin de boussole que de bouclier.

Ce faisant, le Secrétaire général du Rpm, en se battant pour retrouver les bonnes grâces, risque de mettre le feu à la fois à la majorité présidentielle et au pays tout entier car il est en même temps l’auteur de propos plus agressifs à l’endroit de l’opposition accusé de fomenter un renversement du régime.

La Rédaction

Source : Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *