Mahamane Mahalmadane TOURE, membre du comite exécutif du parti Adema Pasj et secrétaire général de la section commune VI

« La démocratie malienne est à la recherche de ses lettres de noblesse » « L’esprit qui se développe aujourd’hui est l’antipode de toute éthique morale et tend inexorablement vers une course effrénée d’accaparement de tout » Mahamane Mahalmadane Touré, nous parle de la section VI du parti et fait une analyse critique de la gouvernance du pays.

parti politique adema pasj logo

Mali-Flash : Comment se porte la section VI Adema- PASJ, quelques années après le difficile renouvellement du  bureau ?

Mahamane Mahalmadane Touré : « La section Adema- PASJ de la Commune VI se porte bien malgré les difficiles conditions de renouvellement.  Les raisons sont multiples, mais nous citerons entre autres : la représentativité du parti sur le territoire est perceptible et les réflexions sont  en cours pour occuper certaines poches ; l’animation  et la conduite du bureau de la section sont conformes à la vision du Parti (les valeurs et les principes) et les règles  de conduites du groupe sont  fondés sur le  leadership et le  management ;  la régularité dans la tenue des réunions statutaires du bureau de la section et sa présence aux évènements sociaux marquant la vie des militants et du Parti au plan national ;  la reconnaissance de la section comme autorité politique légitime par l’ensemble des membres de la section et des différentes sous-sections, et que tout débat sur cet aspect est caduc ;  l’esprit d’équipe et d’un destin commun pour la réussite de l’entreprise politique sont ressentis par les membres du bureau .

Quelle lecture faites-ous de la gouvernance ainsi que de la démocratie malienne ?

Mahamane Mahalmadane Touré : « La Gouvernance actuelle de notre pays est exécrable.  Elle est le reflet du comportement et des méthodes de gestion peu orthodoxes des acteurs politiques et des cadres au sommet de l’Etat. Les cadres et les fonctionnaires de l’Etat  emboitent le pas aux premiers, car l’esprit qui se développe aujourd’hui est l’antipode de toute éthique morale et tend inexorablement  vers une course effrénée d’accaparement de tout. La compétence, l’intégrité morale, la conscience professionnelle et  le mérite sont relégués au second plan. La démocratie malienne est à la recherche de ses  lettres de noblesse ; elle balbutie et se retrouvera à travers une prise de conscience généralisée qui commence à se faire sentir aux niveaux des acteurs politiques  du mouvement démocratique originel.

La gestion du pouvoir d’Etat par l’Adema – PASJ de 1992 à 2002, dans certains secteurs comme l’éducation et la gestion de la crise du Nord, ont laissé des taches noires, indélébiles   qui sont à analyser froidement pour l’avenir. Les conséquences des crises de rebellions cycliques et la crise politico-sécuritaire que le Mali a connue,  ont fortement contribué à la fragilisation de notre processus démocratique. La démocratie est une construction de longue haleine, marquée par des péripéties de remise en cause et des balbutiements souvent périlleux. Son ancrage nécessite un regroupement des forces sociales et progressistes et un  consensus sur les questions majeures de la Nation. Elle est la seule voie de sortie qui vaille pour nous .

Mali-flash : Que pensez –vous de la mise en  place des autorités intérimaires ?

Mahamane Mahalmadane Touré : « La mise en place des autorités intérimaires est un mal nécessaire, le cadre juridique est déjà balisé à travers les différentes modifications intervenues au niveau  de la loi sur la libre administration des collectivités territoriales. La mise en place des autorités intérimaires obéit à des critères déjà énoncés dans la loi. Mais le piège à éviter vaille que vaille, c’est sa généralisation à l’ensemble des communes,  des cercles et des  régions du Nord. Elle n’est faisable et réalisable que dans les zones où les collectivités ne fonctionnent pas et là ou l’administration et les services sociaux de base sont absents. L’Etat  aura des avantages certains. D’abord sa présence physique sur le terrain à travers l’administration et les services sociaux de base ; ensuite la présence des forces de sécurité sur le terrain et l’affirmation de notre souveraineté sur le territoire ;  enfin la renaissance de l’Etat dans ces zones.

Mali-Flash : Faites – nous un bilan à mis parcours de votre mandat, en termes d’acquis et de progrès ?

Mahamane Mahalmadane Touré : «  Le bilan à mis parcours du mandat  est  satisfaisant.  Il y a eu des acquis  et des progrès indéniables dans la conduite et dans l’approche de la gestion de la section. Beaucoup d’efforts sont mis sur la nécessité d’intérioriser les valeurs  et les principes du parti lors des réunions du bureau de la section et  les militants au centre des préoccupations et des questions majeures du Parti (le chantier de construction du siège de la commune VI, la rentrée des cotisations, l’Hymne du Parti…). Les acquis sont aussi l’espoir et la renaissance d’un leadership à l’écoute des militants et de la victoire à réaliser en termes d’équipe. Les souvenirs d’une gestion censitaire  et celle patrimoniale de la section sont des reliques de l’histoire du Parti en commune VI.  Quant au bilan de notre compagnonnage avec le pouvoir actuel, il est à revoir pour l’intérêt supérieur du Mali, du Parti et de notre propre existence.

Mali-Flash :   Et votre mot de la fin ? 

Mahamane Mahalmadane Touré : « Nous devons redoubler d’efforts et jouer notre partition dans la refondation du Parti. Le pouvoir suprême, pour lequel nous nous battons est à porter de mains.  Unissons – nous, nous sommes la force alternative pour remettre le Mali dans le concert des nations respectées et respectables.

Propos recueillis par NGolo Coulibaly

Source: Mali-Flash

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.