Lutte contre la corruption : L’ultime avertissement d’IBK !

Très conscient de la confiance placée en lui par le peuple pour pouvoir répondre à ses attentes, le président Ibrahim Boubacar Kéïta a désormais le couteau sous la gorge. Afin d’honorer sa parole donnée, son engagement pour le renouveau du Mali, il va lutter efficacement et sans complaisance contre la corruption, la délinquance financière et le laisser-aller. D’où cette sortie avec fracas ce jour béni de l’Aïd-el-fitr à Koulouba. C’était lors de sa rencontre avec le gouvernement, des religieux, des ambassadeurs et plusieurs autres personnalités.

A la croisée des chemins, le Mali, qui est en train de sortir d’épreuves palpitantes a besoin d’Hommes de conscience, dévoués pour la patrie.
En effet, à l’issue de la présidentielle de 2013, ils sont plus de 77% de nos compatriotes à avoir placé leur confiance en IBK. Afin qu’il puisse réaliser leur rêve d’un Mali nouveau. Deux ans après, ils restent tous sur leur faim. Pourquoi ?
A notre entendement, la gestion des affaires publiques demande un engagement patriotique. Il faut des hommes décidés à relever le défi et non ceux qui ne pensent qu’à se faire la poche. Homme de conviction, IBK en personne aime sa patrie. Mais, depuis son accession au pouvoir, il est confronté à des choix qui ne lui ont pas été d’utilité. Finalement, il patauge.
Alors, pour finir avec la récréation, ayant fait la part belle à toutes et à tous, la famille, les amis, les alliés, les partenaires, il semble prendre la mesure idouane de la situation. C’est pourquoi, il est sorti de sa réserve. Il est obligé avec le soutien de son aîné Premier ministre, même de l’opposition constructive, de se débarrasser des hommes comme Bocary Tréta, Sada Samaké, de certains proches des proches et puis des alliés encombrants. Sinon, personne ne peut dire aujourd’hui que Abdel Karim Konaté, Housseyni Guindo, Choguel K. Maïga, Dramane Dembélé n’apportent pas leur marque à l’édification d’un Mali nouveau. Ils valent mieux sur toute la ligne que certains ministres Rpm bon teint.
IBK, SOUCIEUX
C’est connu, c’est su de tout le peuple du Mali, Modibo Kéïta, l’actuel Premier ministre a la fibre patriotique dans le sang. Malgré son âge, il reste imperturbable et toujours prêt à se sacrifier pour le Mali. En reconnaissance à cet homme et voulant qu’il soit un exemple pour la réalisation de ses ambitions, IBK monte au créneau.
« Monsieur le Premier Ministre,
Le travail fabuleux que vous avez accompli en les diverses tâches, où nous vous avons commis, sont d’évidence avérées.
La première a été de nous organiser en Alger des pourparlers. Vous l’avez fait de si belle et si brillante façon, que vous êtes aujourd’hui en la qualité qui est la vôtre avec notre confiance absolue. Vous êtes un homme d’une loyauté parfaite, Monsieur le Premier Ministre : sans calculs, sans agenda caché, sans malice, tout dédié au Mali, tout dévoué au Mali.
Plaise au Ciel que ce soit le cas de tous vos collaborateurs. Plaise au Ciel que ce soit le cas de tous ceux qui vous entourent et qui m’entourent.
« Tu as prouvé assez ton sentiment vis-à-vis de ce pays et de ce peuple. Souhaitons qu’il en soit de même pour tous ceux-là qui vous entourent.  Qu’ils soient d’égale imprégnation patriotique, nationaliste, d’oubli d’eux-mêmes et de leurs petits ego, et de dédicace entière à la République du Mali.
En tout cas tel sera dorénavant le critère absolu de compagnonnage, tel sera dorénavant le critère absolu de compagnonnage.
Pas une loyauté à IBK (ce n’est pas son problème), mais une loyauté d’acier, d’acier trempé, à la République du Mali dont le sort seul nous importe.
Quand un peuple fait confiance à la hauteur qui a été la nôtre nous n’avons pas le droit de décevoir, d’aucune façon. Et nulle considération ne pourrait et ne devrait vous entraîner à cela, à l’oubli de l’essence de votre mission.
Que chaque jour qui passe Allah (SWT) m’inspire profondément et me fasse me répéter ce tour du Triomphe. Dans la Rome ancienne, quand le Général vainqueur revenait sur le Forum pour le tour de la victoire montait sur le marchepied de son char, un servant dont le rôle était de dire, comme un disque, « Au jour où Rome te fait l’égal des Dieux, souviens-toi que tu n’es qu’un homme. Souviens-toi que tu n’es qu’un homme » cela sans discontinuer et c’était son rôle : appel à la modestie, mais aussi à la charge, au devoir.
Tels nous nous concevons, tels nous souhaitons que l’on soit autour de nous.
Je le dis avec gravité et avec solennité, face au peuple malien : chacun répondra devant l’histoire de ce peuple de ce pays et devant nous de son degré d’engagement patriotique, de sa loyauté à accomplir parfaitement et totalement les missions assignées.
Nous serons sans aucun état d’âme. »
Soucieux de répondre la tête haute et de lutter contre les maux déjà connus tels que la gabegie, le vol, la corruption, la délinquance financière, IBK est décidé à agir avec la dernière rigueur. Il le dit et fait son ultime avertissement. « Le temps du travail, bien fait, et honnêtement fait, pas au préjudice du Mali, parce que moi je veux des dividendes, je veux des rétro-commissions Non!!! Non!!!
Je serais impitoyable désormais.
Des rétro-commissions sur le dos du Mali? Dans un domaine où il y a un besoin avéré? Mais c’est criminel simplement, et ça mérite le traitement réservé à un criminel, à un criminel.
Et ce sera ainsi, Monsieur le Premier ministre, Inch’Allah. Je nous sais en accord parfait là dessus.
Trop de dérives, trop! Il suffit!
Je pense tout a été dit, et l’on verra le maçon au pied de l’ouvrage, Inch Allah. »
Boubacar DABO

 

Source: Zénith Balé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.