Long périple d’IBK en 3ème région : Le président met fin aux rumeurs sur son état de santé

ibrahim boubacar keita president malien ibk visite voyage cortege presidentiel garde corps foule

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, est rentré hier en début de soirée de son périple sikassois, qui l’a conduit dans plusieurs Cercles de la 3ème région. Les cinq jours passés aux côtés des populations trahissent deux rumeurs qui avaient pignon sur rue ces derniers jours à Bamako. D’abord les spéculations sur l’état de santé du Président et sa capacité à vivre loin de son confort de Palais. Les nombreuses inaugurations et poses de premières pierres donnent la preuve que la mise en œuvre du projet de société présidentiel marche désormais à grand pas. Les septiques, comme les détracteurs du kankélentigui, peuvent continuer à déchanter, pardon à délirer, le mandé massa avance tête baissée confirmant lentement mais surement les sondages de 66 % de Maliennes et Maliens qui lui font toujours confiance, selon le dernier sondage de Mali mètre.

Est-il besoin de rappeler que cette enquête d’opinion a été réalisée par un Institut aussi indépendant que la Fondation Friedrich Ebert. La preuve, tout Sikasso s’était mobilisé durant les cinq jours pour lui réserver un accueil à la taille des évènements. Partout, où il s’est rendu. Les réponses qu’il a également amenées avec lui dans ses bagages étaient proportionnelles aux attentes.

Pour preuve, il a posé la première pierre de beaucoup d’infrastructures de développement (sanitaires, professionnelles, agricoles, etc.) et procédé à l’inauguration de nouvelles réalisations. Le long périple du président et sa forte délégation en 3ème  région n’a pas du tout été une promenade de santé. Il a inauguré beaucoup d’infrastructures socio-économiques de transports et de désenclavement, de Centre de formation et de Centrale thermique. Il a également procédé à la pose d’autres équipements sociaux.

La rédaction

 

Source:  Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.