Litige foncier à Bolibana : La jeunesse ADP-Maliba à la rescousse de la famille Diakité, victime de démolition

Le président des jeunes de l’Alliance démocratique pour la paix (ADP-Maliba), Cheick Oumar Diallo (COD), accompagné d’une forte délégation s’est rendu, le mercredi 24 juillet 2019,  au chevet de la famille Diakité à Bolibana, victime des conséquences désastreuses  d’un litige foncier. Le jeune leader a profité de cette visite pour faire  un geste symbolique à la famille et interpeller  les plus hautes  autorités.

 

C’est en fin d’après-midi du mercredi 24 juillet, que Cheick Oumar Diallo (COD), président du mouvement national des  jeunes du parti de Aliou Boubacar Diallo (ADP-Maliba) s’est  rendu à Bolibana, en  plein centre-ville de la  capitale,  pour constater les dégâts causés par la démolition de la famille Diakité .  Sur place, le désastre était visible partout, une maison entièrement démolie, certains biens et objets sous les débris, la voie publique  occupée, des chambres à ciel ouvert en cette saison pluvieuse, etc.    La scène donne l’impression d’une catastrophe naturelle, mais non, au contraire c’est l’œuvre de la justice ou de l’injustice  entre des personnes qui ont,  un moment donné, vécu dans une parfaite harmonie de voisinage. Cheik Oumar Diallo, après avoir  constaté toute la dimension des  dégâts,   a tenu à faire  un geste symbolique en guise de réconfort et de  soutien à  la famille concernée   qui se trouve dans le  grand besoin. Les membres de cette  famille Diakité ainsi que les voisins sortis nombreux  ont manifesté leur joie face à ce geste combien de fois réconfortant dans une telle situation de tragédie. Mais, Diakaridia  Diakité, l’ainé de la famille et frère Bani Diakité n’ont pas manqué de briffer le public présent sur  l’étendue de la situation dans cette affaire qui les oppose à Alfousseyni Maïga, délégué au ministère des Affaires étrangères.

Le paradoxe dans ce  litige qui a commencé depuis 2008, est,  d’après les documents à leur procession, la tenue de  deux jugements le même jour, dans une même et seule affaire, l’annulation d’un titre foncier de l’État au profit d’un   permis, la vente aux enchères du domaine concerné  à l’insu de l’une des parties au conflit et le rachat  de ladite  parcelle mise aux enchères  par une des parties au conflit, toujours selon leurs dires,  à l’insu de l’autre partie au conflit. Les frères Diakité se disent confiants  de la légalité de leurs documents et interpellent les  autorités politiques et administratives à voir au clair cette situation qui commence à mettre un sérieux doute, quant à  la crédibilité de la justice malienne. En tout cas, ils se disent prêts à engager  tous les voies et moyens légaux pour que soit rendue la justice dans cette affaire.

De son côté,  Cheick Oumar  estime que cette situation est une situation de détresse pour une famille de  quitter une localité où elle a pratiquement tout construit (des habitudes et repères). Et cela, selon lui, dans le cadre d’une procédure judiciaire scandaleuse où tout est confus. Pour lui, l’urgence est aujourd’hui de trouver une solution de recasement à ces personnes,  en très grande fragilité dont certaines sont aussi très âgées, en  les  mettant  à l’abri de  la  saison pluvieuse en cours. C’est pourquoi il a appelé le gouvernement à s’intéresser  de plus à cette question et a promis  également de rapprocher toutes les autorités compétentes y compris les représentants du peuple à l’Assemblée nationale, afin  qu’ils interpellent  le gouvernement sur  cette question. Au-delà, il a aussi indiqué de faire son mieux en médiatisant au maximum ce cas pour   que le problème foncier qui devient de plus en plus récurent au Mali soit pris à bras le corps, par les plus hautes autorités, afin qu’il ne soit pas la future bombe sociale au Mali.

ISSA DJIGUIBA

Source : Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *