L’interpellé : Le président de l’Assemblée Nationale

La démolition des maisons à Souleymanebougou sur instruction du ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mohamed Aly Bathily, continue de hanter les esprits. Mais curieusement, les élus de la nation, censés représentés le peuple, n’ont pas levé le petit doigt. Pourtant, la loi leur permet d’interpeller le ministre. Même, ceux de l’opposition n’ont pas daigné poser un acte contre le ministre Bathily sur ses agissements (inhumains) dignes de l’époque gréco-romaine.

C’est pourquoi, nous interpellons l’ensemble des députés du Mali (majorité et opposition), à travers le président de l’Assemblée Nationale, sur le rôle qui est le leur au sein de l’hémicycle : la défense du peuple. Et attendons d’eux des explications sur le désintérêt manifeste sur cette situation extrêmement grave pour qu’aucun élu ne prenne la responsabilité d’interpeller le gouvernement. Alors :

 

1 Quelle appréciation faites-vous de ces démolitions arbitraires (car des maisons de certains dignitaires auraient été épargnées) ?

2 Une enquête parlementaire a-t-elle été ouverte autour de cette affaire afin d’en situer les responsabilités ?

3 Les victimes des casses ont-ils été approchés par l’Assemblée Nationale ?

4 Pourquoi la démolition a été stoppée ?

5 Une interpellation du gouvernement est-elle prévue sur cette question qui interpelle l’ensemble des parlementaires?

 

L’interpellation est une des prérogatives de chaque député pour corriger une injustice ou éclairer l’opinion nationale sur une situation donnée. Ce n’est pas une « arme » pour régler des comptes politiques, mais plutôt pour protéger son peuple contre les dérives de l’exécutif. Au-delà des maisons démolies et des milliards de FCFA transformés en poussière, des citoyens maliens ont tout perdu. Est-ce normal qu’en un jour, on détruise des efforts de plusieurs années ? C’est tout le sens de cette interpellation.

IM

 

Source: L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.