Lettre ouvert a Ibrahim Boubacar Keïta

Dans cette correspondance dont copie nous a été adressée, M. Pampalan, connu pour ses vérités sans hypocrisie comme certains et non les moindres qui travaillent avec IBK, donc un fin connaisseur de l’actuel locataire de Koulouba, ne passe pas quatre chemins pour donner ses conseils et met en garde le Président de la République sur sa façon de diriger le Mali depuis son « intronisation » en septembre 2013, à ce jour. Lisez plutôt !

ibk ibrahim boubacar keita president republique mali

« Il y a changement dans le mauvais sens »,  a martelé Pampalan
« Cette lettre, bien que s’adressant à la même personne Monsieur Ibrahima Boubacar KEÏTA, comporte deux volets :
–    Un premier volet adressé à IBK
–    Un deuxième volet adressé au Président de la République du Mali.

A.    Lettre adressée à I.B.K

Elu I.B.K
C’est avec ferveur que nous avons voté pour vous lors de la dernière élection présidentielle.
Votre éclatante victoire n’était pas subordonnée au fait que vous étiez le plus beau des candidats, ni le plus riche. C’était la manifestation de la confiance que le peuple avait envers vous.
IBK était la certitude du changement
C’était la certitude du changement que vous auriez pu lui apporter. C’était surtout que ce peuple comptait sur vous pour leur apporter leur dignité. Voilà les raisons pour lesquelles tout le monde, pour une fois, est sorti sans contrainte. Sortir pour aller voter I.B.K. Les vieux, les handicapés, les hommes, les femmes et les jeunes tous n’avaient qu’un slogan : I.B.K, le vote utile.
Souffrez donc I.B.K, qu’un de vos admirateurs, issu de ce peuple et dans la mouvance de ce peuple qui a voté pour vous, se permette de vous faire les remarques suivantes :
Il y a changement dans le mauvais sens
1)    Changement ! changement ! Il y’a bien un changement mais dans la continuité et dans le mauvais sens Eh oui ! La corruption, la spéculation foncière, la concussion, l’excès des pouvoirs, j’en passe, tous ces maux ont encore de beaux jours devant eux. Plus forts et plus visibles qu’avant. Où est le changement, si ce n’est pas dans la continuité et dans le mauvais sens.
La dignité du malien se perd de plus en plus
2)    La dignité du malien se perd de plus en plus. Elle se perd tellement que nous n’avons même plus de valeur. Sinon, comment comprendre que de Investisseurs, avec des actions de 14 cents à la bourse (≈ 70 FCFA) donnent plus de valeurs à leurs actions qu’à la vie humaine du malien ?
Deux Ministres sur la sellette
3)    Et pire, cela est cautionné par deux de nos Ministres, des Ministres qu’on dit proches de nous. C’est ce qui se raconte et ça ne vient pas de moi. Je ne fais que répéter les « ragots » du peuple. Seulement, très cher I.B.K, au moment où nous (le peuple) commençons à voir une lumière pointée dans les négociations avec nos frères du Nord, est-ce le moment de créer des mécontentements dans le Sud-ouest minier ?
On a souvent besoin de plus petit que soi
Très cher Kôrôké I.B.K, acceptez qu’un puîné puisse vous donner un conseil. On dit qu’on a souvent besoin de plus petit que soi.
Quand le dôgô est dans le peuple, il est de son devoir de « rapporter » à son grand frère, les dérapages qui lui sont cachés.
I.B.K, sans mettre en cause vos choix, je crois qu’un petit regard sur les actions de vos Ministres, ces temps-ci, s’impose. En tout cas, certains de nos Ministres. Vous serez désagréablement surpris. Oui, désagréablement car autant vous, vous dites être dans l’objectif du bien-être du Mali, autant certains Ministres assimilent les maliens à des moins que rien qu’il faut « mater » à l’occasion.
IBK doit savoir taper à la bonne porte
Renseignez-vous rapidement sur la situation. Mais sachez taper à la bonne porte. Le mal est immense et les complicités très soudées. Après le stade des renseignements, parlez au peuple, ce peuple qui, même s’il commence à avoir des doutes, compte encore sur vous.
Qu’Allah nous aide !

B-    Lettre adressée à Monsieur le Président de la République du Mali

« Le peuple malien a décidé de faire front commun avec vous »
Excellence, Monsieur le Président,
Tout le Mali suit, avec grand intérêt, ce que vous faites pour le retour de la Paix dans le Nord du Mali.
Si au départ nous avons assisté à beaucoup de récriminations, après les différentes rencontres avec les forces vives de la Nation, le peuple malien, comme à son habitude, a décidé de faire front avec vous.
Mais attention, Monsieur le Président ! La Paix, elle doit être générale. Elle doit être là, sur toute l’étendue du territoire. Pas le Nord seulement.
De source sûre, nous savons que les actions menées par certains Ministres et Hauts Responsables dans les zones Sud-ouest du Mali, risquent très sérieusement de mettre en cause la quiétude de cette partie du Mali.
Prendre des armes contre les forces de sécurité
Le risque pour les régions Sud-Ouest, de prendre des armes contre les forces de sécurité, dans l’exercice de leurs droits sous le pacte International relatif aux droits civils et politiques, est très élevé. Ce risque est lié aux provocations de les chasser des placers (qui est un espace de rétention des candidats potentiels pour être des organisations multinationales d’extrémisme violent).
Urgence de faire des consultations
Excellence, Monsieur le Président, il est très urgent de faire des consultations, vous même, autour du problème. Je précise vous-même pour 3 raisons :
1)    Parce qu’aucune communauté de localité des zones minières ne fera confiance ni au Ministre en charge des Mines (encore moins à ses envoyés), ni au Ministre de la sécurité, ni aux forces de sécurité (leurs bêtes noires).
2)    Parce qu’en vous, les villageois croient ! Cette confiance est très importante au stade actuel de la situation.
3)    Parce que vous êtes le dernier recours, l’ultime recours, le recours suprême.
Le temps presse, Monsieur le Président.
Profonds Respects.

–    Le « dôkôni » attend la réponse du kôrôké
–    Le citoyen attend la réaction du Président de la République ».

NB : Les intertitres sont de la rédaction.
Vieux Pampalan

SOURCE: Mali Demain  du   8 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.