Lettre démission de l’ex-premier ministre Oumar Tatam Ly : Il dévoile presque tout

Ils voulaient sa tête. Il la leur rendit, mais avec élégance. Dans sa lettre de démission adressée au Président de la République et dont nous avons reçu copie, le démissionnaire explique par des  mots à peine voilés, les raisons de son choix. Décryptage !

 oumar tatam ly premier ministre malien

 

«Au regard des dysfonctionnements et des insuffisances… qui réduisent grandement sa capacité… environnement institutionnel devenu moins favorable (…) au sortir des élections législatives»… Les expressions utilisées par le démissionnaire sont riches en sous-entendus.

 

Selon toute évidence, M. Oumar Tatam Ly subissait une forte pression, on le sait désormais, de la part des caciques du RPM, voire de la famille présidentielle. Ses marges de manœuvres s’amenuisaient de jour en jour au sortir des législatives. Désormais fort de sa majorité au forceps, le parti présidentiel a estimé avoir un droit inaliénable sur le fauteuil du premier ministre. Le secrétaire Général du parti, Bocary Téreta en l’occurrence, lorgnait le poste en question. L’enfant prodige aussi (entendez Karim Keïta dit Katio) n’est pas demeuré en reste. Il voulait en effet faire occuper le fauteuil par un des siens. Ses relations avec le premier ministre se sont fortement dégradées au point d’apparaître au grand jour. Le démissionnaire reçut par exemple des critiques du député par voix de presse, pour s’être rendu à Koulikoro en hélico.

 

Dans les coulisses, l’on parle d’une liste de personnes proposée par Karim pour être recrutées dans la fonction publique. Suggestion rejetée par le Premier ministre.  Et Katio promit de s’en souvenir.

 

En clair, l’atmosphère était désormais délétère. Et le premier ministre se trouvait dorénavant entre deux feux : d’un côté le secrétaire Général du parti RPM et de l’autre, le chérubin d’IBK et non moins député à l’Assemblée Nationale et dont les parents et amis siégeant au sein du gouvernement préféraient s’en remettre à lui qu’au PM.

 

M. Tatam Ly suggéra donc à son employeur de procéder à un remaniement afin de desserrer l’étau. Il n’eut pas l’aval du boss : «Je n’ai pas pu vous convaincre de la nécessité de ses évolutions lors de nos entretiens des 2, 3 et 16 Mars ainsi que du 04 Avril 2014», peut-on lire dans sa lettre de démission.

 

Vu sous ce prisme, M. Tatam Ly a été bel et bien lâché par son employeur. Mais pas question pour lui de se gratter l’échine. Puisqu’ils voulaient son fauteuil, il décida de le leur rendre en toute simplicité mais avec beaucoup de dignité. Mais comme voulant se racheter, le président de la République s’abstint de faire plaisir aux adversaires du démissionnaire dont son propre rejeton. Il leur préféra Moussa Mara, président du parti YELEMA, celui-là même qui lui a donné du fil à retordre lors des législatives de 2007.

 

En clair, la lutte continue dans la mesure où l’objectif du camp présidentiel est loin d’être atteint. Mais le nouveau PM a la chance d’être un homme politique, habitué au jeu.

 

B.S. Diarra

 

 

 

Oumar Tatam Ly

 

Premier Ministre                                                       

Bamako le 05 Avril 2014

Excellence Monsieur le Président de la République

 

 

Au regard des dysfonctionnements et des insuffisances que j’ai relevé dans la marche du gouvernement, qui réduisent grandement sa capacité à relever les défis se présentant à lui, il m’est apparu nécessaire de lui imprimer au sortir des élections législatives, dans un environnement institutionnel devenu moins favorable, des évolutions propres à lui conféré davantage de cohésion et à lui doter de compétences accrues lui permettant de mettre en œuvre des changements tant attendus par vous-même et par le peuple malien.

 

Je n’ai pas pu vous convaincre de la nécessité de ses évolutions lors de nos entretiens des 2, 3 et 16 Mars ainsi que du 04 Avril 2014.

 

En conséquence, en considération de ses vues différentes qui ne me mettent pas dans la position de remplir la mission que vous m’aviez confiée, je suis au regret de vous présenter ma démission du poste de Premier Ministre du Gouvernement de la République du Mali.

 

Je vous prie de croire Excellence, monsieur le Président de la République, en l’expression de ma très haute considération.

Oumar Tatam Ly

SOURCE: La Sentinelle
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *