Les mesures controversées d’un discours non assumé

Très attendu dans l’Édition de 20 h de l’ORTM, l’adresse à la Nation du Président de la Transition, son excellence le soldatesque Bah N’DAW, n’a pas finalement eu lieu, ce lundi 30 Novembre 2020. Une annulation tardive qui n’a pas empêché les réseaux sociaux de partager le discours prématurément posté par les soins de la présidence. Sans attendre l’adresse officielle, la toile s’est enflammée contre ces mesures présidentielles (couvre-feu, fermeture des marchés et des écoles) jugés improductives. « Une fois que vous l’aviez annoncé sur votre page, il fallait tenir ce discours. Même s’il fallait changer le contenu du discours par un message de sensibilisation sur la vitesse de propagation du virus. Ne pas vous adresser à la nation a été une erreur », accuse un internaute.

 

Mali Héré Kodo : sinon, on voyait un relâchement des nouvelles autorités du Mali alors que le mal est toujours là et fait des ravages.

Ibrahim Dit Chappé Coulibaly : si vraiment il veut se faire détester et voir les Maliens sur son chemin qu’il instaure ce couvre-feu et qu’il ferme nos écoles.

Mamadou Coulibaly : on ne veut pas de confinement, son Excellence.

David Krabsone Keita Karaba : M. le Président, l’heure n’est pas au couvre-feu, la population ne pourra pas supporter. Obliger plutôt le port du masque par tout et surtout dans les lieux publics. Sinon, vous risquerez de tomber dans le même piège que le régime défunt. Je soutiens la transition dans toutes ses initiatives, mais il faut signaler ce qui peut la conduire en faillite.

Camarade De Lutte Victorieux : pas de couvre-feu dèh, ne fermez pas nos restaurants ni nos buvettes, cabarets et nos cafés.

Fayçal Ousmane Touré : le covid-19, c’est entre vous là-bas. À la province, ça n’a rien à voir avec nos écoles/universités. Et en bon étudiant, on sait qu’il y a un fonds d’où il faut jouer. Mais du moins, ne mettez pas en retard dans la recherche.

M’badialla Safiatou Keita : de zéro à deux cas par jour, on est arrivé à plus de 90 cas par jours, vraiment il faut prendre des mesures à la hauteur de cette évolution dramatique.

Mohamed Ali : il fallait nous dire que vous allez faire un discours d’ouverture des concours d’entrée à la fonction publique. COVID-19 ne tue pas plus que le desespoir.

Boureïma Doumbo : décidément, peu de choses auront changé dans ce pays-là. Cette histoire de coronavirus, il est temps qu’on ouvre nos yeux. Et aveuglés par la recherche à ressembler et à faire systématiquement ce que font les autres.

Aliou Maïga : si les marchés et mosquées restent ouverts, alors il faut sursoir aux autres mesures restrictives et mettre l’accent sur les mesures de prévention. Il faut même prévoir des sanctions contre ceux qui enfreindront les mesures. Tant que les mosquées et marchés resteront ouverts, il ne sert pas à grand-chose d’instaurer le couvre-feu.

Sada HaSsimii : je suppose que 20 h n’est pas arrivée chez Ba N’daw. Les autorités se moquent de nous. Comment dire quelque chose et ne pas le faire. Déjà, ce faux discours montre leur visage.

Mohamed Demba : son excellence M. le président Bah NDAW, un chef n’est pas un chiffon. Il faut s’assumer. Les ennemis de la république veulent saboter la transition. C’est Dieu qui t’a donné ce poste, donc il faut t’assumer.

Coulibaly Forokola : ces trois mesures des autorités vont être mal appréciées par les Maliens qui survivent quotidiennement.

Frederic Dakouo : couvre-feu, interdiction de rassemblement, port du masque obligatoire dans les espaces publics.

Seyba Sanogo : pourquoi les publications de la présidence ne sont pas en anglais aussi ?

Djibril Traore : ils savent quoi faire. On attend pour voir s’il y aura couvre-feu ou pas.

Domo Dolo : tout sauf confinement. Il ne faut pas en rajouter encore à une population qui souffre déjà de toutes ces situations dramatiques.

Mohamed Ayman Ousmane Dicko : les discours pour endormir, c’est niet on attend des actions concrètes.

Yanogue Poutine Amadou : qu’il respecte l’heure et qu’il utilise les vocabulaires à la malienne.

Boubacar N’gaïdo : c’est un phénomène naturel comme toutes les autres maladies. Il faut vivre avec, sans masque, sans distanciation. Concentrons-nous sur la sécurité, mon pré. Les gens se font agresser à longueur de journée actuellement.

Soufi Bagayogo : chercher une solution pour la grève UNTM au lieu de couvre-feu.

Sidy Keita : On en a marre de ces militaires. S’ils ne peuvent pas résoudre le problème, ils n’ont qu’à dégager, et puis c’est tout.

Mahamadou Doumbia : du n’importe quoi, heureusement que Coronavirus n’est pas arrivé au Mali.

Ousmane Anne : j’espère qu’ils ont des mesures sûres, sinon personne n’est épargné.

Sécou Diallo : j’espère seulement qu’on utilise le même calendrier.

Kadiatou Konate : que ça soit maintenu jusqu’à février wayii.

Mohamed Amadou : C’est Assimi qui a écrit son discours.

Mahamadou Diarra : ne confinez pas !

Bagui Kontao : pas de couvre-feu ; s’il vous plaît !

Sidibe Ibrahima : Une fois que vous l’aviez annoncé sur votre page, il fallait tenir ce discours. Même s’il fallait changer le contenu du discours par un message de sensibilisation sur la vitesse de propagation du virus. Ne pas vous adresser à la nation a été une erreur.

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.