Les faux diplômes en médecine de l’ancien ministre de la santé Samba Sow

On en parlait lorsqu’il était ministre de la Santé. Mais son puissant lobby mis en place en ce temps-là était entré en action pour intoxiquer l’opinion, mettant cette information au rang des fake-news pour nuire à l’image du désormais ex ministre de la Santé. Mais ces derniers temps, cette affaire des diplômes du prétendu Professeur en Médecine, Samba Sow, revient sur les places publiques et des indiscrétions affirment que le pouvoir a diligenté discrètement des enquêtes qui lui valent sa disgrâce.

 

Toute reproduction, même partielle sans la permission de l’auteur est strictement interdite et passible de poursuite judiciaire.

La question qui se pose chez le Professeur Samba Sow, c’est comment il a pu   devenir Docteur en Médecine à l’âge de 22 ans, si l’on en juge par son acte de naissance et la date indiquée sur son diplôme d’Etat en Médecine. En effet, né le 2 juillet 1968 à Bamako, selon son acte de naissance, il aurait obtenu son diplôme de Docteur en Médecine en Juin 1990 et le titre lui aurait été délivré le 25 avril 1992 comme indiqué sur le parchemin dont nous détenons copie certifiée conforme à l’original. Copie légalisée en juillet 2008.

Bravo, puisque Docteur Samba Sow bat donc un record au Mali et tout le monde lui doit respect et considération.

Seulement, là où le bât le blesse, c’est que sur une Attestation de prise de service le concernant et daté du 03 décembre 2008, prétendument signée par Abdel Kader Traoré, chef du Centre national d’appui à la lutte contre la maladie (Cnam) et dont nous détenons copie, il est précisé qu’il avait pris service dans ledit centre le 26 novembre 2008. Et tenez-vous bien, en tant que Médecin-stagiaire affecté par Décision N°08-1908/MS-SG du 21 novembre 2008. Cela fait donc, depuis sa naissance 40 ans. On est donc très loin des 22 ans.

Cette incohérence sur les dates pose véritablement une incongruité, amenant d’aucuns à se dire que le problème réside au niveau de la date de naissance, alors que d’autres émettent un doute sérieux sur les diplômes. Le Professeur Samba Sow étant devenu un homme public pour avoir exercé des postes de responsabilités au niveau national, comme celui de ministre de la Santé, doit savoir qu’avec des informations si importantes il est désormais suivi et scruté jusque dans ses moindres faits et gestes. Alors, qu’il mette en ligne et de façon détaillée son CV pour couper court à tout cela. Ce que ses thuriféraires n’ont jamais fait en essayant d’apporter la contradiction à ceux qui avaient soulevé cette question. De toute façon, beaucoup de Maliens qui ont tenté de fouiller dans les CV des ministres de la République mis en ligne par la primature et publiés par la presse, notamment le quotidien national L’Essor, se rendent compte que pour tous les autres ministres le parcours professionnel a été détaillé.

Mais pour Samba Sow, c’est un résumé qui ne précise pas exactement le parcours de façon chronologique et c’est à peine si le parcours universitaire y est explicité. On met surtout l’accent sur ses hauts faits déclarés lors de son séjour au Cnam, avec un accent sur la lutte contre Ebola. Pour un ministre de la République, les gens ont quand même le droit de savoir car si les populations restent dans l’expectative, il nous revient que des services spécialisés de l’Etat ont mené des enquêtes et n’eut été l’insistance de Soumeylou Boubèye Maïga qui l’avait maintenu à son poste de ministre de la Santé pendant un bon moment, son départ allait être anticipé. Cependant le cas Samba Sow n’est qu’un parmi tant d’autre dans un pays comme le Mali où le diplôme est souvent plus important que l’expérience,

Le Sphynx Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *