Les 1000 tracteurs du Président : Tréta confirme le délit d’initié

 

bokary treta ministre developpement rural discoursDeux semaines après la publication d’un mémorandum par le parti de la Renaissance nationale (Parena) sur le délit d’initié et de marché de gré à gré déguisé qui ont entouré l’achat des 1000 tracteurs remis, le 22 septembre 2015, aux agriculteurs maliens par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta comme « cadeau », le ministère du Développement rural, déclaré par le Parena comme le cerveau de l’histoire de surfacturations grossières et de rétro commissions, a décidé de rompre le silence, hier dans la soirée, dans un communiqué de presse signé par le secrétaire général du département. Et cela sous la grogne et la menace du Premier ministre qui court, a-t-on appris de sources du département, derrière le ministre Tréta traînard, depuis le fameux communiqué du Parena afin qu’il fasse le point. Mais loin de lui, la capacité de répondre au Parena, il aurait fait savoir au PM qu’il ne peut faire le point que sur  le maillon qu’il a eu à gérer. Et c’est ce qui fut fait, après une réunion du cabinet du ministère, mardi matin, qui a débattu de la question. L’on constate d’ailleurs les traces de ce forcing exercé sur le ministre dans le document produit par son cabinet qui, non seulement ne répond pas à la question de fond posé sur le délit d’initié évoqué par le parti du bélier blanc qui attend toujours la preuve de la publication de l’appel d’offres mais  il réconforte aussi à suffisance les affirmations du Parena sur le délit d’initié dont son ministère se trouve au début et à la fin.  Car selon le communiqué de presse du département, l’octroi des lots a été notifié à Toguna Sarl pour  « un délai d’exécution de 45 jours » le 15 septembre 2015 soit 7 jours seulement avant la remise officielle des tracteurs, le 22 septembre 2015. Ce qui met fin au débat du délit d’initié et de marché de gré à gré déguisé relevés par le Parena. « la Direction des Finances et du Matériel du ministère du Développement rural a notifié à Mali Tracteurs les lots 3 et 4 par lettres n* 0002161 et 0002162/MDR-DFM du 13 août 2015 et à TOGUNA SARL les lots 1 et 2 par lettres n*00002327 et 00002325/MDR-DFM du 15 septembre 2015 », indique le communiqué du département. C’est donc dire que 7 jours ont  suffi pour attribuer le marché à Toguna et pour que cette dernière cherche à son tour un fournisseur, fasse la commande à l’étranger, réceptionne les tracteurs et les mettre à la disposition du ministère. En clair Toguna Sarl a exécuté en 7 jours, un marché censé ne pas être exécutable avant 45 jours. Le montage est trop pour passer et tout indique l’adjudicataire  des 900 tracteurs, Toguna Sarl, avait bien le marché avant même la notification d’attribution.  

Pire encore, le communiqué du Secrétariat général du département  enfonce, davantage, le ministre Tréta en voulant démentir le Parena qui signe et persiste qu’il y a eu « Appel d’offres international déguisé» en soutenant que : « le dossier d’Appel d’offres International Restreint a été approuvé par la Direction Générale des Marchés Publics et des Délégations de service public par la lettre N°01361/MEF-DGMP-DSP du 29 avril 2015, conformément aux dispositions de l’article 46 du Décret N°08-485/P-RM du 11 août 2008, modifié ». C’est-à-dire 24 heures seulement après le dépôt de l’offre de Toguna le 30 avril. Pour qui connaît les mesquineries administratives d’appel d’offres,  Comment  la société Toguna Sarl a pu rassembler toutes les pièces administratives pour postuler en 24 heures ? Il est clair que la rapidité avec laquelle Toguna à postuler à l’appel d’offres prouve à suffisance qu’elle était  bien dans le coup bien avant. C’est donc dire que le Parena avait bien raison que le marché des 1000 tracteurs offerts aux paysans maliens par le Président IBK n’est autre qu’un délit d’initié et un marché de gré à gré déguisé dans lequel l’Etat malien et les agriculteurs se sont faits grugés. Vous auriez mieux fait de vous taire, Mr le ministre.
Youssouf Z KEITA

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *