Législatives de mars 2020 : « Tout est fin prêt pour la tenue du scrutin, même l’argent est disponible, 16 milliards de Fcfa. » dixit le ministre Boubacar Alpha Bah

En prélude aux prochaines élections législatives prévues en mois de mars et avril 2020  suite à la convocation du collège électoral par le gouvernement le 22 janvier dernier, deux membres du gouvernement, à savoir le ministre de la Communication et Porte parole du gouvernement, Yaya Sangaré  et son collègue de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah  étaient face à la presse pour faire le point de l’état des préparatifs.  C’était vendredi 14 février 2020 dans la salle de réunion du ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. On notait les présences remarquables du Délégué général aux élections, le général Siaka Sangaré, du président de la CENI Amadou Bah ainsi que les représentants des départements ministériels concernés et les partenaires techniques et financiers.

 

À l’ouverture de la conférence, plusieurs interventions ont marqué la cérémonie notamment l’intervention du ministre Yaya Sangaré pour planter le décor, la mise au point du secrétaire général du ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, les points d’éclaircissement du patron de la DGE et celui de la CENI ainsi que les propos rassurant du ministre Boubacar Alpha Bah.

D’entrée de jeu, le ministre porte parole du gouvernement, Yaya Sangaré a souligné que le but de la conférence est d’informer les principaux acteurs du scrutin et de solliciter l’accompagnement de la presse pour la bonne organisation  du scrutin à travers la diffusion des bonnes informations afin d’amener la majeure partie de la population à s’intéresser davantage au sujet. Pour le ministre Sangaré, compte tenu de la complexité de la chose, il est nécessaire que tous les acteurs soient familiarisés sur l’état des préparatifs, les enjeux et défis.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Adama Cissouma, il a mis l’accent sur deux aspects à savoir le contour de l’organisation et l’état de mise en œuvre du chronogramme. En ce qui concerne le point, Adama Cissouma dira que l’organisation des prochaines législatives conformément à la résolution n°1 du dialogue national inclusif se fera sur la base des circonscriptions actuelles  (49 cercles et les six communes du district de Bamako). Pour justifier cet état de fait, il a rappelé qu’il était difficile de tenir compte des nouvelles régions, car on ignore jusqu’à présent les cercles et communes de ces nouvelles régions. Mais également de faire   la relecture de la loi électorale en violation avec les dispositions de la CEDEAO qui interdisent toute relecture de la loi électorale au moins six mois avant le scrutin proprement dit. S’agissant du second point, le secrétaire général Cissouma a affirmé que les listes électorales ont été révisées comme chaque année du début de  mois d’octobre au 31 décembre, qu’une fois finalisées seront envoyées à la Délégation générale aux élections pour l’impression des cartes d’électeurs. Quant aux défis, il a indiqué qu’à la date d’aujourd’hui, le département dispose de l’inventaire exhaustif de tous les matériels électoraux. En prenant la parole, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah, a donné l’assurance que les législatives auront lieu aux dates prévues et sur toute l’étendue du territoire national. Selon lui, tout est fin prêt pour la tenue du scrutin et même l’argent pour financer les opérations qui s’élève à 16 milliards de Fcfa est déjà disponible. En réponse aux questions des confrères sur le report du scrutin demandé par certains partis politiques ainsi que la non participation de la CMA, le ministre Bah a été très clair. D’abord il a déclaré que nul n’est obligé de participer à une élection. Et que si on se réfère aux discours demandant le report des législatives qu’il y aura jamais d’élection au Mali car même en 2013 les voix se sont élevées pour demander le report, mais malgré tout les élections ont eu lieu.

Pour la participation de la CMA, il a fait savoir que la CMA est déjà dans le processus et qu’à la date d’aujourd’hui la région de Kidal a enregistré le dépôt de 11 listes de candidature.

Au cours de la conférence, outre les propos rassurant du ministre Boubacar Alpha Bah, le président de la CENI et le Délégué général aux élections sont tous optimistes pour la tenue des prochaines législatives et se disent prêts  à relever le défi

Mamadou Nimaga

L’Enquêteur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *