Le président Keïta avec les Maliens de Turquie : UN ÉCLAIRAGE PÉDAGOGIQUE SUR L’ACTUALITÉ BRÛLANTE

Le président de la République a rencontré hier jeudi matin à son hôtel la communauté malienne vivant en Turquie. Composée d’étudiants et de migrants, cette dernière était massivement représentée à l’échange qui bouclait la visite d’Etat de 72 heures de Ibrahim Boubacar Keïta en Turquie.

ibrahim boubacar keita president malien ibk rencontre visite diaspora malien turquie
Aboubacar Sidiki Bagayoko, le président de la communauté des étudiants et travailleurs maliens, a indiqué que la Turquie accueille plus de 300 étudiants répartis entre les grandes villes du pays. Il a demandé au chef de l’Etat de mettre en place une politique de suivi des étudiants à l’étranger afin de faciliter le retour de ces derniers dans leur patrie qu’ils aspirent servir. Il a ensuite souhaité que la présente visite boostera les relations entre la Turquie et le Mali avant de rendre hommage à la mémoire des civils et des militaires victimes de la crise que traverse notre pays.
Prenant la parole, le chef de l’Etat a rappelé que les relations turco-maliennes sont anciennes et remontent au temps des Empires ottoman et du Mali. Ibrahim Boubacar Keita a souligné l’importance de Tombouctou à l’époque, précisant que la Cité mystérieuse fut un centre du savoir mondialement reconnu. « C’est cette ville merveilleuse qui a été agressée. Cette agression contre le Mali et contre la démocratie a été reconnue comme telle par l’ONU qui a autorisé l’intervention française pour stopper l’avancée des djihadistes, puis mis en place une mission internationale », a expliqué le chef de l’Etat qui a ajouté que ces actions ont permis de sauver l’essentiel dont les élections de 2013.
Pour le président Keita, chaque Malien doit se sentir à l’aise partout sur le territoire national. « Nous rejetons le reproche d’avoir négligé le Nord du Mali. A quelle fin nous l’aurions fait ? Tout comme nous récusons la prétention des groupes armés de parler au nom des populations du Nord du Mali », a martelé le président de la République en rappelant que le gouvernement a scrupuleusement respecté les dispositions énoncées dans les accords de cessez-le-feu et de cessation des hostilités. Ce qui n’est pas le cas des groupes armés, a estimé le chef de l’Etat.
Ibrahim Boubacar Keïta a rejeté l’accusation selon laquelle que les groupes d’autodéfense GATIA et MAA sont armés par le Mali.^ « C’est faux », a-t-il tonné. Pour lui, ces groupes sont constitués par ceux qui ne veulent pas rester l’arme au pied en assistant passivement à la vassalisation de leurs populations. Le président Keita a expliqué qu’à Gao, on ne désigne pas ces hommes sous l’appellation de « milices pro-gouvernementales ». Les habitants de la Cité des Askia estiment que ces combattants s’opposent au nouvel esclavage qui allait les livrer pieds et poings liés à des groupes armés.
Pour le chef de l’Etat, le GATIA et le MAA se dressent contre une technique vieille comme le monde et qui consiste à gagner des territoires avant chaque round des négociations. Il s’est étonné du retour miraculeux du MNLA à Kidal après avoir été chassé du Mali en 2012. Il a assuré que ce soit lui ou un autre dirigeant, aucun responsable malien ne compromettra l’intégrité territoriale du pays.
S’adressant particulièrement aux étudiants, le président Keïta les a exhortés à profiter de la position privilégiée qui est la leur d’avoir la possibilité de poursuivre leurs études en Turquie. « Profitez-en pour apprendre. La Turquie n’a pas beaucoup de ressources naturelles, mais elle s’affirme grâce à son savoir et son savoir-faire. Vous devez acquérir ce savoir pour que le Mali aussi s’affirme. Notre pays compte sur vous », a-t-il conclu.

B. TOURÉ
Envoyé spécial

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.