Le Premier ministre Modibo Keïta à Niamey : SOLIDARITE AVEC LE NIGER

Le chef du gouvernement est allé exprimer la compassion du président de la République et du peuple malien pour nos voisins de l’Est, après les événements survenus, le 17 février dernier dans la guerre contre Boko Haram

modibo keita premier ministre chef gouverneement pm

Le Premier ministre Modibo Keïta a effectué jeudi et vendredi une visite d’amitié et de travail à Niamey à la tête d’une forte délégation comprenant notamment Hamadoun Konaté, ministre de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord, Sada Samaké, ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, Ousmane Koné, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Mahamane Baby, ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Mme Diarra Raki Talla, ministre du Travail, de la Fonction publique, de la Réforme de l’Etat et des Relations avec les Institutions et Boubou Cissé, ministre des Mines.
Modibo Keïta était porteur d’un message du président Ibrahim Boubacar Keïta à son homologue Mahamadou Issoufou qui l’a reçu peu après son arrivée à Niamey. Il a confié à la presse à sa sortie d’audience qu’après les douloureux évènements qui ont frappé le Niger, suite aux bombardements survenus à Abadam, à la frontière entre le Niger et le Nigeria mardi 17 février dernier, il était de son devoir de venir présenter les condoléances du président Keita et du peuple malien aux autorités et au peuple nigériens.
Il a expliqué aussi qu’il était venu au Niger, pour remercier le peuple nigérien pour sa solidarité avec le Mali depuis l’éclatement de la crise au Nord de notre pays. S’il n’a pas souhaité dévoiler le contenu du message présidentiel, il a tout de même souligné la grande amitié entre les deux chefs d’Etat qui sont en contact permanent.
Modibo Keïta a expliqué également que notre pays est engagé dans un processus de paix avec les groupes armés. Il a rappelé que notre voisin de l’Est fait parie du groupe de médiation, soulignant la grande expérience du Niger dans la gestion d’un conflit similaire. Le chef du gouvernement n’a pas manqué de s’incliner devant la mémoire de toutes les victimes de la crise dans les deux pays.
Modibo Keïta a ensuite rencontré son homologue nigérien, Brigi Rafini, avec lequel il a présidé une rencontre élargie à plusieurs ministres malien et nigérien. Au cours de cette rencontre, il a été largement question de la relation de coopération étroite qui lie les deux Etats, de l’appui constant du Niger à notre pays pour retrouver la stabilité.
Le Premier ministre nigérien a dit toute sa joie d’accueillir son homologue malien et d’échanger avec lui sur les questions d’intérêt commun. Les deux parties ont convenu de réactiver la grande commission mixte en sommeil depuis une quinzaine d’années et de renforcer la coopération sécuritaire.
Brigi Rafini a félicité le Premier ministre Modibo Keïta pour sa nomination avant de lui souhaiter tout le succès possible. « Votre succès sera une chance pour tout le Sahel », a lancé le chef du gouvernement nigérien. Insistant sur la communauté de destin qui nous unit, il a appelé à œuvrer à une amélioration des conditions de vie des populations.
Brigi Rafini a émis le vœu qu’après trois années de crise, notre pays retrouve la voie de la stabilité pour se consacrer à son développement. « Le Niger attend avec impatience de voir la conclusion d’un accord de paix entre les fils du Mali, afin que votre pays retrouve son unité et son intégrité territoriale », a ajouté le chef du gouvernement nigérien.
En réponse, Modibo Keïta a salué la constance de la position nigérienne depuis l’éclatement de la crise au Nord de notre pays. Il a rappelé les interventions du président Mahamadou Issoufou et du ministre nigérien des Affaires étrangères dans les instances internationales en faveur de notre pays. Des interventions qui ont régulièrement conforté les positions de notre pays.
Le chef du gouvernement a expliqué que son action s’inscrit dans trois grands axes : oeuvrer en faveur de la sécurité et du retour de la paix sur l’ensemble du territoire, améliorer les conditions de vie des populations, mettre en chantier des actions de développement et développer la justice pour qu’il n’y ait pas de citoyens de seconde zone.
Le gouvernement discute présentement à Alger avec les groupes armés, a rappelé le Premier ministre qui a espéré que ce cinquième round des pourparlers soit l’avant dernier, pour que le dernier se tienne ici au Mali pour signer un accord définitif.
Depuis trois, a-t-il regretté, les enfants de Kidal ne vont plus à l’école, les centres de santé n’offrent plus de services conséquents et les populations connaissent d’énormes difficultés. Or, il n’est pas possible d’envisager le retour de l’école, des agents de santé et des acteurs de développement sans le retour de la paix. Le Premier ministre n’a pas caché son inquiétude pour l’avenir de ces enfants. Il a déploré aussi la situation des réfugiés qui, bien que bénéficiant de conditions d’accueil acceptables, ne demandent qu’à rejoindre la terre de leurs ancêtres.
A. LAM

ECHANGES UTILES AVEC LES MALIENS DU NIGER

Au cours de sa visite dans la capitale nigérienne, le Premier ministre Modibo Keïta a sacrifié à la tradition en allant à la rencontre de nos compatriotes du Niger. A l’importante colonie malienne vivant habituellement dans ce pays, se sont ajoutés les réfugiés chassés par la crise qui secoue le Nord de notre pays depuis trois ans.
Après avoir expliqué les raisons de sa présence à Niamey, le chef du gouvernement a laissé entendre qu’il se devait de venir les rencontrer pour leur donner des nouvelles du pays. S’adressant aux réfugiés, il a dit sa peine de voir des Maliens obligés de se retrouver en dehors du territoire national, du fait de la crise.
Modibo Keïta a espéré que la situation changera bientôt, car le gouvernement est engagé dans des pourparlers qui, si tout se passe bien, devraient connaître une issue heureuse dans un bref délai. Il a réitéré sa confiance aux responsables des mouvements armés qu’il a rencontrés récemment à Alger à la veille du lancement du cinquième round des négociations. Pour lui, si le gouvernement et les mouvements armés ne prennent garde, d’autres forces qui ont des projets tout à fait différents pourraient intervenir et nuire plus à notre pays et nos populations.
Modibo Keïta a redit que les principales préoccupations de son gouvernent sont la paix, la sécurité, l’amélioration des conditions de vie des populations et une justice égale pour tous.^ Il a assuré que la situation se présente aujourd’hui sous de bons auspices à Alger car les parties en discussion viennent de signer une déclaration de cessation immédiate des hostilités. Ce qui laisse croire à un espoir de calme sur le terrain. Pour le Premier ministre, il était temps, car toutes les victimes sont des Maliens.
Le maire de Ménaka Mossi Bocoum, au nom des réfugiés, Baba Mahamane Touré au nom des jeunes et Mme Dadiya Mossa, conseillère municipale de Kidal, réfugiée à Niamey, se sont exprimés aux noms de compatriotes du Niger pour saluer l’action du Premier ministre et souligné quelques préoccupations.
Le chef du gouvernement en a pris bonne note et salué le sens de la responsabilité dont ils ont fait preuve. Il a promis que pour certains le calvaire d’être réfugié prendra bientôt fin car le gouvernement et le Haut commissariat aux réfugiés prépare des sites pour leur retour. Dans les régions de Gao et Tombouctou, les sites sont déjà prêts.
A. L.

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.