Le Ministre Salif Traoré sur Klédu : « ll faut que nous soyons au-devant de notre situation et ne pas trop espérer sur quelqu’un d’autre.»

Le Mali traverse toujours une crise multiforme que les nombreux et différents remèdes n’ont pu circonscrire. Au-delà des tiraillements politiques, des embuscades personnelles et des options de sabotage, il n’en demeure pas moins que le Mali est toujours en guerre, avec des partenaires décriés, à tort ou à raison, un Etat en quête de ressorts militaires et sécuritaires, visant à rétablir la souveraineté sur tout le territoire national. Pour encore clarifier certaines mesures prises, évaluer la situation auprès des populations et inviter les populations à plus de citoyenneté et de coopération, le Général de Division

 

Les nombreuses et brulantes interprétations des maliens, dans un contexte de fronde, d’accusation et de dénonciation ouverte, nécessitent des clarifications et des comptes aux gouvernants de l’heure. Quelques heures après être passé devant les élus de la Nation, le Général de Division, Salif Traoré, était sur le plateau de la radio Klédu le Jeudi dernier pour essayer de répondre aux légitimes interrogations d’un Peuple surexcité au regard de la situation militaire surtout, et par ricochet, à celle de la sécurité.

De l’implication et de la responsabilité des forces de sécurité à celle des populations, les complications dans la délivrance de certains actes administratifs, la nouvelle loi promulguée dans le domaine de la cybercriminalité, la création de commissariats, le déploiement des éléments et d’autres actions du département de la sécurité.

De prime à bord, le ministre de la sécurité a salué le travail des médias qu’il a qualifié de nécessaire à leur mission de sensibilisation et de sécurisation. Pour lui, la sécurité est une question de perception que les médias doivent bien distiller auprès des populations. Ce travail de sécurisation, d’après le ministre Salif Traoré, prend en compte le contexte et l’urgence « il implique des efforts permanents et discrets qui ne peuvent être révélés qu’après leur aboutissement. C’est donc une situation que dicte le contexte au regard de ce que le Mali vit. Malgré les efforts déployés, il n’est pas facile d’être partout en même temps car le pays vient de loin » ajoute le Général. De ce fait, l’information, si elle est bien utilisée, peut permettre d’aider les populations isolées à soutenir leur sécurité. Cela ne signifie pas qu’elles doivent jouer le rôle des forces de sécurité à leur place, prévient le Général. S’agissant des interpellations opérées par les forces de sécurité, à tous les niveaux, le ministre a clarifié qu’une fois les formalités remplies par les officiers de police judiciaire, les personnes sont remises à la justice qui décide de la suite.

Le principal chantier au niveau de la sécurité consiste à pouvoir recruter des éléments, réussir leur équipement et leur formation, à travers la LPSI (loi de programmation de la sécurité intérieure). C’est un combat qui a commencé en 2017 et qui se poursuivra jusqu’en 2021 assure le ministre de la sécurité et de la Protection civile. Certaines clauses de ladite loi ont été concrétisées avec le recrutement annuel au niveau de la police et de la Protection Civile. Ces recrutements sont obligatoirement suivis de préparation, de formation, d’infrastructures et d’équipements. Il est vrai que tout n’est pas acquis, tout n’est pas parfait, mais cette programmation devrait aider le pays à se relever doucement.

Les actes de banditisme existent dans tous les pays du monde. Souvent, ce sont des fausses alertes qui poussent les populations à la panique : « Je ne suis pas en train de nier qu’il y a des attaques. Moi Ministre Salif Traoré ne ferais pas cela sur les ondes d’une radio en plus. J’ai dit que nous travaillons pour réduire voire vaincre le phénomène. Dans cette dynamique, nous souhaitons que la population nous appuie avec les informations et de contribution pour le cap à prendre» a affirmé le Ministre. Les attaques ciblées sont commises par des kamikazes. Ce de gens qui attaquent avec la conviction qu’ils doivent être tués dans leurs crimes. Le danger est partout et il est permanent.

Certaines actions décriées des forces de l’ordre ont poussé le Général de Division, non seulement à défendre ses hommes, mais surtout à rappeler les citoyens à connaitre leurs obligations afin d’autres mesures ne leur soient pas imposées « Les contrariétés et les tensions liées aux opérations de contrôle de vignettes relèvent des autorités communales qui réquisitionnent les forces de police. » Mais le ministre de la sécurité a aussi mis en garde contre toute dérive d’agent qui sera pris dans des actes autres ceux pour lesquels il a été engagé. C’est l’objet des numéros verts mis à la disposition de tous les maliens.

Quant à l’établissement des passeports, il ne saurait être le nid de la corruption car depuis quelques années déjà, les montants sont versés à la banque contre un reçu qui est joint au dossier déposé à la police des frontières. Le Ministre Salif Traoré a précisé que la confection du passeport est à 55.000FCFA. Mais pour ceux qui espèrent l’obtenir en vingt et quatre heures, c’est la somme de 110.000FCFA. Les certificats sont gratuitement délivrés et aucun citoyen ne devrait se plaindre d’avoir payé de l’argent après la sortie publique du Directeur Général de la Police. Les cartes d’identité sont établies, dans toutes les préfectures, dans toutes les brigades et dans tous les commissariats, à 1.000FCFA.

La nouvelle loi sur la cybercriminalité est aussi une avancée notable que le département a minutieusement concoctée et ouvertement défendue devant les députés qui l’ont adoptée. L’opportunité de ce nouvel instrument réside dans la force que prend l’utilisation des réseaux sociaux. Les publications pornographiques, la diffusion de vidéos et d’images faisant la promotion des terroristes, les insultes et les manquements sur les réseaux et d’autres infractions  seront désormais réprimés. Le ministère de l’économie numérique, celui de la justice et enfin le département de la sécurité et de la protection civile sont les plus concernés.

Le Mali est-il en guerre, le Général Traoré est formel sur la question. La guerre met aux prises soit deux Etats soit un Etat contre des groupes. Dans le premier cas, il faut passer par le Parlement, ce qui n’est pas le cas. La République du Mali a été attaquée par des terroristes dont la stratégie est asymétrique. Cela, confie le ministre de la sécurité, rend les choses plus complexes si la guerre était contre un autre État. Ces forces obscurantistes ont ciblé Sévaré, la Terrasse, le Campement Kangaba, l’hôtel Nord-sud ou encore Radisson Blu. Pour le ministre Salif Traoré, c’est une guerre de riposte qui se justifiait instantanément au regard des actes terroristes perpétrés.

Réagissant à la posture et au rôle de nos partenaires, le ministre clarifie qu’ils sont venus en soutien à notre pays. « Dans un tel contexte, il faut que nous soyons au-devant de la situation et ne pas trop espérer sur quelqu’un d’autre. Nous ne saurions laisser les autres se substituer à nous dans ce combat. Ces partenaires doivent nous aider là où ils peuvent le faire car le Mali aussi a aidé dans d’autres domaines. Moi personnellement, j’ai effectué deux missions des nations-Unies. Je suis parti au Libéria et au Soudan et malgré les complications que connait notre pays, d’autres militaires maliens sont dans d’autres pays pour le maintien de la paix » a affirmé le Général de Division Salif Traoré.

Le ministre a souhaité que les gens ne partagent pas les informations à caractère propagandiste, il ne s’agit plus de tendance majorité ou opposition. Éviter les rumeurs et les informations insensées est un grand soutien à nos forces de défense et de sécurité.

Figaro du Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *