Le ministre Mahamadou Diarra sur le terrain : « Aucun des piliers de l’offre et de la livraison de la justice ne peut gagner alors que les autres ont perdu. »

Depuis sa nomination à la tête du département de la Justice des droits de l’homme, Garde des sceaux, le Ministre Mahamadou Diarra entreprend des visites de courtoisie dans les services centraux et organismes spécialisés relevant de sa tutelle. Hier jeudi, il s’est rendu successivement à la Cour suprême, à l’ordre des Notaires, l’ordre des Huissiers de justice, l’ordre des Avocats du Mali. Ces prises de contact ont permis au Ministre Mahamadou Diarra d’être à l’écoute de ces acteurs de la justice et de les informer de la stratégie de travail par laquelle les actions communes sont menées.

La première étape de cette longue  journée de prise de contact du Ministre de la justice  a  été la Cour suprême. Ici,  le président  Nouhoum Tapily a  attiré  l’attention du Ministre  sur la dotation de  son service, en ressources  humaines notamment  au niveau  des sections administratives et judicaires et du parquet  général. Selon Nouhoum Tapily, il est normal que le président de la cour suprême et le Ministre de la justice se concertent pour  camper le décor  de leur collaboration afin d’aboutir  à une  justice  performante, crédible et  qui donne confiance aux citoyens.

Après cette phase la délégation ministérielle s’est rendue à l’étude  de Me Gaoussou Haïdara pour la rencontre avec la Chambre des Notaires du Mali, présidée par Me Alassane T Sangaré. Au cours  des échanges, Maitre Alassane T Sangaré  a fait  remarquer  au chef  du département de la justice, que la situation du faible taux des  enregistrements doit être améliorée. De son côté, le Président de l’ordre des Huissiers, Boubacar Namakoro Diallo dira que c’est la première fois  depuis  l’indépendance du Mali,  qu’un  ministre de  la justice  rende  visite à la corporation. Pour lui, la profession  des huissiers  est confrontée au problèmes de, paiement des états correctionnels, l’insuffisance  des agents  de force  de sécurité  dans les opérations  d’exécution de décision de justice, le manque de subvention  de l’Etat ,enfin  la question de local  pour servir de siège  de l’ordre.

Quand au bâtonnier de l’ordre des avocats, maitre  Seydou Sidiki Coulibaly, il a indiqué que c’est l’union des forces qui permettra  aux citoyens d’avoir  une justice au service du peuple. Selon lui, la tenue régulière des auditeurs de justice avec le Ministre de tutelle  contribuera  à relever les défis.

A la fin de la visite, le Ministre Mahamadou Diarra, a livré  ses impressions à la presse « je  sens l’engagement de ces collaborateurs de la justice pour  contribuer  à faire de notre  système  judiciaire,  un système   efficace, efficiente et fonctionnant  à priorité  au service  du citoyen et de la citoyenne. Nous avons convenu d’une approche de participation et d’interaction pour anticiper les problèmes et apporter les solutions ensemble.. Nous devons privilégier le principe de partenariat dynamique et gagnant – gagnant. Toutes les parties doivent être réactives et proactives. Nous devons anticiper les problèmes. Aucun des piliers de l’offre et de la livraison de la justice ne peut  gagner alors que les autres ont perdu. »

Jean Goïta

source : LE POUCE

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.