Le ministre hyperactif

Du nomadisme au militantisme sans frontières. Dans le bon vieux temps, il était un militant plutôt engagé de l’Adéma. Ses compétences, réelles ou supposées, combinées au jeu des équilibres régionaux lui ont assuré une place indiscutable dans les différents gouvernements. Lors des élections de 2002, il était parmi les lieutenants de Soumi.

conseil ministre reunion cabinet gouvernement palais koulouba

Quand il s’agissait de négocier des alliances, il faisait partie de la délégation qui a rencontré IBK à son domicile de Sébénikoro. De l’aveu même des témoins, sa présence avait surpris IBK qui n’a manqué de lui reprocher de l’avoir abandonné depuis sa démission de la Primature, et de lui dire sa surprise de le voir parmi les négociateurs. Mais il n’était pas le seul à avoir abandonné IBK. S’occupant plutôt de ses affaires que de politique, il a été longtemps aperçu s’affichant avec l’URD. Le jeu des équilibres aidant, le revoilà dans le gouvernement où personne ne lui connaissait vraiment une coloration politique claire, si ce n’étaient ses amitiés avec l’URD. Mais depuis quelques temps, on le voit hyperactif. S’il n’est pas dans les activités de la Première Dame (à Ouélessébougou il y a trois semaines), c’est pour le voir aux premières loges des activités du RPM (conférence régionale de Sikasso et conférence de section de Koutiala). Selon certains observateurs qui l’accusent de ne pas être étranger à la pagaille dans le Nord et à Kidal (une de ses frangines fait partie des activistes qui squattent le tarmac de l’aéroport), cet hyper activisme date du jour où son nom est paru parmi ceux qui pourraient être Premier ministre.

La Rédaction

 

Source : Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *