Le ministre de la Défense aux attachés de défense d’ambassades et organismes présents à Bamako : » L’armée malienne doit jouir de toute sa mobilité sur le terrain… «

” L’armée doit jouir d’une entière liberté pour défendre l’intégrité territoriale et assurer la protection des populations civiles. Elle ne doit pas être traitée de la même façon que les groupes armés… “. C’est un message fort que le chef du département de la Défense a livré aux attachés militaires présents à Bamako.

 

Le ministre de la Défense et des anciens Combattants, Tieman Hubert Coulibaly a rencontré samedi les attachés de défense des ambassades et organismes internationaux accrédités  au Mali  pour  discuter de la situation sécuritaire du pays et le traitement peu reluisant souvent réservé à l’armée malienne sur le terrain l’empêchant du coup à faire face à sa mission régalienne notamment  la sécurité des populations et de leurs biens. Alors que les groupes narco-séparatistes bien que signataires de différents accords de cessation des hostilités les ignorent et se lancent dans des offensives militaires, attaquant ainsi les positions de l’armée et des civils innocents.

En clair,  pour le ministre de la Défense «  l’armée doit jouir de toute sa liberté de mobilité sur le terrain afin de défendre les populations et leurs biens. Nous avons une armée souveraine qui de tout temps a respecté les accords et ne les a jamais violés. Par respect aux accords signés, elle a toujours été la cible de groupes narco-séparatistes et s’est contentée de riposter. L’armée malienne doit être libre d’exercer sa mission et c’est à partir de là que  nous pouvons contribuer au renforcement du dispositif sécuritaire. Tous les Etats doivent contribuer à ce processus. Il faut que ces violences s’arrêtent pour faciliter le retour des réfugiés et l’application de l’accord de paix « , a-t-il déclaré. S’agissant du mandat de la MINUSMA, Tieman Hubert Coulibaly a plaidé pour plus d’implication de la mission onusienne  à travers le renforcement de son mandat pour que les violences prennent fin.  En réaction aux remarques du ministre de la Défense, l’attaché de défense de la France a salué la démarche et souhaité une meilleure coordination entre les forces armées pour enrayer la menace narco-jihadiste. Les Etats-Unis d’Amérique ont mis l’accent sur le travail de coordination d’abord entre les attachés de défense, ensuite entre ces derniers et l’armée malienne. Quant au représentant de la Mauritanie, il a soutenu que  » l’armée malienne doit être l’unité opérationnelle sur le terrain « .

L’attaché de défense du Sénégal a lui aussi abondé dans le même sens. Il a réaffirmé l’entière souveraineté de l’armée sur le territoire national. Cette rencontre intervient au moment où il a été prévu à l’issue des consultations d’Alger que la plateforme des forces patriotiques qui a mis un terme aux souffrances des populations de Ménaka en chassant les narco-séparatistes kidalois est priée de quitter cette zone pour la laisser sous le contrôle des forces onusiennes.

     Abdoulaye DIARRA

SOURCE / L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.