Le ministre Bouaré Fily Sissoko au temple des immortels !

Première femme a occupé cette fonction stratégique Bouaré Fily Sissoko a répondu aux attentes. Assaillie de toute part, elle a su garder son calme, soigner sa méthode et relever le défi. Par sa maitrise des questions financières, elle a pu obtenir le retour des bailleurs de fonds, au moment ou certains espéraient sur un scénario contraire. Et durant toute cette crise qui a asphyxié les caisses publiques, elle a pu maintenir le cap, permettre à l’Etat d’assurer ses missions régaliennes en dépenses publiques, notamment le paiement normal et régulier des salaires. Sans doute, cette tenue historique de Madame Bouaré Fily Sissoko sera inscrite de marbre sur la stèle des finances maliennes. Elle doit devenir  par cet acte  hautement patriotique la femme de l’année au Mali, en déplaise aux conspirateurs de la 25ème heure.  

bouare fily sissoko ministre financeAu plus fort de la crise avec les institutions financières internationales, beaucoup de choses ont été dites. Dans les salons feutrés de la capitale, dans les états-majors des partis, dans les grins, une seule actualité la suspension de la coopération avec les bailleurs. Des personnes mal intentionnées, pyromanes par volonté sont allées jusqu’ à faire circuler la rumeur que notre pays n’est pas à l’abri d’un embargo économique. Qu’une grave crise financière occasionnera une cessation de paiement de salaires au Mali. Il fallait vraiment avoir les reins durs pour résister à toutes ces prédications funestes. Et les autorités, à faire preuve de retenue pour ne pas tomber dans des provocations stériles, entretenues par une certaine presse.

Et cela fut le cas pour la patronne de l’hôtel des finances, Bouaré Fily Sissoko, qui n’a daigné répondre à une moindre attaque, même celle dirigée contre sa personne, ou parfois des membres de sa famille. Tout cela pour ça ?

La ministre Fily est restée    droite dans ses talons, car certains avaient pensé, compte tenu de son instinct féminin qu’elle allait  jeter l’éponge vite, mais il n’en a été rien. Pour renouer le fil du dialogue avec les institutions de Brettons Woods, elle a d’abord fait le déplacement  de Washington pour rencontrer les patrons de la finance mondiale, développer ses arguments au degré de sa maîtrise des questions de finances publiques. Toujours avec la même dynamique et dans le même tempo en accord avec le premier ministre en son temps, une mission de vérification avait été menée  par le vérificateur  général, ce qui a conduit à l’audit de la procédure de passation. Pour faire preuve de bonne foi, on ouvre les portes même à la Cour suprême. A, Washington Bouaré Fily Sissoko a tellement convaincu  que Madame Saye du FMI lui a enlevé le chapeau pour lui rendre hommage pour sa maitrise des questions financières. Le FMI  reconnaitra qu’en matière des finances la dame est irréprochable, pour être logé à la même enseigne que certains mouillés dans ce dossier. Elle a démontré que le Mali est un pays au potentiel immense, car malgré la rupture avec les bailleurs suite au coup de force du mars 2012 le pays a pu tirer son épingle du jeu.  Lors de la mission de vérification de Christian Josz au Mali, il a été tellement satisfait qu’il a annoncé devant la presse nationale et internationale le déblocage immédiat de 12 millions de dollars US en guise de soutien aux efforts des autorités maliennes. Pour montrer sa maitrise des questions financières, dans son style déconcerté, sans papier pour discourir, elle a dit ses quatre vérités aux bailleurs en leur faisant comprendre à Washington, qu’elle n’est pas venu suivre des cours : «  il n’est pas question  pour quelqu’un de mettre  les uns sur le banc de l’élève et les autres sur celui du maitre. Et, je pense que  depuis quelques années la Banque mondiale et  le FMI discutent d’égal à égal avec nous » a-t-elle dit  sans complexe.   Les démonstrations de Madame Bouaré ont porté fruit, car il ne se passe pas  une semaine sans que des partenaires se bousculent au portillon de l’hôtel des Finances pour apporter de l’argent, car désormais la confiance est de retour, au regard de la rigueur inculquée à chaque dossier d’intérêt général. Au plan national elle a désamorcé la bombe entre gabelous et operateurs économiques, tout en prônant le respect des textes malgré les manœuvres des oiseaux de mauvais augure. Elle a su remettre sur ses deux pieds les impôts dont les recettes ont été considérablement améliorées cette année. Au plus fort moment de la crise au sein des impôts  elle a fait le déplacement dans tous les services d’assiettes pour s’enquérir  des conditions de travail et apporter éventuellement son soutien. Après cet effort titanesque qui relève d’une œuvre de construction nationale sans intérêt politique Madame Bouaré Fily Sissoko a répondu aux attentes. S’il y’avait un baromètre pour mesurer les actions posées durant l’année écoulée, qui mieux que cette dame de fer mériterait d’être distingué. Quand la femme veut, elle peut.

 

Badou S. Koba                 

 

SOURCE: Tjikan  du   19 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.