Le face-à-face IBK majorité à Ségou : “J’ai les grandes oreilles, je suis au courant de…”

En visite de cinq jours dans la 4e région administrative, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita a accordé un entretien aux représentants locaux la majorité présidentielle. Au cours de cette rencontre, IBK n’est pas allé avec le dos de la cuillère  pour dénoncer ce qu’il appelle des tiraillements dans les rangs de la majorité et invité les partis de la CMP de s’accepter.

 ibrahim boubacar keita ibk rencontre Boulkassoum Haidara vice president rpm parti presidentiel majoritaire Conseil economique social culturel cesc

Mercredi 9 décembre 2015, dans la salle de conférence du gouvernorat de la région de Ségou, le président de la République a conféré avec la classe politique favorable au projet présidentiel.

L’Adéma/PASJ, la Sadi, le Miria, le RPM, l’UM-RDA, le Cnid, Yéléma, la Codem, le Cap, le MPR,  l’APM-Maliko, l’UDD, l’APR, le PSDA, l’ADP/Maliba ont répondu présent à rendez-vous avec le président Ibrahim Boubacar Kéita.

Les responsables politiques de Ségou ont saisi l’occasion pour apprécier les résultats des deux ans de règne d’IBK mais surtout d’exposer les attentes des populations de la Cité des Balanzans.

Bakary Kéita, porte-parole des formations politiques, a dit leur satisfaction avec la mise en place de la Haute cour de justice au Mali ; du statut du chef de file de l’opposition ; de la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali… Aussi, la mouvance présidentielle régionale a salué l’adoption de la loi de programmation militaire, la création et l’extension de l’Université de Ségou.

Les attentes évoquées porte sur le chômage des jeunes, la création d’une Cour d’appel à Ségou, la construction d’un pont sur le fleuve Niger à Ségou, la viabilisation de la Zone industrielle pour permettre l’installation des unités industrielles, surtout agricole.

Pour parvenir à la signature de l’accord de paix et autres acquis durant les deux ans de son pouvoir, IBK a fait savoir qu’il a fallu au départ effectuer un “travail d’explicitation de la réalité malienne”. Selon IBK, il fut un moment où “la communauté internationale s’était même interrogée si le Mali ne se livrait pas à un génocide” contre les peaux blanches. “On nous a vilipendés, on nous a traités de tous les noms d’oiseaux”, a-t-il ajouté. Sur le sujet, il terminera en reconnaissant l’imperfection de l’accord pour la paix et la réconciliation mais arguera, qu’il offre “un cadre propice” pour la pacification.

S’agissant des tiraillements politiques qui persistent présentement au sein du RPM en particulier et des autres partis politiques en général, il a instruit les forces politiques d’accepter l’adhésion des autres pour la construction du Mali. Le président a exhorté la majorité présidentielle à reprendre du poil de la bête face à la force grandissante de l’opposition : “Il n’y aucune raison que vous rasiez les murs… pourquoi ne défendez-vous pas le bilan, bec et ongle, faits contre dires”, a-t-il martelé.

Il a également ajouté : “N’ayez pas peur ! Sachez-vous ouvrir ! Acceptez l’adhésion des autres. Ce n’est pas une histoire de club ni de clan mais celle du pays. N’allez pas dans les mesquineries”. Autant de propos qui prouvent que le président IBK veut derrière lui une majorité recadrée et surtout requinquée.

Le président Ibrahim Boubacar Kéita a informé ses interlocuteurs qu’il est au courant de tout ce qui se passe dans la région. “J’ai les grandes oreilles, je suis au courant de tout. Car, je suis informé à travers des institutions autorisées par la République”, a-t-il dit.

Bréhima Sogoba envoyé spécial

source :l’indicateur du renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *