Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Le dernier obstacle à l’organisation de la présidentielle a été levé (Kadré Ouédraogo)

Le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouedraogo, le 9 novembre 2012 à Abuja  © AFP

Le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouedraogo, le 9 novembre 2012 à Abuja
© AFP

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Commentant l’accord signé mardi à Ouagadougou entre le gouvernement malien et les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) , le Président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Désiré Kadré Ouédraogo, a estimé mercredi à Abidjan que le ‘’dernier obstacle à l’organisation de l’élection présidentielle au Mali a été levé’’.

 

 

‘’Le dernier obstacle pour l’organisation de l’élection présidentielle sur tout le territoire malien a été levé’’, s’est félicité M. Ouédraogo lors d’un petit déjeuner de presse organisé par la Commission de la CEDEAO en partenariat avec l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI).

 

 

Il a dans la foulée rendu un vibrant hommage à la présidence de la CEDEAO, assurée par le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara et à la médiation burkinabé pour ce ‘’succès’’.

 

‘’Nous CEDEAO, sommes prêts à faire la passation le 1er juillet avec les Nations Unies’’, a ajouté M. Ouédraogo, insistant que ‘’ ce sont les mêmes troupes qui vont rester sur place’’.

 

‘’Nous sommes théoriquement prêts pour la passation et la transition à la MINUSMA’’, a-t-il insisté.

L’élection présidentielle du 28 juillet, dans la ville de Kidal, bastion des insurgés Touaregs dans le nord-Est du Mali a été acquise mardi dans la capitale burkinabé.

 

Dénommé ‘’Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali’’, l’accord signé marque l’aboutissement de deux semaines de négociations sous la houlette du président burkinabè, Blaise Compaoré.

 

Le ministre malien de l’Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, Bilal Ag Acherif et Algabass Ag Intalla, au nom des deux groupes Touaregs, le MNLA et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), signataires du document, se sont engagés à lutter contre le ‘’ terrorisme’’.

 

Les deux groupes armés touareg se sont engagés à cantonner leurs hommes en attendant le désarmement qui n’interviendra qu’une fois signé un accord ‘’global et définitif de paix’’ entre les nouvelles autorités qui seront installées après la présidentielle.

 

Les deux parties se sont aussi engagées aux termes de l’accord, de favoriser un ‘’déploiement progressif dans les meilleurs délais’’ des soldats maliens dans la région de Kidal, en vue de la présidentielle, tandis que des éléments précurseurs seront envoyés dans la ville elle-même ‘’sans délai’’.

 

L’accord prévoit enfin la création d’une « commission d’enquête internationale » sur les crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis dans le Nord du Mali.

 

LS/APA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *