Lancement national du rapport mondial de suivi sur l’EPT 2000-2015 : De nombreux progrès enregistrés mais d’importants défis à relever !

L’Assemblée Nationale du Mali, a abrité, le lancement national du rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous (EPT) 2000-2015. C’était le 23 juillet dernier d’une cérémonie organisée par la commission nationale de l’UNESCO en partenariat avec des Ministères de l’Education et l’emploi, de la jeunesse et de la construction citoyenne en présence des différents partenaires et acteurs œuvrant dans le secteur de l’éducation, de la presse.

honorable issiaka sidibe depute president assemblee nationale

Placé sous le haut patronage du Président de l’Assemblée Nationale du Mali, Issiaka Sidibé, cet événement revêt d’une importance très capitale. Ce rapport présente les progrès qui ont été accomplis à l’échelle mondiale dans la réalisation des six objectifs de l’Éducation pour tous fixés à Dakar au début du millénaire. Il  ressort que seulement un tiers des pays ont atteint tous les objectifs mesurables de l’EPT et la moitié seulement ont atteint l’objectif crucial de l’enseignement primaire universel.

Le gouvernement du Mali à travers le Forum mondial sur l’éducation tenu à Dakar, Sénégal, en 2000, plusieurs  gouvernements environ 164 pays, ainsi que les représentants des groupes régionaux, des organisations internationales, des bailleurs de fonds, des organisations non gouvernementales (ONG) et de la société civile, ont adopté le Cadre d’action afin d’honorer les engagements en faveur de l’EPT.

Le rythme des progrès au Mali se note avec satisfaction en direction de l’enseignement primaire universel qui s’est accéléré par rapport aux années  précédentes. Les données disponibles du Mali le démontrent éloquemment.

A lecture des progrès réalisés depuis 2000, le Rapport 2015 montre que l’éducation pour tous reste un chantier inachevé et l’agenda de l’éducation pour  tous après 2015 devra en tenir compte dans les années à venir. Le lancement de ce rapport mondial 2015 de suivi de l’EPT se veut un point de départ pour configurer les défis de la période Post-2015.

Cette cérémonie de lancement a été l’occasion de faire le point au niveau  au Mali sur les progrès enregistrés et les nombreux défis qu’il reste encore à relever. L’exercice a également permis de lancer un débat fructueux sur les stratégies à mettre en place au niveau national, pour prendre en compte les personnes victimes de handicap à travers l’Education inclusive.

Lazare Eloundou Assomo, représentant de l’UNESCO au Mali, a souligné que les engagements doivent être respectés afin d’améliorer sous tous ses aspects la qualité de l’éducation dans un souci d’excellence.  Aux termes de 2015, les années se sont écoulées et quel le bilan de toutes ces promesses, s’interroge il. C’est la question fondamentale à la quelle qu’il a l’honneur de remettre aux autorités de la république tente de répondre.

Sur le plan mondial, des efforts ont été accomplis, la tache reste encore importante pour nombre de pays africains au sud du Sahara, dont le Mali. Pour ne citer ces raisons, l’insuffisance de budget alloué par les pays au secteur de l’éducation, l’insuffisance de financement de l’éducation par les partenaires techniques et financiers, les conflits et les catastrophes naturelles.

Au Mali, l’après 2015 s’annonce sous de nouvel auspice à travers la place prépondérante que le Premier ministre réserve à l’accès et à la qualité de l’éducation si on se réfère à sa déclaration de politique générale du 12 juin dernier à l’Assemblée Nationale.

« C’est le lieu de saluer son engagement et sa détermination à faire de l’éducation un des piliers essentiels du développement durable du Mali. », a souligné Lazare Eloundou Assomo en réitérant l’accompagnement de son organisation  aux cotés du Mali dans ses efforts de relever le défi de l’éducation pour tous. Il s’est dit satisfait de l’excellente coopération  entre l’Unesco et les ministères en charge de l’éducation dans notre pays.

Si le 1er objectif de l’EPT est en net progrès, le Mali a besoin de redoubler d’efforts dans les domaines pour espérer atteindre  les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en la matière.

Pour le 2ème objectif et le 4ème objectif, dans l’enseignement primaire et sur l’analphabétisme des adultes, le rapport mondial  de suivi sur l’EPT 2000-2015 épingle notre pays qui enregistre un blocage, voire un recul suite à la crise politico-sécuritaire qu’a connu notre pays ces dernières années. Le 3ème objectif connaît un  développement assez timide. Le rapport note également une évolution constatée dans l’enseignement technique professionnel et l’andragogie qui s’impose progressivement.

Pour le 5ème objectif, notre pays figure du lot de ceux qui n’y parviendront pas  dans le court terme si des initiatives innovantes et audacieuses ne sont pas entreprises, par exemple la gratuite de l’école et la mise en œuvre de mesures discriminatoires positives en faveur des filles, des personnes vivantes avec un handicap, des couches pauvres de la société.

Enfin, le sixième objectif  sur la qualité de l’éducation et le dernier objectif de l’EPT, le rapport révèle plutôt un recul. Les taux  d’encadrement au niveau des écoles primaires sont en baisse. La formation des enseignants n’est pas souvent conforme aux normes nationales. Les évaluations des apprentissages ne se font pas régulièrement et suivant les règles. Et ce constat semble être valable pour notre pays.

Dans son discours, le Président de l’Assemblée Nationale s’est réjoui du choix porté sur son institution.  Au nom de la représentation nationale, il a réitéré la gratitude de la nation malienne pour des efforts obtenus ces dernières années pour tirer les enfants du Mali de l’obscurantisme que constitue l’analphabétisme. L’honorable Issiaka Sidibé a reconnu que beaucoup reste à faire.

Source: Le Forum

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *