La jeunesse de Nioro du Sahel ne veut plus des anciens députés

Selon nos informations, la jeunesse de Nioro du Sahel protesterait rigoureussement contre la candidature des anciens députés élus dans cette circonscription électorale. Aussi elle s’opposerait à la candidature de tout candidat venant d’ailleurs et exigerait un candidat résidant à Nioro du Sahel. Pour ainsi dire, elle prêche pour sa propre chapelle car elle entend soutenir la candidature de jeunes gens.

 jeunesse Nioro Sahel contre depute mali

Législatives à Dioila : 25 000 0000 FCFA pour l’achat des consciences !

L’alliance RPM-Adema-Urd-Fare débloque la somme de 25.000.000 Fcfa pour gagner les législatives dans le Banico. La manne financière vient des poches des candidats alignés pour cette députation. Il s’agit de  Mamadou Diarrassouba  et Yiriba Keita pour le PRM ; Sékou Traoré pour l’Adema, Daouda Coulibaly pour les Fare et Bakary Fomba pour l’Urd. Alors que la caution nationale est de 50 000 Fcfa ; c’est dire que l’administration doit simplement et purement annuler la liste de cette alliance pour achat de conscience.  C’est peut-être rêver de penser à cela. En tout cas, les législatives à Banico s’annoncent sur fond d’achat de conscience. Et le changement au niveau des hommes politiques n’est pas pour demain. Et dire que, Mamadou Diarrassouba, proche du président IBK, est le cerveau de cette opération. On imagine alors toutes les peines du président IBK dans sa quête pour le bonheur des Maliens

 

 

Festivités des 55 ans de la Guinée

La célébration de la fête du 55e anniversaire de l’indépendance de la Guinée s’est déroulée à N’Zérékoré, la capitale de la Guinée Forestière, située à 1 000 km de Conakry. Les festivités se sont déroulées en présence du président de la République, le Pr. Alpha Condé, des membres du gouvernement et des diplomates accrédités en Guinée. Une occasion saisie par le président Condé pour répondre à ses détracteurs et aux menaces proférées par son opposition. «Désormais, le débat politique va quitter la rue pour se retrouver au Parlement. La pagaille est terminée. Quiconque veut semer la pagaille, va trouver l’Etat en face de lui. L’Etat va prendre ses responsabilités. N’ayez pas peur, il n’y aura rien après les élections», a déclaré le chef de l’Etat guinéen sur un ton ferme. «Ceux qui veulent déstabiliser la Guinée ont tort. Ils ne pourront pas. Nous allons renforcer la vigilance sur nos frontières en mettant des moyens à la disposition des forces de défense pour sécuriser nos frontières», a ajouté Alpha Condé. Les 56 ans de la Guinée seront célébrés dans le Fouta.

 

 

Plus de BRDM à l’ORTM

Depuis quelques jours, ce sont les éléments de la garde nationale qui sécurisent l’Ortm. Les devantures de l’hôtel de l’Amitié sont occupées par des agents de la police. Les éléments de Kati ne sont plus visibles. Mieux, vendredi dernier, le BRDM qui était stationné sur le terrain poussière rouge a été récupéré par la hiérarchie militaire. Selon nos sources, il faisait partie du matériel de Kati, et il y avait même des militaires pour le contrôler et surveiller l’Ortm. Les mêmes sources ajoutent que plusieurs autres armes reparties tout autour de l’Ortm ont été récupérées. Tout cela s’est terminé par une demande expresse formulée à l’endroit des éléments en question de regagner leur corps d’origine.

 

Les révoltés de Kati

Certains révoltés de Kati ont été arrêtés d’autres pas encore. Ces derniers ont préféré se retirer de la révolte après leur rencontre avec le ministre. Selon eux, c’est un complot de Haya et de ses proches contre les militaires de Kati. En effet, depuis un certain temps, les militaires de Kati ont exprimé leur souhait de voir Haya quitter le camp Soundjata Keïta. Car c’est un général et n’est pas le commandant de la région militaire. À ce titre, il ne peut pas continuer à rester à Kati. C’est avant la prise de cette disposition qu’il y a eu cette révolte qui, selon eux, n’a fait que renforcer la sécurité de Sanogo alors que les militaires ne veulent plus de sa présence dans le camp de Kati. D’autant qu’il intervient dans tout ce qui se passe à Kati.

 

Une opposition destructive

Les têtes de file de l’opposition guinéenne sont d’anciens Premiers ministres, Mamadou Cellou Dalein Diallo, Jean Marie Doré, Lansana Kouyaté, Sidiya Touré. Ils ne font désormais que des manifestations dans les rues de Conakry. À l’occasion desquelles leurs militants déracinent les poteaux électriques, creusent des trous sur les routes bitumées ou cassent des infrastructures en chantier dans la capitale guinéenne. Et si le pouvoir arrête leurs militants, ils protestent jusqu’à leur libération. C’est pourquoi lors des festivités du 55ème anniversaire, Alpha Condé a fait savoir que la récréation est terminée. Pour lui, les débats doivent quitter la rue pour le parlement. Il ajoutera que tous ceux qui vont descendre dans la rue vont trouver l’Etat sur leur chemin. Depuis cette annonce, aucun leader n’a appelé ses militants à manifester dans les rues.

 

 

Plus de rigueur

Beaucoup de Maliens ont bien apprécié le discours d’IBK suite à la révolte des militaires à Kati. Sa fermeté et son franc-parler sont donc revenus au bon moment, selon certains de nos interlocuteurs. Par contre d’autres pensent que c’est de la poudre aux yeux, car IBK est avant tout un homme politique qui sera bloqué tôt ou tard. «C’est une purge qui devrait se poursuivre sur la base du droit, des règles républicaines, c’est ce que je te dis, il dit intervenir sur la base de la justice et du rétablissement de l’ordre, la discipline et l’équité, et dans ce cas, la purge devrait être totale», dit l’un d’eux. Avant de poursuivre que «les Maliens attendent IBK et comptent beaucoup sur lui et il n’a pas droit à les décevoir». Toute chose qui lui demande plus de rigueur.

 

Un serpent prend la place du marié

Cela s’est passé dans une localité guinéenne lors de la célébration d’un mariage. Comme le maire se faisait attendre, le marié a voulu prendre une bouffée d’air en laissant la mariée et les autres invités. Comme la place des mariés était proche de la fenêtre, c’est un serpent qui est venu se mettre tout bonnement sur la chaise du marié. À l’arrivée du maire, alors que tout le monde prenait place, le marié a soulevé son bouquet de fleurs et a vu un serpent sur sa chaise. Rien qu’à l’évocation du nom, serpent, la salle s’est vidée de tout son monde, chacun ayant pris la tangente. Excepté la mariée ! Laquelle est restée sans faire le moindre mouvement, et, le serpent ne lui a rien fait. Quelques instants après, elle est sortie seule de la salle d’audience pour se rendre dans sa famille. Hic : elle a refusé le mariage estimant que c’est un serpent blanc qui n’est pas dangereux. Malgré toutes les démarches des gens du village, elle n’a pas voulu revenir sur sa décision.

 

 

Un ministère en construction

Le ministère en charge de la Réconciliation nationale et du développement des régions nord du Mali est un véritable nouveau département. À part le ministre aucune personne ne travaille dans ce département. Le ministre Diarra a entamé une grande consultation pour le choix de ses hommes. Selon certaines indiscrétions, il est en train de faire revenir plusieurs cadres maliens des Etats-Unis, mais aussi des experts pour la bonne exécution de son travail. Une source nous a fait savoir que certaines personnes contactées ont exigé des contrats avant de venir. Ce qui fait que les choses ne bougent pas au niveau de ce département. Le ministre Cheick Oumar Diarra souhaite travailler avec des gens qui ont de la compétence.

SOURCE: Le Reporter
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *