La franchise D’IBK A Mahamoud Dicko «Vous restez un frère, malgré les divergences… et nos fâcheries d’Homme»

D’aucuns ont cru à la rupture totale entre le Président IBK et l’Imam Mahmoud Dicko. A l’ouverture du troisième congrès ordinaire du Haut Conseil Islamique du Mali, le Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kéïta s’est adressé au désormais ancien Président du HCI en toute franchise : « Malgré nos divergences, malgré nos fâcheries d’Homme, nous demeurons des frères. Nous sommes appelés à faire le chemin ensemble ».

Des mois durant, les relations entre le Président IBK et le Président sortant du HCIM, l’Imam Mahmoud Dicko, ont reçu de coups durs au point que le second n’aime guère humer l’odeur du premier au plan politique. Selon les indiscrétions, ce dernier l’Imam Dicko serait mécontent de son éviction de la tête de la mission de bons offices qu’il dirigeait par l’ex-Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga.

La conséquence directe de cette situation a été le retrait du soutien de l’Imam Dicko, en accointance avec le Chérif de Nioro Bouyé Haïdara, à la candidature du Président IBK lors des présidentielles de juillet-août 2018, au profit d’Alou Boubacar Diallo de l’ADP-Maliba au premier tour, puis de l’Honorable Soumaïla Cissé au second tour desdites élections. Malgré les diatribes et les manœuvres par-ci par-là, IBK a été réélu Président de la République. Et ce fut la goutte qui fera déborder le vase ;car, ni Dicko ni son parrain Bouyé ne s’attendaient à un tel camouflet des urnes.

Toutes les sorties effectuées par l’Imam Dicko, marches et meetings, ont été des tribunes de diatribes contre le régime d’IBK. La tension a atteint son paroxysme le vendredi 5 avril 2019 avec la marche des Religieux à son appel. Des milliers de Maliens étaient sortis pour exprimer leur intention d’en découdre avec le Gouvernement d’alors, celui de Soumeylou Boubèye Maïga, si jamais IBK ne parvenait pas à démettre ce dernier de la Primature, devenu de facto l’oiseau à abattre.

IBK n’a pas cédé face à ces injonctions de Dicko et acolytes. Car, l’attitude de l’Imam Dicko frise l’immixtion du Religieux dans le champ politique contre IBK. Toutefois, les deux Hommes affichent pourtant leur amitié l’un à l’autre, sans pourtant mâcher leurs mots quand il s’agit de cracher la vérité. Après leurs dernières rencontres à Koulouba, dans le cadre du dialogue social initié par IBK, les deux amis se sont encore rencontrés par la force du destin, le samedi 20 avril 2019, au CICB, lors de l’ouverture du troisième congrès ordinaire du HCIM.

Beaucoup s’attendaient à une atmosphère de chiens de faïence entre les deux Hommes. Mais, tout au contraire, une certaine courtoisie a marqué les tons et gestes des deux Hommes qui se sont appréciés d’une manière ou d’une autre. Malgré tout ce qui a été dit et/ou fait, IBK ne prend pas en ennemi l’Imam Dicko. S’il a salué la mission qu’il juge «accomplie pleinement et dignement à la tête de cette faîtière des musulmans… avec brio» et l’interface et la représentation de la communauté musulmane tant ici qu’à l’extérieur du Mali, « c’est un grand leader qui s’en va », regrettera IBK.

Cependant, le Chef de l’Etat a rappelé à l’Imam Dicko que les dents et la langue sont appelées à cohabiter malgré qu’elles se querellent. « Vous restez un frère, malgré les divergences qui peuvent arriver, malgré nos fâcheries d’Hommes. Un frère sortant n’existe pas chez moi. Nous serons appelés à cheminer ensemble, à nous supporter l’un et l’autre pour le temps qui nous reste ici-bas et je suis heureux et fier d’être votre frère », a déclaré Ibrahim Boubacar Kéïta à Dicko.

La nomination à la primature du Dr Boubou Cissé en remplacement de Soumeylou Boubèye Maïga calme les ardeurs du côté des Religieux qui, selon nos informations, sont prêts à participer au Gouvernement.

Cyril ADOHOUN

Source: L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *