Koulouba en manque de production intellectuelle : IBK, à la recherche d’hommes compétents

Ceci n’est un secret pour personne que durant ces quelques mois de gestion du pouvoir, les faiblesses, voir les limites de certains proches d’IBK, sautent au grand jour.  La conséquence de cette situation qui vient au mauvais moment, doit être circonscrite afin que le locataire de Koulouba puisse réussir son pari avec le peuple malien. De nos jours, IBK a besoin d’hommes compétents, de techniciens chevronnés. Dieu sait que le Mali en regorge beaucoup.

 

ibrahim boubacar keita ibk vengeance

En tout cas, de l’avis général, nos compatriotes et surtout les spécialistes de la gestion d‘Etat, pensent qu’il y a un grand couac dans l’équipe du Chef de l’Etat, qui est dépourvu de production intellectuelle, de cadres qui connaissent les dossiers et savent les traiter avec célérité.

Les remarques sont pertinentes. Aussi, la composition de l’équipe Oumar Tatam Ly, les arrestations de militaires qui deviennent insensées puisque l’une des missions premières du locataire de Koulouba, demeure le recouvrement de l’intégrité territoriale du Mali, la sauvegarde du caractère unitaire de l’Etat. Donc ceci devait être la priorité des priorités.

Blocage de l’appareil d’Etat

De nos jours, le blocage de l’appareil d’Etat est palpable par faute de cadres percutants, de fonds dont ceux promis par la communauté internationale peinent à être mis dans notre escarcelle. Pour Moriba Z. Traoré, fonctionnaire à la retraite, « l’ouverture de plusieurs dossiers par IBK, est inutile, voir dilatoire. La priorité est et demeure Kidal. Donc la question d’autonomie, de fédéralisme, rentre dans le cadre de la territorialisation des politiques publiques.

En clair, cela revient aux collectivités qui doivent prendre des initiatives ». « En clair, IBK est arrivée au pouvoir, sans une vision claire de la crise du  nord Mali »,  a remarqué notre interlocuteur très amer sur la méthode du «Kankélen Tigi».

IBK devrait s’entourer de techniciens chevronnés…

Pour Hamidou, juriste, « IBK devrait s’entourer de techniciens chevronnés et non de ce que nous voyons dans le gouvernement et ailleurs. Il y a donc un déficit criard au plan de la composition de l’équipe présidentielle et du gouvernement ».

Et sur la crise, poursuit notre interlocuteur : « C’est là ou le MNLA a damé le pion au Président de la République: bonne communication, des cadres qui maîtrisent les dossiers.

Et le danger est qu’en trainant les pieds, sans fournir de feuille de route par rapport à la résolution de ce conflit, avec une France qui s’impatiente pour la signature de ses accords de défense avec le Mali, il faut craindre le pire ». « N’ayons pas peur des mots, IBK est à la recherche de partenaires crédibles », a martelé un leader politique qui a gardé l’anonymat.

Pays non encore maîtrisé

« C’est l’ensemble de toutes ces remarques qui font croire que le pays n’est pas encore bien maîtrisé par le nouveau Président de la République que la communauté internationale veut manipuler afin d’assouvir les desiderata d’une puissance Occidentale, pour quoi pas américaine.

Et l’équipe de la Transition doit rendre des comptes puisqu’elle a été à l’origine de l’envoi des troupes de la MINUSMA et de SERVAL. Cela s’appelle de la haute trahison », a martelé, Fatoumata Diarra, économiste.

En tout cas, le temps est entrain de donner raison aux vrais patriotes qui se sont opposés à l’envoi de troupes au Mali, car la situation démontre la probable division du pays qui profile à l’horizon.

Wait and see !

Bokari Dicko

Source: Mali Demain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *