Karim Keïta : un « fils de » d’une autre époque

Les temps et les mentalités changent en Afrique. Les électeurs ne supportent plus de voir des fils de président faire fortune en toute opacité le temps d’un mandat, tout en accaparant les leviers d’un pouvoir pour lequel ils ne sont pas qualifiés. Au Mali, la drôle de trajectoire de Karim Keïta menace la réélection de son père.

Karim Keïta est né et a grandi à Paris, avant d’entreprendre des études supérieures au Canada et en Belgique. Tardivement, dans le sillage de l’élection de son père à la présidence en 2013, il s’est installé au Mali. Grand bien lui en a pris, tant sa carrière a connu une ascension fulgurante au cours des cinq années passées.

A 34 ans, sans la moindre expérience ou légitimité politique, il devient député. Promotion expresse pour ce « fils de », il est aussitôt élu par ses pairs président de la Commission défense, sécurité et protection civile de l’Assemblée nationale. Un poste stratégique dans un Mali en guerre contre des groupes djihadistes… et pour lequel Karim Keïta n’a pas la moindre qualification.

La suite du parcours de Karim Keïta est encore beaucoup plus difficile à suivre. Le salaire mensuel d’un député malien étant fixé à 2’100 euros environ (1,4 million de Fcfa), certains éléments du train de vie du fils du président Ibrahim Boubacar Keïta, interrogent.

Passons sur son goût des montres de luxe (il a été pris en photo avec au poignet une Rolex d’une valeur de 35’000 euros), des voitures de luxe (la presse malienne parle notamment de deux Rolls Royce, d’une Porsche et de plusieurs 4X4 hauts de gamme) et de tous les signes extérieurs de bling-bling qu’il a longtemps étalé sur les réseaux sociaux à la manière d’un rappeur américain.

Mais les médias maliens, ont relevé des investissements dont les montants posent beaucoup plus de questions sur la fortune de Karim Keïta. Selon le journal Le Sphinx, le fils du président IBK a acquis un hôtel de luxe de Bamako pour plus de six millions d’euros (4 milliards de Fcfa). Le site d’actualité Bamada.net évoque l’achat d’un terrain dans le Mandé pour 1,5 million d’euros (1 milliard de Fcfa).

Des investissements loin d’être anodins et qui posent beaucoup de questions. Comment un trentenaire, sans fortune familiale connue, peut-il disposer de telles sommes alors que son activité principale (député) ne justifie pas ce type de revenus ?

Des questions que se posent depuis cinq ans les Maliens, ulcérés par ces marques d’un népotisme, à l’heure où le pays traverse la plus grave crise de son histoire. Menacé dans son intégrité territoriale, confronté à un chômage de masse (en particulier chez les jeunes), le Mali ne goûte que modérément les frasques du fils du président.

A tel point que Karim Keïta est devenu un point de fragilité pour la présidentielle de juillet prochain. Et c’est une bonne chose. Les populations africaines ne peuvent plus accepter de se faire mener en bateau par des élites qui ne pensent qu’à ponctionner au maximum les caisses de l’Etat pendant que le peuple peine à survivre.

En 2017, il ne devrait plus y avoir de Karim Keïta sur le continent. Être « fils de » ne donne pas un droit à piller le pays et à s’accaparer en famille les plus hautes fonctions.

Depuis son arrivée à la présidence du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta est régulièrement critiqué pour avoir placé des membres de sa famille, dont son fils, à des postes stratégiques.

Petits arrangements en famille Au cœur des dénonciations, la famille du président dont plusieurs membres occupent ou sont passés par des postes à responsabilité sous son mandat alimente l’essentiel des polémiques. Début 2014, la nomination du fils du chef de l’Etat, Karim Keïta, au poste de président de la Commission de Défense à l’Assemblée nationale avait déjà nourri les reproches de népotisme à l’encontre du père. A ce parachutage controversé s’est ensuite ajouté l’élection d’Issaka Sidibé, le beau père de Karim Keïta, à la présidence de cette même Assemblée. La liste ne s’arrête pas là : Hamadou Konaté, à l’époque ministre du Travail passé en 2016 à la tête du Ministère de la solidarité et des affaires humanitaires est le mari d’une des soeurs de l’épouse d’IBK ; en 2014 le ministre délégué à la Promotion des investissements, Moustapha Ben Barka, n’est autre qu’un neveu par alliance. Enfin, depuis l’arrivée d’IBK au pouvoir, la première dame, Aminata Maïga Keïta, s’est emparé de plusieurs dossiers lui autorisant l’emploi personnel d’émissaires rémunérés par l’Etat. De quoi donner du grain à moudre à l’opposition qui dénonce une gestion clanique du pouvoir jusque dans les milieux de l’armée et du secteur privé. « La famille présidentielle est citée dans toutes les affaires » affirme un membre de l’opposition qui requiert l’anonymat. « Avant on se contentait de prendre des rétro-commissions, maintenant ils montent des sociétés écran, postulent et remportent la quasi-totalité des marchés ». Karim Keïta, le fils gâté Pilier de ce système controversé, Karim Keïta, régulièrement comparé à Karim Wade, le fils de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade connu pour ses habitudes de flambeur, concentre le gros des critiques. Inconnu avant l’élection de son père, ce trentenaire formé en Belgique et au Canada s’est fait une place en politique en mettant son carnet d’adresse au service de son père. Pour la campagne présidentielle de 2013, c’est lui qui prend notamment en charge une partie de la communication et de la logistique. Avant la tenue du scrutin, l’une de ses connaissances, l’homme d’affaires Sidi Kagnassi abonné aux controverses en Côte d’Ivoire, qui décroche le contrat de fabrication des cartes électorales biométriques dites « Nina » pour le compte de la société française Morpho (ex-Sagem), filiale de Safran. Plusieurs fois condamnée pour corruption dans d’autres pays africains, l’entreprise elle-même traîne de nombreuses casseroles. Sidi Kagnassi sera ensuite nommé conseiller à la Présidence avant d’être remercié un an plus tard après à l’apparition de son nom dans un scandale lié à un contrat d’achat de fournitures militaires pour les forces armées maliennes. Selon une source sécuritaire, le fils du chef de l’Etat entretient par ailleurs des liens de proximité avec l’ex directeur des renseignements maliens sous le président Amadou Toumani Touré (ATT), Mamy Coulibaly dont il aurait été l’artisan du récent retour au Mali. En 2011, Mamy Coulibaly avait été limogé de son poste après l’évasion du Tunisien Bachir Simoun, auteur de l’attentat raté contre l’ambassade de France à Bamako, quelques semaines auparavant. Il avait ensuite hérité d’un poste de consul général à Abidjan où il s’est constitué un important réseau. A ce piquant carnet d’adresse s’ajoute un penchant prononcé pour le monde des affaires que Karim Keïta n’a jamais abandonné depuis son entrée en politique. L’opposition et la presse malienne l’accusent régulièrement d’intervenir dans des marchés d’Etat notamment pour les ministères de la Défense et de la Santé. Dernièrement, des journaux maliens ont affirmé, sans pour autant fournir de preuves, que le fils du chef de l’Etat détiendrait des actions dans la société de distribution sud africaine de produits pétroliers Oryx présente au Mali. Autant de négoces qui lui auraient permis d’accumuler une petite fortune personnelle investie volontiers dans de l’immobilier, notamment à l’étranger. Avions et voitures de luxe Au delà des accusations de népotisme, plusieurs antécédents avaient déjà sévèrement égratigné l’image du chef de l’Etat malien. En mars 2014 les liens qu’il entretient avec le parrain des parrains corses Michel Tomi qui possède le Casino de Bamako sont révélés par la presse. Une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris pour « blanchiment aggravé en bande organisée », « abus de biens sociaux » et « faux en écriture privée » en juillet 2013 est chargée de faire la lumière sur les affaires de Tomi en Afrique. http://bamada.net IBK se retrouve lui-même dans le viseur de la justice française lorsque les investigations s’étendent à des faits de « corruption d’agent public étranger ». Des conversations téléphoniques interceptées par justice françaises et reproduites dans la presse révèleront la teneur des services rendus par le parrain corse à son ami malien : achat de costumes de luxe, mise à disposition de jet privé, paiement de séjour en hôtel parisien. L’homme d’affaire conseillera également à IBK de confier sa protection personnelle à la société militaire privée Gallice tenue par un ancien des Forces spéciales. L’affaire met mal à l’aise la diplomatie française qui a soutenu IBK pour son ascension au pouvoir. En mai 2014, le FMI avait par ailleurs annoncé la suspension du versement de ses crédits au Mali suite à des accusations de mauvaise gestion des fonds publics. Un contrat de fourniture d’équipement militaire signé par le ministère de la Défense avec la société « Guo-Star » avait notamment servi de base à d’importantes surfacturations. Après avoir épluché les audits menés par les instances de vérification maliennes, le FMI avait par ailleurs découvert l’existence d’autres contrats militaires dont le montant total des dépenses s’élevait à 134 milliards de francs CFA, alors que seuls 34 milliards étaient prévus dans le budget national. L’acquisition d’un avion présidentiel pour près de 19,5 milliards de francs CFA (30 millions d’euros) alors qu’un autre avion hérité de l’ex président Amadou Toumani Touré (ATT) était toujours à disposition avait également généré une polémique brûlante. Tombée depuis aux oubliettes, l’affaire n’a entrainé aucune sanction contre les personnes citées à l’époque dans le scandale. Au total, le bureau du vérificateur général, une institution chargée de passer au crible les finances de l’Etat, avait chiffré le détournement des deniers publics de ces deux affaires à plus de 9,35 milliards francs CFA (environ 14 millions d’euros). Signe d’une opinion malienne profondément exaspérée par ces abus, les réseaux sociaux sont devenus la principale caisse de résonance des commentaires et rumeurs en tout genre liées à la fortune d’IBK. Début janvier, des photos de voitures de luxe parquées dans la résidence d’IBK et de sortie à l’occasion du concert du chanteur Maitre Gims en décembre dernier à Bamako ont notamment fait leur apparition sur Facebook alimentant un peu plus la polémique.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *