Intox et désintox: opposition, le faux procès

En manchette des canards, cette semaine, la nomination d’un nouveau Gouvernement qui donne matière à spéculer à une Opposition politique désemparée. Tiraillée entre charlatanisme, procès d’intention, un délire paranoïaque, les échéances de 2018 hantent l’esprit de cette Opposition qui fait de l’actuel Gouvernement un exutoire, une excuse par anticipation de sa débâcle annoncée. Face à une INTOX à grande échelle, voici la DESINTOX.
Lisez les croustillantes PEPITES de la semaine.

honorable soumaila cisse depute assemblee nationale chef opposition urd discours conference

Le mâtiné
INTOX
Le Pr. Mamadou SAMAKE, chargé de cours à la Faculté des sciences juridiques de l’Université de Bamako a déclaré sur les ondes de Studio Tamani :
« N’oublions pas qu’Abdoulaye Idrissa Maiga avait été en 2013 le directeur de la campagne du candidat Ibrahim Boubacar Keïta. Donc, le nommer comme Premier ministre augure déjà de la mise en place d’un appareil gouvernemental dans la perspective des échéances de 2018 (…) ».

DESINTOX
Il n’y a que les amnésiques qui oublient que les autres ont une capacité de rétention. 2013, ce n’est pas une éternité et ce n’est pas un exploit intellectuel particulier que de rappeler qu’Abdoulaye Idrissa MAIGA a été le Directeur de campagne du candidat Ibrahim Boubacar KEITA. Un directeur de campagne du candidat le plus en vue n’est pas une ombre. Il ne passe pas inaperçu, quand bien même s’il y a un homme qui brille par sa discrétion, c’est bien l’actuel locataire de la Primature.
En gageant que la nomination d’Abdoulaye Idrissa MAIGA comme Premier ministre augure de la mise en place d’un appareil gouvernemental dans la perspective des échéances de 2018, Mamadou SAMAKE à tout faux. Les faits, qui sont têtus, lui ont donné tort, parce que c’est à peine si la Majorité présidentielle dépasse les 50% des postes ministériels, à telle enseigne qu’on s’interroge qui gouverne le pays. Comme quoi, les procès d’intention qui altèrent le jugement conduisent à de fausses prophéties. Ce n’est pas parce qu’on est Chargé de cours dans une faculté qu’on peut se laisser aller en conjectures.
C’est surtout navrant, parce que les juristes ont une réputation de rigueur dans la démarche intellectuelle, contrairement à cet apprenti sorcier qui se livre à une telle désinvolture. Péril sur nos étudiants qui doivent subir les élucubrations d’un mâtiné politico-juriste.

Le charlatan
INTOX
Soumi Champion, chef de file de l’Opposition dite démocratique et républicaine : « pour moi, c’est une grande déception. Après la conférence d’entente nationale, on s’attendait à un gouvernement qui allait être résolument engagé pour faire face aux défis ».

INTOX
Ainsi, il y avait de l’espoir que le gouvernement allait être résolument engagé à faire face aux défis! Surprenant de la part d’une opposition pour qui rien de bon ne peut venir du Président Ibrahim Boubacar KEITA, à la lumière des ‘’affaires’’ qu’elle usine à longueur de journée. A moins qu’il ne s’agisse d’une sournoiserie consistant à crier tout haut le contraire de ce que l’on pense tout bas. Il y a va d’ailleurs de la survie de l’Opposition, surtout sous les cieux comme le nôtre.
A moins de faire de la divination, l’on se demande comment Soumi champion peut-il dire que le Gouvernement n’est pas engagé à faire face aux défis ? En réalité c’est un doux euphémisme de le dire lorsqu’on sait que pour beaucoup de politicards, le chemin de Koulouba passe par les charlatans de tout acabit qui prélèvent au passage sur l’immense fortune accumulée sur le dos des Maliens leurs onéreux frais de consultation. Pardon, leur dû plus les intérêts de plusieurs années.
Les défis ? Oui, il y en a et beaucoup même. Mais le Mali n’est pas le seul pays au monde à en avoir, tous les pays du monde en ont et les abordent avec les moyens en leur possession. De grâce, arrêtons d’extrapoler des termes, les charger de contenus qu’ils n’ont pas dans la langue de Molière, de mystifier le peuple. C’est l’arme des faibles qui n’ont pas pu et qui ne pourraient peut-être jamais s’imposer par la force de l’exemple qui convainc plus que les insinuations et les affabulations, les seuls domaines dans lesquels excelle notre Opposition dite démocratique et républicaine. Cette Opposition si arrogante pendant ses heures de gloire, en raison d’une énorme fortune amassée. Et Dieu sait comment !

Le délirant
INTOX
« Le fait qu’elles (Ndlr : la Plateforme des mouvements du 14 juin et la Coordination des mouvements armés (CMA)) ne soient pas dans le gouvernement est manifestement un échec ».

DESINTOX
C’est abracadabrantesque ! Parce que la Plateforme et la Coordination des mouvements armés ne sont pas dans le Gouvernement, au sortir de la Conférence d’entente nationale à laquelle elles avaient dans un premier temps refusé de prendre part, c’est un échec. Entre nous, volons un peu plus haut. Personne n’ignore les caprices de ces mouvements armés au Mali et ailleurs. Il a fallu une procession de médiateurs pour qu’ils prennent le train, en marche, de la Conférence d’entente nationale (CEN). Pourtant, ils étaient là, à Bamako. Mais, il fallait qu’ils soient la vedette de cette CEN dont le nombre de participants initialement prévu a triplé, tant elle a suscité de l’engouement chez les Maliens venus de toutes les régions.
Pour la mise en place du Gouvernement, fidèle à leur habitude, les mouvements armés ont joué la star avec une exigence hors de portée : avoir 30% des postes au sein du nouveau gouvernement. Les négociations n’ayant pas abouti, le train a continué sans eux, comme il a démarré sans eux à la Conférence d’entente nationale. Parce qu’il n’est pas question de prendre la République en otage par la surenchère. Dans tous les cas, le train continue de rouler et ils peuvent le prendre à la gare de leur choix. Il n’y a donc aucun échec. S’il y a échec, c’est bien celui des mouvements armés dont la soif de pouvoir n’a pas été étanchée cette fois-ci. Pour les 30% de quota, ils devront attendre le moment opportun.
En attendant c’est le président de la République, démocratiquement élu, sur la base d’un programme, qui distribue les cartes à qui il veut. Il faut qu’on arrête de délirer dans ce pays et de provoquer une tempête dans un verre.

Le paranoïaque
INTOX
« Comme je m’en doutais, comme je m’en inquiétais, le choix a été fait juste pour préparer l’élection présidentielle ».

DESINTOX
Soumi champion, on le savait, depuis sa débâcle à l’élection présidentielle de 2013 est atteint d’un trouble sévère : le délire paranoïaque. Il voit le danger partout, il a une méfiance envahissante des autres. Du coup, l’inquiétude du Chef de file de l’Opposition dite démocratique et républicaine ne devrait inquiéter personne. Sa psychose ne le concerne que lui. S’il a une obsession du pouvoir, cela ne l’engage que lui.
Quant à préparer l’élection présidentielle de 2018, il y a deux vérités à savoir et que Soumi feint d’ignorer comme tous ses acolytes de l’Opposition d’ailleurs.
La première vérité est qu’on n’exerce pas le pouvoir pour préparer la voie royale à l’arrivée de l’Opposition. D’ailleurs, la vocation d’un Parti politique, c’est la conquête et l’exercice du pouvoir. Et quand on y est, on travaille pour y rester. Soumi et ses comparses ne feraient pas le contraire.
La seconde vérité, c’est que Soumi indexe un arbre qui cache une forêt d’échecs. Il allume un écran de fumée suffisamment dense. En 2002, quand il s’est présenté à l’élection présidentielle, contre Amadou Toumani TOURE, au second tour, il a mordu la poussière. Celui-ci n’était pas encore président de la République pour mettre en place un appareil gouvernemental dans la perspective de cette présidentielle qui restera gravée dans les annales de l’histoire démocratique du pays par son côté sombre de « manipulation frauduleuse des résultats chiffrés du vote ».
En 2013, quand IBK écrasait Soumi au second tour de la présidentielle, avec plus de 77% des suffrages exprimés, lui n’ont plus n’avait pas la possibilité de mettre en place un gouvernement susceptible de favoriser son élection.
En conclusion, il est possible de se faire élire uniquement sur la base d’une légitimité populaire. Manifestement Soumi ne l’a pas et il justifie par anticipation sa troisième défaite à l’élection présidentielle en 2018.

Futile
INTOX
« Voilà ma lecture de ce gouvernement sans compter bien sûr la violation de la loi sur les femmes et le fait qu’il n’y a que 8 femmes sur les 36 membres du gouvernement ».

DESINTOX
Une analyse vraiment superficielle, comme l’ont été les autres concernant les précédents sujets évoqués. On a envie de rappeler à Soumi champion que quand on n’a rien à dire, on se tait. Point barre.
Pour aller en profondeur, la loi qu’il évoque pour parler de violation, a été initiée par celui qu’il voue aux gémonies. C’est une initiative du Gouvernement, preuve de son souci d’équité.
C’est le président IBK qui a gracieusement offert 500 millions de francs CFA aux femmes pour renforcer leurs capacités, lors des dernières élections communales.
Ce n’est donc pas lui qui foulerait du pied les intérêts des femmes.

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *