INTERVIEW (PRESQUE) IMAGINAIRE- IBK : « Mahmoud Dicko doit s’occuper de sa mosquée et nous laisser travailler ! »

Le sit-in organisé 24 janvier devant l’Assemblée nationale par les associations et mouvements politiques membres de la Coalition des Forces Patriotiques, la révision constitutionnelle, l’insécurité dans le district de Bamako et la déclaration de l’imam Mahmoud Dicko, appelant le Chef de l’Etat à démettre le gouvernement, suite à la déclaration du Premier ministre selon lequel « l’Etat n’est responsable en rien » dans les tueries perpétrées au centre du pays…


Tels sont, entre autres, les sujets abordés dans cette interviou, qu’IBK a bien voulu nous accorder. C’était le week-end dernier, à sa résidence privée de Sébénikoro.

Mr le président, vous inspirez et respirez la grande forme…

Hey Le Mollah, arrête tes flatteries. Tu sais, comme moi, que je ne suis pas en forme.

Peut-on savoir pourquoi ?

Ça ne va pas parce que les opposants au projet de révision constitutionnelle s’apprêtent, de nouveau, à mettre du sable dans mon couscous. Tous veulent, une fois de plus, s’opposer à la révision constitutionnelle, pourtant, nécessaire à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Pour Dr Brahima Fomba, chargé de cours à l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako, « le projet de révision constitutionnelle prépare, s’il ne le consacre tout court, la partition du Mali, en ce sens qu’il enterre les articles 97 et 98 de la constitution du 25 février 1992 » …

J’ai beaucoup de respect pour Dr Fomba. Mais comme lui-même le dit, même en lisant entre les lignes, on se rend compte que cette révision constitutionnelle ne fait, nulle part, allusion à la partition du pays. C’est juste une vue de son esprit.

Mr le président, jeudi dernier, plusieurs associations et mouvements politiques regroupés au sein de la Coalition des Forces Patriotiques ont organisé un sit-in devant l’Assemblée nationale pour protester contre la prorogation du mandat des députés. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que ce sit-in n’a pas lieu d’être. Car, les raisons de la prorogation du mandat des députés ont été, largement, expliquées aux Maliens. Organiser un sit-in, dans ce contexte, c’est faire preuve de mauvaise foi.

Pour les organisateurs de ce sit-in, le peuple malien n’est pas d’accord avec la prorogation du mandat des députés…

De quel peuple malien parlent-ils ? Celui, dont les députés sont issus ou celui de leurs associations ?

L’insécurité, Mr le président, a franchi le seuil du tolérable à Bamako. Pas un jour sans qu’une personne ne soit poignardée en plein jour, ou qu’une attaque à mains armées ne vise un commerce ou une habitation…

J’appelle les populations à garder leur calme. Le gouvernement contrôle la situation.

Mais, Mr le président, les populations ne dorment plus que d’un œil, voire d’un demi-œil la nuit. Comment pouvez-vous dire que la situation est sous contrôle ?

Si la situation n’est pas sous contrôle, tu ne serais jamais arrivé ici, à Sébénikoro, pour me poser tes questions à deux balles.
En réalité, le gouvernement fait ce qu’il peut. Mais c’est le Malien même qui est devenu un « individu génétiquement modifié ».

C’est à dire ?

Un individu qui n’a plus de respect pour nos mœurs et coutumes. Un individu qui n’a plus de « Dambé ». Tout ce qui importe pour lui, c’est ce qu’il peut gagner. Illicitement.

Dans ce cas, c’est la justice qui doit avoir la main lourde pour y mettre fin.

Et si la justice, elle-même, est indépendante de tout sauf de l’argent sale ? Tu vois que les efforts du gouvernement risquent d’être vains.

Mr le président, le président du Haut Conseil Islamique, l’imam Mahmoud Dicko appelle à démettre le gouvernement, suite à la déclaration du Premier ministre, qui disait « que le gouvernement n’est pas responsable des tueries perpétrées au centre du pays » …

J’ai le plus grand respect pour mon frère Dicko. Mais, ce n’est pas à lui de me dire de démettre ou de constituer un gouvernement. Cette responsabilité incombe à moi et à moi seul. Alors, qu’il s’occupe de sa mosquée et qu’il nous laisse travailler.

Ah bon ?!

Il n’y a pas de Ah bon qui tienne ! De quel droit se taille-t-il le luxe de nous dire ce que nous avons à faire ? Est-ce lui que les Maliens ont élu à la tête du pays ? A l’issue de quelle élection ? Législative ou présidentielle ?
Pourquoi, donc, le Cardinal Jean Zerbo ne se mêle-t-il pas de politique ? Mahmoud Dicko est-il plus malien ou plus religieux que lui ?
Il faut savoir raison garder !

Propos recueillis par Le Mollah Omar 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *