Incident survenu à la commune de Konsiga dans le cercle de Yélimané : L’URD interpelle le Gouvernement de prendre sa responsabilité

Face à l’incident survenu le 15 octobre 2017 à la mairie de Konsiga dans le cercle de Yélimané qui a enregistré 8 blessés et un décès, les responsables du parti de l’Union pour la République et la démocratie (URD), ont animé, hier jeudi 11 janvier 2018, dans la conférence de presse de son siège à Badalabougou un point de presse. Il a été animé par le 1er Vice-président de l’URD, Salikou Sanogo, assisté par le secrétaire à la Communication, Me Demba Traoré et d’autres cadres du parti.

Rappelons les faits, dans la matinée du vendredi 15 décembre 2017, les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser un groupe de manifestants de la commune rurale de Konsiga dans le Cercle de Yélimané. Ce groupe occupait illégalement, depuis plusieurs jours, la Mairie de ladite Commune pour empêcher le Maire URD Tamassa KEBE d’y accéder, ainsi que les autres usagers. Au cours  de cette opération des échauffourées ont eu lieu entre les occupants et les forces de l’ordre faisant état de 8 blessés et 1 décès parmi les manifestants et de plusieurs blessés du côté des forces de l’ordre. Cette incidence, faut-il le rappeler, est due à l’annulation de la liste YELEMA-CODEM contre la liste URD-ADEMA-FARE, au motif qu’une fille de 19 ans y figurait, alors que l’âge minimum pour être éligible est de 21 ans au sens de l’article 191 de la loi électorale, laissant du coup une seule liste en compétition dans ladite circonscription.
A cet égard, l’Union pour la République et la démocratie (URD) a condamné, à son temps, cette situation et a présenté ses condoléances à la famille du défunt et souhaité prompt rétablissement aux blessés, et a ainsi déploré l’occupation du consulat du Mali à Paris qui s’en est suivi.  L’URD a ainsi invité toutes les parties au calme, à la retenue et au respect strict des lois de la République. Avant de demander au Gouvernement de prendre toutes les dispositions urgentes pour faire la lumière sur cette affaire et éviter que de tels dérapages ne se reproduisent.
Par ailleurs, selon le conférencier, Pr. Salikou Sanogo, 1er Vice-président de l’URD a dit que le parti a demandé de suivre avec l’attention requise l’évolution de la situation. Pour lui, ils ont constaté avec la curiosité que lors la visite de ministre de l’Administration territoriale, à l’époque Tieman Huber Coulibaly, s’est fait accompagner dans son déplacement à Kersignané par le premier responsable de l’association DAGAKANE à Bamako qui est un protagoniste du conflit avec le Maire. « Pour preuve, les habitants du village de Kersignané qui sont hostiles au Maire de la Commune ont entrepris, en association avec les militants de l’association Dagakané, une série d’actions revendicatives dont la reprise immédiate de l’occupation de la Mairie de Konsiga, l’organisation d’une manifestation devant l’Assemblée Nationale à Bamako et l’occupation du Consulat Général du Mali en France par les leurs sur place », a-t-il narré.
D’une manière générale, a-t-il renchéri, les manifestants exigeaient la démission de Monsieur Tamassa KEBE, Maire de KONSIGA et sa traduction en justice, la levée de l’immunité parlementaire de l’Honorable Mahamadou Hawa GASSAMA, Député élu à Yélimané,  ainsi que le départ du Gouverneur de la région de Kayes de son poste aux motifs qu’ils étaient tous coupables d’avoir agi contre les intérêts de la population et surtout d’avoir ordonné la répression des occupants de la mairie par les forces de l’ordre.
« Malheureusement force est de constater qu’après la visite du Ministre la situation ne s’est nullement améliorée sur le terrain, bien au contraire elle est entrain de prendre des tournures graves et inquiétantes qui interpellent fortement le Gouvernement de la République du Mali et tout démocrate sincère épris de paix et de justice », a-t-il déploré. Toujours selon le conférencier, Pr. Sanogo, le maire, Tamassa KEBE et certains de ses collègues continuent de faire l’objet de menaces de mort de la part d’individus qui n’hésitent pas à publier, à visage découvert, sur les réseaux sociaux des vidéos dans ce sens. Ces menaces et intimidations ont amené certains conseillers à rendre leur démission.
Pour le Secrétaire à la Communication, Me Demba Traoré a dit dans son intervention que, face à la situation, l’URD interpelle fortement le gouvernement pour qu’il prenne ses responsabilités à faire respecter l’ordre et la quiétude à Konsiga ; appelle encore une fois les protestataires à la retenue, au calme et au respect des lois de la République. « Aucune situation du genre ne pourra conforter notre démocratie et le vivre ensemble », a-t-il assené. Et d’ajouter que l’URD, renouvelle son soutien au Maire Tamassa KEBE, aux conseillers, et à l’ensemble de ses militants et sympathisants de la commune de Konsiga; le parti continuera à suivre avec l’attention requise l’évolution de la situation.
S. SANOGO

SourceLe Fondement

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *