Ibrahim Boubacar KEÏTA à l’occasion de la fête de l’Armée « Je voudrais dire aux forces armées et de sécurité que je ne tricherai jamais avec elles ! »

Dans sa traditionnelle adresse à la Nation marquant la fête de l’Armée, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a ténu à rendre un vibrant hommage à tous les soldats tombés sur le champ de l’honneur ainsi que les administrateurs civils (préfets et sous-préfets), qui ont perdu la vie à Kidal, le 17 Mais 2014 dans des conditions douloureuses. Il a aussi évoqué longuement les réformes en cours dans l’armée à travers la loi de programmation militaire.

President republique mali ibrahim boubacar keita ibk parti rpm

Détermination et engagement sans faille à faire des forces de défense et de sécurités des vrais défenseurs de la souveraineté nationale. Voilà, tout le sens du discours d’un Président convaincu de l’avenir meilleur pour son peuple dans un pays uni, républicain et laïc. « L’anniversaire de la création de notre Armée est un symbole. A l’instar des armées de tous les pays, l’Armée Malienne symbolise l’outil d’expression de l’indépendance et de la souveraineté nationale. De même, l’Armée constitue un instrument principal de la cohésion nationale, de garantie et de préservation de notre unité, c’est-à-dire de l’affirmation de la République tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national », dixit IBK.

Après avoir retracé les actes glorieux passés de nos forces de défense et sécurité, le Président de la République estime que notre armée n’était plus adaptée aux réalités de l’heure, car le monde a changé aussi bien que les ennemis. « Aujourd’hui, plus que jamais, la plupart des armées du monde subissent, malgré elles, non seulement les impostures terroristes et djihadistes, mais aussi et surtout les différentes formes d’irrédentisme ; toutes choses qui ont fini par fragiliser notre outil traditionnel de défense nationale », a-t-il fait savoir avant d’affirmer que ce sont ces raisons que notre armée a eu besoin des forces françaises et Onusiennes pour la libération du pays du joug des terroristes. C’est ainsi qu’il rappellera que des réformes s’avèrent plus que nécessaire et celles-ci sont en cours : «Tirant les leçons de ces circonstances, j’ai instruit au Gouvernement de ne ménager aucun effort pour la remise à niveau de nos Forces Armées et de Sécurité, dans un contexte d’intégration multinationale, prenant dûment en compte la menace terroriste. Le processus de la réforme a été ainsi engagé avec pour moment-clé, la tenue le 5 janvier 2015, du Conseil Supérieur de la Défense. En effet, au cours de sa session, le Conseil a entériné la Loi de Programmation militaire. La mise en œuvre de cette dernière s’attèlera à la modernisation de la gestion et de la gouvernance de nos Forces Armées et de Sécurité. Par ailleurs, la conception du Système d’Information des Ressources Humaines a fait faire des avancées assez appréciables de gestion, tout en jetant les bases d’une meilleure maîtrise de nos effectifs », a déclaré IBK, très confiant.

C’est ainsi que le chef de l’Etat s’est dit très optimiste et reconnaissant à l’endroit des partenaires militaires qui opèrent aux côté de l’Armée nationale. Ce soutien dont les résultats se font voir sur le terrain en termes de capacité opérationnel, en matériel roulant et d’autres formes d’équipements, a été vivement salué par le Président de la République.

Le contrat de l’équipement militaire !

« C’est du reste dans un tel cadre qu’a été passé le contrat de fournitures d’équipements qui a défrayé la chronique pendant de longs mois en 2014. Ce marché nous a valu des incompréhensions avec nos partenaires. L’examen profond des textes régissant les marchés publics, notamment la section relative aux dispositifs dits de « secret défense », a amené le gouvernement à relire la loi dans le sens d’une plus grande transparence et efficience des dépenses publiques », dixit Ibrahim Boubacar Kéita. Il poursuit « Toutefois, il y a lieu de noter que le contrat en question ne portait ni sur des marchés fictifs, ni sur des produits superflus. Toutes les commandes qui ont été honorées correspondent à des besoins essentiels et urgents, exprimés par nos troupes éparpillées sur un théâtre d’opérations s’étendant de Nara à Tinzawaten », a-t-il souligné.

Concernant la nouvelle politique de défense, IBK est clair : « je voudrais dire aux forces armées et de sécurité que je ne tricherai jamais avec elles ». Car, « L’objectif premier de nos jours est la lutte contre le terrorisme ».

Quant au dialogue inclusif inter-malien d’Alger, le Président de la République a affirmé que l’armée y joue un grand rôle : «Le processus du dialogue inter-maliens d’Alger reste une opportunité à saisir. Je félicite l’ensemble des Forces Armées et de Sécurité pour leur esprit de discipline vis-à-vis du « Cessez-le-feu » du 23 mai 2014 et pour leur aptitude à se contenir face aux nombreux actes hostiles et de provocation dont elles sont souvent victimes. Oui il faut le reconnaître et le dire avec force et conviction : notre Armée porte en elle les germes de la réconciliation par le seul fait de sa représentativité nationale. Nous ferons en sorte que cette représentativité soit davantage confortée, mais dans la fermeté et dans la rigueur », a –t-il ajouté.

Actualité oblige, les attentats perpétrés au Nord du pays n’ont pas échappé à l’attention du Président.  «Cependant, les mines anti-personnelles tuent pendant que nous dialoguons. Pendant que nous dialoguons, des forces sournoises attaquent nos soldats et ceux de la MINUSMA, comme nous l’avons vécu encore récemment à Nampala, Ténenkou et Kidal. Pendant que nous dialoguons, elles tentent d’ériger Tabankort, Anefis, Almoustarat, Djebock, Tabrichat, Agamor, Tarkint, Aguelhoc et Ersane – que je connais bien et où j’ai passé quelques merveilleux jours – en sanctuaires et en bases arrière. A quelle fin ? Ces attaques sont lâches et elles sont le fait de groupuscules opposés au dialogue. Mais ils ne nous divertiront pas et ne nous feront pas désespérer », a-t-il martelé.

« Je fonde l’espoir que par la grâce de Dieu et le concours des partenaires qui ont toujours été à nos côtés, notre Armée saura se mettre à hauteur de souhait et de défi. Les vicissitudes communautaires, religieuses et régionales nous ont certes emmené à douter par moment, mais par une application rigoureuse et méthodique de la Loi de Programmation militaire, nos Forces Armées et de Sécurité sauront répondre très bientôt à toutes leurs missions régaliennes. L’armée nationale est le socle le plus sûr de confort et de réalisation effective de toute décision politique », dixit IBK, parlant de la loi de programmation militaire.

Alfousseini Togo   

Source: Canard de la Venise

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.