IBK –CMD et Moussa Mara : Un attelage qui risque de faire mouche

A  la veille du scrutin présidentiel du 29 juillet 2018, au lieu d’épiloguer sur le bilan des 5 premières années  d’IBK passées à la magistrature suprême de notre pays, c’est plutôt une obsession en faveur d’un comeback retentissant aux affaires du Président sortant  qui s’affiche chez beaucoup d’activistes politiques. Toutes les stratégies sont minutieusement élaborées pour convaincre le peuple malien du bien fondé d’un second mandat pour le Kankélétigui afin qu’il finisse ce qu’il a si timidement commencé.

Face à des candidats sérieux de la dimension de Soumaïla Cissé, Alou Boubacar Diallo, Oumar Mariko aux prochaines élections présidentielles, les nombreux et inlassables soutiens d’IBK sont entrain de concocter un scénario qui risque de faire mouche. De quoi s’agit-il ?

Cheick Modibo Diarra, ancien premier ministre et président du RPDM est incontestablement un patriote convaincu.

Sa connaissance très appréciable du Mali, son expérience d’ancien chef de l’exécutif, ses nombreux contacts au plan international, son sens élevé de la gestion des ressources publiques sont autant d’atouts qui recommandent à l’entourage immédiat du Président IBK de composer avec un homme d’une telle dimension pour occuper le fauteuil présidentiel à l’issue du scrutin  du 29 juillet 2018. Une fois ce désir comblé, faire de lui le chef du gouvernement en lui remettant les clefs du changement réclamé à cor et à cri par la majorité des maliens.

L’autre pièce essentielle de l’attelage IBK-Cheick Modibo Diarra est sans conteste Moussa Mara, ancien maire de la Commune IV, ancien Ministre de la République, ancien chef du Gouvernement et non moins numéro un du parti Yèlèma.

Il est pressenti pour diriger la nouvelle Assemblée Nationale du Mali qui n’a que trop brillé par son inertie et sa dévotion totale au pouvoir exécutif.

« Ne devient plus député qui le veut dans ce pays » a martelé Mara au cours d’une conférence de presse axée sur les futures élections législatives à la maison de la presse. Ce jour-là, il a dit aux journalistes venus nombreux l’écouter les propos suivants : «  Si nous sommes tous réunis aujourd’hui dans cette salle, c’est pour préparer, tenez-vous bien, les élections législatives à venir. Nous avons constaté depuis fort longtemps que notre parlement est malade, oui malade de ses députés affairistes, de sa soumission totale au pouvoir exécutif, de sa cupidité et de son penchant immodéré vers les intérêts personnels au détriment de ceux du peuple qui l’a mis en place et auquel il est tenu de rendre compte. Nous voulons mordicus voir émergée une nouvelle race de députés patriotes, honnêtes, désintéressés, compétents, consciencieux ayant toujours un regard critique et non complaisant sur l’action gouvernementale, travaillant exclusivement pour le peuple et non l’inverse ».

Avec une telle mixture, IBK Président réélu pour un second mandat, Moussa Mara aux commandes du futur parlement, Cheik Modibo Diarra Premier Ministre, le changement tant attendu pourra être une réalité. Avec la pression du peuple, ce trio de choc contribuera à mettre fin aux nombreuses souffrances des maliens et à restaurer la crédibilité du pays tout entier.

Prosper Ky

 

La Révélation

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *