Haut conseil des maliens de l’extérieur (HCME) : La représentativité au sein des institutions au cœur des débats

Le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME)  a tenu du 21 au 23 août 2015 sa 6e conférence statutaire. Les Maliens de l’extérieur, avec un apport financier annuel de près de 300 milliards de F CFA, réclament un député de la diaspora et une représentation honorable au sein du Conseil économique social et culturel (CESC) et du Haut conseil des collectivités.  Le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Tounkara, a promis de le soutenir.

 modibo keita premier ministre habib sylla president haut conseil Maliens exterieur hcme election

 

La 6e conférence du  Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) était présidée par le Premier ministre Modibo Kéita. Il  avait à ses côtés le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Tounkara, et le président du HCME, Habib Sylla.

Les Maliens de l’extérieur estimés à environ 5 millions d’âmes, concourent largement à l’émergence du Mali. Par an, leur apport à l’économie se chiffre à plus de 300 milliards de F CFA.

La présente rencontre avait au cœur des débats, la révision des statuts et règlement intérieur du Haut conseil pour l’adapter au contexte actuel, en les rendant plus exigeant pour l’atteinte de résultats féconds  ainsi que l’élection d’un nouveau bureau exécutif. Etaient également à l’ordre du jour, des communications sur l’accord de paix et de réconciliation et sur la politique nationale de migration.

Dans son discours inaugural, le président sortant du HCME, Habib Sylla, a adressé ses remerciements au président de la République, IBK, et au gouvernement  pour le soutien accordé à la diaspora ainsi que la promotion et la défense des droits et intérêts des Maliens de l’extérieur. Il a rendu un vibrant hommage à l’ensemble des membres fondateurs du HCME, créé en novembre 1991.

Il a rappelé le rôle capital joué par l’Etat lors des crises humanitaires qui ont touché la diaspora, notamment les crises libyenne, ivoirienne, centrafricaine,  et la dernière en date l’expulsion des compatriotes du Gabon, où l’ambassade et le HCME, grâce au concours du ministre des Maliens de l’extérieur, ont permis l’acheminement de ces derniers à Bamako à bord d’autocars.

Il a transmis toutes les félicitations et encouragement des Maliens de l’extérieur au chef de l’Etat, suite à la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, gage d’ouverture des “chantiers de l’espérance pour le Mali d’aujourd’hui et de demain”. Il a remercié aussi le PM Modibo Kéita pour son engagement et sa détermination tout au long de ce processus de paix.

Le président du HCME a également salué l’adoption de la politique nationale régissant la migration, adoptée par le conseil des ministres du 3 septembre 2014 et dont le lancement est intervenu le 19 mai 2015. Une série de mesures qui va désormais réguler la migration.

Le ministre des Maliens de l’extérieur, Abdrahamane Sylla, a d’abord remercié l’ensemble des délégués qui ont répondu présents à cette conférence statutaire. Pour lui, la présence des Maliens de l’extérieur dans presque tous les pays est un atout formidable au rayonnement culturel pour le Mali.

Il a ajouté que leur capacité d’adaptation aux différentes conditions climatiques, leur aptitude à dominer leur environnement, ainsi que leur faculté à parler les langues des pays de résidence sont des gages certains qui expliquent leur réussite.

Le chef du département des Maliens de l’extérieur s’est dit convaincu que les réflexions de cette assise aboutiront à des opportunités  d’affaires et d’investissement dans  notre pays, notamment dans les domaines agro-sylvo pastoral, de la transformation, de même que dans les mines. “La diaspora considérée comme un des atouts majeurs de notre pays, à travers le soutien qu’elle apporte à plusieurs familles et dans la mise en œuvre des politiques publiques, nous leur devons respect et considération”, dira-t-il.

Il a renouvelé son soutien indéfectible à l’endroit de l’ensemble des Maliens de l’extérieur avant de dresser un bilan à mi-parcours  de son département, à savoir le rapatriement de Bangui (2600 personnes), de la Libye (800 personnes, du Gabon et Guinée équatoriale, de l’Arabie saoudite, etc.

Il faut ajouter à ce bilan la libération de 200 personnes des prisons en Libye avec le concourt de l’OIM, plusieurs missions à l’étranger à l’écoute de la diaspora ou en détresse, 307 logements octroyés à des Maliens à l’extérieur lors des attributions des 1552+ 500.

Un important projet est en cours, il s’agit de la mise en place d’une cité des MME.  A ceux-ci s’ajoute,  une nouvelle politique de rapprocher les consulats des compatriotes pour faciliter l’octroi des pièces d’identités. Le MME a aussi remercié les conseils de base des ME de leur franche collaboration et invité les participants à prendre l’engagement à ne pas soutenir l’immigration illégale.

Le PM Modibo Kéita a salué la tenue de cette rencontre statutaire. Il a également reconnu à sa juste valeur la place prépondérante des Maliens de l’extérieur dans l’économie nationale et dans le dispositif de développement local. Il a pris l’engagement de transmettre l’ensemble des messages formulés à l’endroit du président de la République, qui a au cœur de son programme de société des politiques visant l’amélioration des conditions de vie de la diaspora malienne.

Ousmane Daou

Source :  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.