Hamadoun KONATE, Ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire fossoyeur des mutuelles de santé

Les mutuelles de santé constituent depuis quelques années, des acteurs incontournables dans le système de santé dans notre pays. En l’absence de couverture maladie universelle, les mutuelles de santé ont permis de prendre en charge les frais de soins de santé de plusieurs milliers de personnes. Ces personnes sont pour la plupart issues du secteur informel et agricole. Grâce aux mutuelles, cette grande franche de la population malienne (environ 80%) accèdent facilement aux soins de santé.

hamadoun konate ministre solidarite action humanitaire reconstruction nord mali

A ce jour, elles ont non seulement permis d’accroitre significativement le taux de couverture maladie de la population, mais aussi amélioré significativement le taux d’utilisation des services de santé des populations du coup accroître les indicateurs de santé des structures sanitaires.  C’est dire combien, les mutuelles de santé sont importantes dans le système de santé dans notre pays.

Après la mise en place de l’Assurance Maladie Obligatoire et d’un Régime d’Assistance Médicale en 2009 puis, l’adoption, en 2011, de la stratégie nationale d’extension de la couverture maladie par les mutuelles au secteur informel et agricole, l’État s’est engagé dans un processus de réflexion devant conduire à l’Assurance Maladie Universelle à l’horizon 2018.

Si rien n’est fait, cet effet de fait ne sera qu’un lointain souvenir. Car les mutuelles de santé sont aujourd’hui fortement ébranlées.  La faute à Monsieur Hamadoun KONATE, Ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire qui refuse de verser la part de cotisation de l’Etat en termes de cofinancement aux cotisations des mutualistes malgré les cris d’alarme du mouvement mutualiste.

Nonobstant ceux-ci, le Ministre KONATE est resté autiste. Pourquoi ? Cette initiative novatrice et incitative de cofinancer est une démarche entreprise par le Mali afin de « booster » significativement le rythme de développement de la mutualité et d’améliorer le taux de pénétration et par conséquent, améliorer l’utilisation des services de santé. Il nous est même revenu que le Ministre KONATE se soucie peu du mouvement mutualiste, en dépit du rôle combien important joué par le mouvement mutualiste dans la couverture des soins de santé de la population. Sinon comment expliquer son obstination à ne pas verser la part de cotisation de l’Etat ?

De bonnes sources, Jamais un Ministre de la Solidarité n’a aussi torpillé le mouvement mutualiste que Monsieur Hamadoun Konaté.  Et pourtant, l’Etat malien en donnant de l’agrément aux mutuelles a signé une convention avec celles-ci. Dans cette convention, l’Etat s’engage à mettre à la disposition des mutuelles une subvention équivalente à la moitié des cotisations par bénéficiaire pour servir la prise en charge des prestations.

En terme très claire, les adhérents aux mutuelles paient 50% et les autres 50% sont versés par l’Etat aux mutuelles. Ce sont ces cotisations, qui permettent de payer des prestations au niveau des centres de santé, depuis les CSCOM en passant par les CSREF jusqu’aux hôpitaux  régionaux et nationaux. Ils se trouvent aujourd’hui que les adhérents aux mutuelles ont payé toutes leurs cotisations annuelles. Ce sont ces cotisations qui ont permis jusqu’à maintenant à payer les prestations au niveau des structures sanitaires.

Aujourd’hui, les mutuelles manquent de liquidités et sont au bord de l’asphyxie financière. Car, la part de l’Etat pour cette année 2016 n’est pas jusqu’ici versée. Or cette part est très capitale pour les mutuelles de santé. Si cette part, n’est pas versée dans les meilleurs délais, les mutuelles de santé seront dans l’incapacité de payer les frais de prestations de santé de leurs adhérents.

Cette rupture constituera un véritable recul pour notre pays. Et portera en a pas douter un sacré coup à l’atteinte de la couverture maladie universelle à l’horizon 2018. Et le Ministre KONATE en sera le seul responsable et répondra devant le tribunal de l’histoire.

Abdrahamane SISSOKO

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *