Graine de vérité : Enfin un parti présidentiel ?

La tenue les 22 et 23 octobre du 3ème congrès du Rassemblement Pour le Mali (RPM) se situe à un point nommé. Il augure une nouvelle ère pour la majorité présidentielle, soigne l’image politique du régime et conforte les efforts consentis par le président de la République pour redorer le blason de ce parti après une très pénible traversée du désert.

sidiki-nfa-konate-directeur-general-ortm-congres-rpm

Ces trois ans de gestion ont souffert de la guéguerre prévalant au sein de la formation politique du Chef de l’Etat même. A telle enseigne que, dans une de nos livraisons antérieures nous n’avions pas manqué de poser la question : «qu’est-ce que le président IBK a fait pour avoir un tel parti ? »

Pourtant, après l’avènement d’El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita au pouvoir, bon nombre d’observateurs s’attendaient à ce que le RPM s’affirme comme une force politique inébranlable. Malheureusement dès les élections législatives qui, de peu, suivirent la présidentielle, ses têtes de proue ont commencé à se manifester plus en adversaires qu’en coéquipiers.

Des clans font leur apparition. Tout le monde se dit fondateur du RPM. Du coup, le soutien au Président est devenu secondaire, le principal étant de se positionner par rapport à  l’ancienneté au sein du parti. Cela fut sources d’inimitiés au moment où le gouvernement  traversait des épreuves de gestion et exigeait une forte cohésion autour de l’exécutif.

L’opposition dans ses critiques, ne s’en prenait  plus au parti au pouvoir, mais, plutôt, au président de la République lui-même, fragilisé parce que sans soutien réel, sans aucun bouclier politique autour de lui.

De report en report, le congrès a pu, finalement, se tenir. Cela suppose qu’à l’interne, des divergences ont été contenues, qu’un consensus a pu s’établir pour plus de solidarité et de convergences de points de vue. Au cas où cela s’avérerait, l’espoir est permis, le parti au pouvoir ne disloquera pas. Ses plaies seront pansées et ceux qui auront la mission de le diriger désormais sauront que rien d’efficace ne peut se réaliser avec succès sans la prise en compte de l’apport des uns et des autres.

La réussite de ce congrès, baliserait le terrain pour le Président IBK à la conquête d’un second mandat. Cela, en raison du fait qu’il pourrait s’adosser à un parti au sein duquel règnerait l’ordre, l’intérêt national valorisé au détriment des intérêts personnels.

Cette fois-ci on peut estimer qu’au sein du RPM les trublions seront désormais relégués au second rang, que le RPM servira de locomotive  pour entrainer la mouvance présidentielle vers la voie du succès. Sans cela, ses chances de victoire en 2018 resteraient très aléatoires.

Moustapha Diawara

Source: Le Sursaut

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *