Gouvernement : Un grand amateur au ministère de la réconciliation Nationale

La junte au pouvoir continue de se foutre de la « gueule » des maliens à travers ses représentants dans le gouvernement qui se mélangent les pédales (ce qui était prévisible, la politique n’étant pas une chose militaire) et qui risquent, si rien n’est fait, d’enfoncer davantage le Mali ! Sur ce registre, le colonel Wagué est à suivre de près, tout indiquant que c’est un grand amateur ignorant complètement les enjeux liés au contenu de l’accord d’Alger !

 

Le ministre de la Réconciliation Nationale, le colonel Ismaël Wagué, qu’on croyait pourtant être en mesure de voir au-delà du bout de son nez, s’hasarderait aujourd’hui sur des braises dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord d’Alger, et cela au mépris des lignes rouges tracées par les maliens.

Il présidait, le mardi 24 novembre 2020 à l’ex-Crès de Badalabougou, les travaux des journées de planification sur l’accord pour paix et la réconciliation au Mali, avec à ses côtés les ministres de la Jeunesse et des Sports, des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, des parties signataires de l’accord. Il indiquera à cet effet que le gouvernement, à travers son département, prend à bras-le-corps la mise en œuvre dudit accord qui est une priorité de la feuille de route de la transition.

Pour lui, la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation est consignée dans les priorités du plan d’action du gouvernement de transition qui travaille, si l’on s’en tient à ses propos, à l’élaboration d’une Feuille de route actualisée de mise en œuvre de l’accord en adéquation avec le calendrier de la transition, comme recommandée par la 41ème session du Comité de Suivi de l’accord à la partie malienne, d’où ces journées de planification pour l’élaboration de cette feuille de route consensuelle sur la base d’un chronogramme indicatif.

Sommes toutes des actions prioritaires dont la mise œuvre permettra d’accélérer le processus de paix, de sécurité et de développement pour la stabilité nationale, sous régionale et internationale. Le pire pour ce colonel de l’Armée de l’Air qui a désormais pris goût au confort des salons feutrés, c’est qu’il s’est même permis d’insulter les maliens, arguant, pour ce qui concerne justement la mise en œuvre de l’accord que : « On a été intelligent pour mettre en place l’accord en 2 ans et immature pour le mettre en œuvre en 5 ans ».

Source : Le Soir de Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *