Gouvernance en noir sous IBK: Le ciel serait-il tombé sur le Mali

Depuis son l’accession d’IBK à la Magistrature suprême, les Maliennes et les Maliens ne voient que du noir. Le ciel s’est assombrit pour eux, l’espoir s’éloigne d’eux et le rêve d’un lendemain meilleur devient de plus en plus un mirage pour eux. Destination inconnue à bord du Bateau-Mali. Les jours, les semaines, les mois se suivent et ressemblent : chaque moment vient avec son lot de malheurs, de gaffes et de scandales.

ibrahim boubacar keita ibk president discours allocution

Des frasques dans notre pays, il y en a chaque jour que Dieu fait. Ayons le courage de le dire, «au Mali, en matière de mauvaise gouvernance, les jours se suivent et se ressemblent». Alors qu’on croit en découdre aujourd’hui avec un scandale, voilà un autre plus gros que le précédent qui est décrié le lendemain. Et cela, sous le règne du Kanguélétigui IBK.

On a comme l’impression comme  que le pouvoir rend aveugle et dingue, dès qu’on l’obtient. Tel semble être le cas d’IBK. Alors qu’il n’était pas président de la République du Mali, lors des campagnes (il en a fait plusieurs), IBK promettait aux Maliens monts et merveilles. Il avait même juré (Inch Allah) de ne jamais négocier avec les rebelles armés qui écument notre septentrion, mais de mater ces «apatrides» qui veulent la déchéance de notre pays. Mais, une fois au pouvoir, il a vite déchanté, allant même jusqu’à libérer certains rebelles et terroristes qui ont fini par lui faire allégeance en devenant militants de son parti, le Rpm, afin  d’avoir des postes à l’Hémicycle et ailleurs. Où sont donc passées la rigueur et la fermeté de notre cher président national ?

Pis, avec le président IBK, les scandales de tous genres sont devenus une mode de gouvernance. La bonne pour lui ! Premier scandale de taille : affaire de l’achat de l’avion présidentiel. Là, le Fonds monétaire international sort sa hache. Fort heureusement, cette institution monétaire l’a vite retirée.

Second scandale ; l’affaire d’achat d’armements pour l’armée. Sur ce point, jusqu’au jour d’aujourd’hui, c’est le flou et l’informel qui entoure ce dossier.

Sans oublier l’affaire «Michel Tomi» dans laquelle l’image du président IBK a été sérieusement écornée.

Que faut-il aussi dire, des scandales portant sur les engrais frelatés, l’achat des tracteurs subventionnés, l’attribution des logements sociaux…

Et aujourd’hui, c’est l’affaire des Autorités intérimaires qui fait des morts, c’est qui Kidal qui risque de brûler. Où allons-nous à cette allure ?
Que Dieu sauve le Mali !

Source: Le Dénonciateur

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *