GOODLUCK JONATHAN NE PASSE PAS SOUS SILENCE LA DÉMISSION DES DÉPUTÉS CONTESTÉS : COMMENT LE PRÉSIDENT IBK COMPTE RÉSOUDRE CETTE DIFFICILE ÉQUATION ?

La question relative à la démission des 31 députés de l’Assemblée Nationale, y compris le président de l’Institution, l’honorable Moussa Timbiné constitue une sorte d’arrête dans la gorge du Président IBK et son régime. Le médiateur désigné par la CEDEAO, l’ancien Président du Nigéria, M. Goodluck Jonathan a mis à profit son séjour dans notre pays pour mettre l’accent sur ce volet qui est un goulot d’étranglement.

Selon le président en exercice de la CEDEAO, M. Mahamadou Issoufou, la crise politique au Mali a été déclenchée par l’arrêt de la Cour Constitutionnelle sur les élections législatives des mois de mars et avril 2020.

Il pense que c’est sur cette base qu’est né un mouvement de contestation qui exige, entre autres, la démission du Président de la République, ce qui est contraire aux dispositions du Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, dispositions qui constituent des principes constitutionnels communs à tous les Etats membres.

Pour résoudre cette crise socio-politique, les Chefs d’Etat de la CEDEAO touchent du doigt plusieurs points. En ce qui concerne la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle conformément aux dispositions constitutionnelles du Mali, ce problème a été résolu par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Une nouvelle équipe a été mise à la tête de cette Institution. Par ailleurs, l’aspect relatif à la démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée, y compris (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU JEUDI 13 AOÛT 2020

Tougouna A. TRAORE

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *