Gestion de la transition : Faire de IBK sans IBK, nouvelle ligne rouge du M5-RFP !

Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a tenu, le samedi dernier au siège de la Centrale Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), sa première Assemblée générale depuis la chute du régime IBK. Choguel Kokalla Maiga et ses camarades qui ont pris acte de la décision du désormais ancienne  autorité morale du mouvement, Mahmoud Dicko, de retourner à la mosquée, ont indiqué que  leur nouvelle ligne rouge, c’est de faire  IBK sans IBK.

Le M5-RFP est, certes, affaibli, mais n’est pas mort. C’est en tout cas ce qu’ont fait comprendre ses militants lors de la dernière assemblée générale.

A l’entame de ses propos, le président du comité stratégique, Dr Choguel Kokalla Maiga, a exprimé sa satisfaction pour la démission du Président IBK et son gouvernement. « Nous devons tout d’abord vous dire toute notre fierté́ et vous transmettre les milliers de messages de remerciement et de félicitations, pour ce que vous avez entrepris et réussi sous le regard admiratif de l’Afrique et au-delà̀ du monde entier. Peu de gens croyaient que les mains nues, dans le respect de la loi que vous auriez obtenu le départ de l’ancien président. Voilà̀ que IBK est parti », a-t-il laissé entendre. Il a également profité de l’occasion pour rendre hommage aux personnes mortes dans le combat pour un « Mali nouveau ».

Le M5 lance des pierres dans le jardin du CNSP

Le M5-RFP n’a pas pardonné au CNSP qui l’a driblé dans le processus de mise en place de la transition. Dr Choguel revient sur les pratiques qui ont conduit au divorce entre les deux mouvements : le M5-RFP et le CNSP. «Et croyez-nous chers militantes et militants, nous n’avons été dupes de rien et rien ne nous a surpris », indique l’ancien patron de l’AMRTP. Selon le mouvement hétéroclite, l’ex-junte n’a respecté aucun de ses engagements depuis le 18 août, jour du coup d’État. « Tous les engagements pris, même sous serment d’officier, ont été violés ; les conclusions des concertations sur la Transition ont été falsifiées ;le Président et le Premier de Transition ont été choisis par malice et fraude ; les textes régissant la Transition n’ont respecté́ aucune règle », a-t-on lu dans la déclaration du M5-RFP. Pour le mouvement contestateur, les attentes du peuple malien après la démission d’IBK n’ont pas abouti. «Ce qui ne pouvait manquer d’arriver arriva et se constatera tous les jours un peu plus : en quelques semaines l’espoir s’est transformé́ en défiance, la confiance en déception et la Transition s’achemine vers une inéluctable impasse », a déclaré martelé Dr Choguel Kokalla Maiga.

Faire de IBK sans IBK, la nouvelle ligne rouge du M5-RFP

Malgré qu’il ait été déçu du CNSP, le M5-RFP promet de se battre à bras le corps pour la réussite de la transition. Or, cela passera forcément par le vrai changement, aux dires du Docteur en télécommunication. C’est pourquoi le mouvement hétéroclite a décidé de faire  son objectif : empêcher la continuité du système IBK qui risque de faire échouer la transition. « Nous ne laisserons personne empêcher l’émergence d’un Mali nouveau. Nous n’accepterons pas la restauration en cours. Nous dénoncerons et combattrons les complots de plus en plus manifestes contre notre peuple. En un mot nous ne laisserons personne perpétuer le régime de IBK sans IBK », a déclaré l’ancien patron de l’AMRTP.

Mahmoud Dicko n’est plus l’autorité morale du M5

L’imam de Badalabougou que certains qualifient de « Messi » , Mahmoud Dicko, a finalement clarifié sa position. Il n’est plus l’autorité morale du M5-RFP. C’est en tout cas ce qu’explique la déclaration du mouvement. «C’est le lieu pour nous de prendre acte de l’annonce de l’Imam Mahmoud Dicko de se consacrer désormais à sa mission de guide religieux. Il a d’ailleurs décidé de s’exprimer lui-même sur ce sujet au moment opportun », a déclaré Dr Choguel Kokalla Maiga.

Comment le M5-RFP compte aboutir à la refondation du Mali

Même si certaines de ses composantes ont claqué la porte, le M5 se dit déterminé  à obtenir le changement pour la Refondation du Mali. « Oui, dans les organes et institutions ou en dehors nous imposerons une Transition de rupture avec l’ordre ancien est ses pratiques assassines contre notre Peuple », a déclaré le parolier.

A en croire Dr Choguel Kokalla Maiga, ils réussiront la  refondation du Mali à travers un ancrage durable du Mali dans la paix, la sécurité́, l’unité́ nationale, le recouvrement de l’intégrité́ du territoire national et de la souveraineté́ du Mali ; un gouvernance vertueuse : fondée sur une lutte implacable contre la corruption, le traitement diligent des rapports de vérification (ceux disponibles et ceux élaborés pendant la transition) ; l’audit des finances publiques,des institutions de la République , des ministères et grandes structures publiques et de l’aliénation du patrimoine de l’État ; une  consolidation du système démocratique malien : réformes politiques et institutionnelles ; organisations d’élections crédibles ; une consolidation de l’État de droit : procès de crime de sang ; réforme et renforcement des capacités de la justice ; accès à et bonne distribution de la justice ; une amélioration des conditions de vie des populations par, entre autres mesures, le retour de l’État sur l’ensemble du territoire national, la relance de l’économie et le soutien aux secteurs sinistrés par le Covid-19.

Il faut préciser qu’une partie des membres de la CMAS était présente à cette assemblée générale même si l’imam a décidé de retourner dans la mosquée.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *