Financement du G5 Sahel : le coupé détalé de l’OTAN

Le texte du Conseil de sécurité sur le G5 Sahel dit ceci: «… C’est aux États du G5 Sahel qu’il incombe de donner à la FCG5S les ressources dont elle a besoin ».

ibk ibrahim boubacar keita mohamed ould abdel aziz mauritanie mahamadou issoufou niger rock mark christian kabore burkina faso emmanuel macron francais sommet g5 sahel

C’est à se frotter les yeux à deux fois pour être sûr qu’on a bien lu la phrase tellement que la formulation est surréaliste.

En effet, si une situation est unanimement reconnue aujourd’hui au monde, c’est le fait que c’est la destruction de l’Etat libyen qui est la cause du développement du terrorisme au Sahel ainsi que de la vague migratoire sur l’Europe à partir de l’Afrique.

Cette destruction de l’Etat libyen est le fait de l’OTAN et des monarchies arabes dont le Qatar qui se voit accusé aujourd’hui, dans un grand déballage, d’utiliser le terrorisme comme instrument de politique étrangère.

Nous savons tous que c’est Al Qaida qui a fait le travail au sol en Libye pendant que l’OTAN faisait le boulot aérien.

A l’époque, les Etats africains qui avaient trouvé un agenda politique pour une sortie de crise crédible pour la Libye, n’ont pas été écoutés. Pourtant, ils avaient prévenu que la destruction de l’Etat libyen aurait des conséquences graves dans la région.

On connaît la suite ,à savoir : l’assassinat de l’ambassadeur américain à Benghazi, l’attentat de Manchester dont le responsable venait de la Libye, la vague des migrants sur l’Europe transformant la Méditerranée en cimetière, Daesh en Libye, la déstabilisation du Mali, le développement du terrorisme dans le Sahel etc… Un rapport du parlement britannique l’a prouvé.

Pour tous ces pays de l’OTAN, ne pas payer est tout simplement inacceptable car,  ils sont responsables de la situation au Sahel.

Ils ont détruit une organisation étatique pour le remplacer par le chaos en tournant le dos.

C’est du coupé détalé.

Abdoulaye Simpara

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *