Etats généraux de la décentralisation : Améliorer la gouvernance pour un développement équilibré

IBK etats generaux

Les états généraux de la décentralisation ont pris fin, mercredi dernier, au Centre international des conférences de Bamako, après trois jours d’intenses réflexions. L’objectif de ces assises était d’améliorer les finances locales et parachever le processus de décentralisation en cours depuis la 2e République avec Ousmane Sy comme chef de la mission de décentralisation. Les travaux se sont clos mercredi sous la présidence du Premier ministre Oumar Tatam Ly en présence du ministre Moussa Sinko Coulibaly chargé de la décentralisation et plus de 600 participants venus des quatre coins de la République.

La décentralisation constitue un apprentissage de la démocratie, une école de participation. Le développement à l’échelle locale est un tremplin pour le développement du pays. A travers ces mots, l’on comprend aisément l’utilité des collectivités territoriales, et surtout, tout le sens donné aux assises qui viennent de se tenir.

 

Dans son discours de clôture, le Premier ministre Oumar Tatam Ly a invité chaque acteur à jouer pleinement sa partition afin de redonner à notre pays son prestige d’antan.

 

Des sessions en plénière et en groupe étaient à l’ordre du jour autour d’une douzaine de thèmes relatifs à la gouvernance, au renforcement de la démocratie, au renforcement des services de base, à la prévention  et gestion des conflits de base, au développement local, au financement des collectivités, au renforcement des transferts de compétences…

 

Au total, plusieurs recommandations ont été prises, entre autres, la promotion de la culture de la bonne gouvernance, la dotation des collectivités en moyens leur permettant d’assurer pleinement leurs prérogatives, l’élargissement de l’assiette fiscale, et l’amélioration des recouvrements à l’échelle locale, l’amélioration de la gestion des fonctionnaires des collectivités locales par la formation, le transfert effectif des ressources de l’Etat aux collectivités, etc.

 

Dans son discours de clôture, le Premier ministre Oumar Tatam Ly a indiqué que le gouvernement accordait une importance capitale à ces journées de réflexion sur la décentralisation.

Mais, c’est le président du Haut Conseil des Collectivités Oumarou Mohamed Ag Ibrahim qui a évoqué l’un des aspects les plus importants de la décentralisation : le statut des élus locaux, dimanche sur l’ORTM. Il a déclaré que toutes les dérives sont dues au fait des élus… Il a par exemple souhaité que le métier de maire soit l’apanage des anciens fonctionnaires ou des personnes expérimentées ayant souci du Mali. Avant de s’interroger : « Combien d’anciens ministres sont des maires ?

 

 

Source: Le Matinal

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *