Entente partielle trouvée entre Majorité et Opposition pour la gestion du pouvoir : Le PM favorable à l’accord politique et la feuille de route proposés par les trois blocs politiques, mais…

Accord politique, feuille de route claire… les deux points qui faisaient objet de débats et conditions sine qua non de l’entrée de l’opposition dans le gouvernement semblent être résolues. Mais une autre question difficile à résoudre surgit.

Mercredi dans la nuit, les premiers responsables des trois blocs politiques (EPM-FSD et COFOP) respectivement Bocari Treta, Soumaïla Cissé et Housseini Amion Guindo ont eu un tête-à-tête sincère. Les conclusions sont claires : un terrain d’entente est trouvé sur la question de l’accord politique et la feuille de route. Ils devraient informer leurs bases respectives sur le sujet hier dans la journée et ensemble l’entériner. L’EPM se serait réunie dans la matinée ; FSD et COFOP, selon nos informations, devraient se voir dans la soirée.

Du côté du Premier ministre, informé par Bocari Treta, Dr Boubou Cissé serait favorable au contenu de l’accord politique et la feuille de route. Ce qui veut dire qu’une étape importante vient d’être franchie afin d’aboutir à un gouvernement de mission dans les prochains jours.

Des deux camps de l’opposition, des sujets seraient toujours sur la table de discussion. À savoir le statut du chef de file de l’opposition. Si Soumaïla Cissé accepte que son front entre dans le gouvernement, il risquerait de perdre ce poste si stratégique qui lui a permis de faire valoir son sens élevé de patriote, de démocrate et de républicain pendant plus de cinq ans. Est-ce que cela l’arrange ? C’est là toutes les interrogations.

En marge de cette observation, il y a la question des radicaux dans les deux blocs politiques (FSD-COFOP). Tiébilé Dramé, Moussa Sinko Coulibaly, Koniba Sidibé… accepteraient-ils d’entrer dans le gouvernement après tant de moments de critiques acerbes à l’endroit du régime IBK pour mauvaise gouvernance ? Difficile d’y croire !

Ces différents sujets devraient trouver leurs réponses hier soir au niveau des différents camps.

Le plus difficile à résoudre c’est le cas du statut du chef de file de l’opposition. Selon nos informations, si dans le camp du FSD la question n’a pas de réponse favorable, il y aura divorce entre ce 1er bloc de l’opposition et le second, la COFOP, qui semble être dans de très bonne disposition à accompagner le Premier ministre dans les missions à lui assignées par le Président de la République. En ce moment, la COFOP gérera les affaires de l’État avec l’EPM.

Boureima Guindo

Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *