En visite dans la 3e région : Sikasso découvre Michel Hamala Sidibé, le pragmatique

Lors d’une visite hier à Sikasso, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, a donné le ton du renouveau de la Santé, à travers une vision à trois piliers : restauration de la confiance entre prestataires et utilisateurs de soins, bligation de résultats, et obligation de rendre compte.

Ce dimanche 21 juillet 2019 à Sikasso le ministre Sidibé a visité les services relevant de son département. L’objectif de cette visite était de s’enquérir des conditions de travail du personnel.

C’est sous une forte pluie que le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé a commencé sa visite des structures relevant de son département et cela par l’hôpital de Sikasso où il s’est rendu au centre d’hémodialyse dont 9 générateurs sur 12 prévus sont fonctionnels. Le centre d’hémodialyse de l’hôpital de Sikasso est pour le moment le seul centre décentralisé fonctionnel au Mali. Il prend en charge les malades souffrant de problème de reins de toute la région de Sikasso qui compte plus de 3 millions d’habitants. Le centre dispose d’une unité de traitement d’eau potable et usées ( pour la dialyse de chaque patient, il faut environ 250 litres d’eau). Ensuite, le ministre s’est rendu à l’unité de coelio-chirurgie du bloc opératoire. Opérationnelle depuis le mois de mai dernier, cette unité dispose d’un appareil de dernière génération appelé la colonne de coelio-chirurgie qui a permis de réduire le temps de l’hospitalisation des malades à l’hôpital après l’opération (3 jours contre 15 auparavant). Cette unité est une première au Mali, délocalisée dans une capitale régionale. Après l’Hôpital, le ministre de la Santé et des Affaires Sociale s’est rendu au centre de santé communautaire(CSCOM) de Sanoubougou disposant d’un centre de formation universitaire dans le cadre du projet Déclic, financé par le Canada, qui vise la formation des professionnels de santé au Mali. Le centre reçoit environ 200 stagiaires par an dont 8 de la Faculté de Médecine. La maternité dudit CSCOM fait en moyenne 5 accouchements par jour. Après Sanoubougou II, la délégation conduite par Michel Hamala Sidibé a visité la pédiatrie du Centre de santé de référence( CSREF) de Sikasso.

Pour terminer sa séries de visites dans la capitale du Kénédougou, il a visité successivement les locaux des directions régionales de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS); de la Caisse malienne de la sécurité sociale (CMSS); de la direction régionale du développement social et de l’économie solidaire. Partout où il est passé, des problèmes lui ont été notifiés. Il s’agit, entre autres, de l’insuffisance d’appareils pour le centre d’hémodialyse de l’hôpital de Sikasso; du manque d’oxygène pour la pédiatrie du CSREF de Sikasso ; l’absence de formation pour le personnel de la coelio-chirurgie; du manque de personnel pour la direction régionale de la CMSS.

Le ministre Michel Hamala Sidibé s’est réjoui de la prise en charge correcte des malades souffrant de problèmes de reins par le centre d’hémodialyse de Sikasso dont les capacités, selon lui, doivent être augmentées afin de réduire les évacuations sur Bamako. Il a salué les agents de santé de Sikasso pour leur dévouement tout en les exhortant à mettre les patients au cœur de leurs préoccupations. Le ministre Sidibé a aussi remercié le Canada pour son initiative au niveau du CSCOM de Sanoubougou II. « Ce centre de formation, financé par le Canada, est une bonne initiative qui nous permet de transférer les compétences au niveau communautaire. Après la formation, ces agents formés sont prêts à travailler au niveau décentralisé. En visitant la pédiatrie du CSREF, nous voyons que l’espoir est permis, parce que même dans des conditions difficiles, les bonnes dames travaillent avec résilience avec près de 60 enfants cpris en charge par jour. Il faut penser à la rénovation de ce service », a déclaré Michel Hamala Sidibé.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *