Elections communales en commune V: Peu d’engouement chez les électeurs

En commune V du District de Bamako, plus précisément dans les centres de vote des quartiers de Torokorobougou et Quartier-Mali, la journée électorale du 20 novembre dernier aura été marquée par une faible affluence des électeurs. Ce qui traduit le peu d’engouement que les populations avaient pour ces joutes électorales qui avaient lieu pour changer les conseils municipaux en fin de mandat depuis un bon moment, mais maintenus en place à travers la prorogation de leurs mandats.

election-communal-presidentielle-legislative-scrutin-urne-vote-mali

Les élections communales du 20 novembre dernier ont permis de faire un constat : Le peu d’engouement des populations de la commune V pour les élections de proximité.  Ce qui s’est traduit par une faible affluence de ceux-ci dans les différents centres de vote de la commune V, particulièrement les centres de vote de Torokorobougou et du Quartier-Mali. Un tour dans les centres de vote de ces quartiers nous a permis de le constater. Les électeurs ne s’y bousculaient pas et en plus, nombreux sont les bureaux de vote où les agents électoraux étaient presque désœuvrés.

Selon des agents électoraux avec lesquels nous avons échangé au niveau de certains centres de vote, cette situation s’explique par le fait que les populations sont découragées par la chose politique après les élections présidentielles et législatives de 2013.  Pour eux, les populations n’ont pas encore vu les grands changements qui leur ont été promis lors de la campagne pour ces élections. C’est pourquoi, nombreux sont ceux qui ont préféré ne pas prendre par à ces élections, car déçus aussi par le comportement de leurs maires.

Pour un votant au Quartier-Mali, les populations ne sont plus motivées pour les élections car  les candidats ne tiennent pas leurs promesses une fois élus. «  On demande chaque fois, la participation massive des jeunes mais  ce sont toujours les mêmes personnes qui se maintiennent au pouvoir oubliant les préoccupations des jeunes. », a-t-il expliqué. Selon lui, de nos jours, pour être élu, il faut avoir de l’argent car les projets de société ne suffisent plus.

A l’école fondamentale de Torokorobougou centre B de vote, l’affluence n’était pas également au rendez-vous de l’ouverture des bureaux jusqu’à  14 heures. C’est dans l’après-midi que les partis politiques ont procédé  à la  mobilisation de leurs troupes.

Selon Kalifa Sanogo, mobilisateur pour le compte d’un parti dont nous tairons le nom, les gens sortent mais difficilement.  C’est pourquoi, ils sont allés les mobiliser jusque chez eux afin qu’ils puissent aller accomplir leur devoir citoyen.

Selon certains présidents de bureaux de vote à l’école ‘’B’’ Torokorobougou, il n’y a pas eu d’incident  chez eux lors de cette élections. Et les électeurs ne sont pas sortis nombreux.

« Nous avons  6 bureaux de vote et dans ces bureaux de vote sont inscrits dans chacun 482 électeurs. Sur ces 482 électeurs, certains bureaux n’ont pas atteint une centaine de votants, or les élections communales sont des élections où la population vote pour leurs connaissances. Les gens ne sont plus intéressés par le vote  », ont-ils regretté.  Mais, paradoxalement pendant ce temps, au centre de vote du centre du Quartier-Mali, certains bureaux avaient fini avec leurs premiers carnets avant midi suite à une grande mobilisation des candidats.

Selon Issa Samaké, président du centre de vote du Quartier-Mali, il n’y a pas eu d’incident et malgré le manque d’engouement et de motivation des populations, certains bureaux de son centre ont connu un peu d’affluence.

« Nous avons 17 bureaux de vote. Pour ces élections, les électeurs ne sont pas du tout motivés. Mais à 15 heures déjà, certains bureaux de vote avaient fini deux carnets. », a-t-il signalé. Selon lui, le  manque de motivation de la population joue énormément sur le vote.

Face au manque d’affluence des électeurs dit-il, certains partis politiques ont dû recourir à l’ancienne méthode qui est de mobiliser les gens financièrement.

« Où allons-nous dans ce pays ? Qui sont les corrompus, les politiciens ou les électeurs ?. Il est temps que la population arrête de vendre son âme au diable. », a ajouté Issa Samaké. Gangaly Tounkara, tête de liste de l’UDD en commune V s’est réjoui que le scrutin se soit passé sans incident. Mais il a déploré, lui aussi, le manque d’affluence des électeurs. Ce qui aura un impact certain sur ces élections.

 

 Aoua Traoré

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *