Elections communales : Destruction de matériels et disparition d’hommes constatées

Selon le Consortium des organisations de la société civile pour l’observation du processus électoral, il a été constaté au niveau de certaines communes du nord des incidents lors de l’élection communale du 20 novembre. A Bamako, le consortium qui était face à la presse le 21 novembre, a révélé que dans les régions de Mopti, Gao et Ségou des incidents de nature sécuritaire ont conduit à la destruction du matériel électoral, la disparition des membres de bureau de vote et l’annulation du scrutin.

electeur-election-communal-legislative-presidentielle-scrutin-vote-campagne

Sur la base du rapport des 750 observateurs déployés sur le terrain par le consortium, l’insécurité dans les régions du nord a empêché la tenue du scrutin. C’est plusieurs communes qui sont concernées en plus des 15 déjà annoncées par les autorités administratives avant le scrutin. Dans la région de Tombouctou, 12 sur les 14 communes de Goudam n’ont pas voté; 3 sur les 8 communes de Niafunké ont été privées d’élection, tandis qu’à Rharous les localités de Serele et Hanzakoma sont aussi concernées.

Selon Demba Tounkara, le président du consortium, dans la région de Gao les communes de Tassalit, N’Tilit et Gabero n’ont pas voté. Quant à la région de Mopti dans le centre du pays, entre autres localités qui n’ont pas eu de scrutin, il y a Diafarabé, Dia, Sokorodia, Diodori, Sougoulbe, Koureihondo, Gouroguire, Diaka et Soucoura.

Le consortium en question est constitué de la Jeune chambre internationale Mali, du Réseau plaidoyer et lobbying et de SOS démocratie.  Au regard du résultat de l’observation du consortium, 93 % des bureaux de vote couverts par les observateurs ont été ouverts à 8 heures et le matériel électoral était au complet dans 92% des bureaux de vote observés.

Malgré les incidents soulignés, le consortium estime que le scrutin a connu une bonne organisation dans les zones couvertes par ses observateurs. « Les forces de l’ordre ont été déployées en nombre dans les centres de vote des communes urbaines couvertes. Dans certaines régions du sud et à l’ouest, le scrutin n’a pas connu d’incidents liés à la sécurité », a fait savoir Demba Tounkara lors du point de presse tenu à Bamako.

Soumaila T Diarra

Source : Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *