ÉLECTION ET INSÉCURITÉ AU CENTRE DU MALI

Honorable Belco Bah: «Les terroristes ont déjà donné le mot d’ordre aux villageois de ne pas voter»

 

Répondant aux questions d’un confrère de la place dans une vidéo, l’Honorable Belco BAH, député de l’Union Malienne de Rassemblement Démocratique Africain (UM-RDA) élu à Niono et candidat à sa propre succession a donné son point de vue sur la situation nationale notamment sur l’aspect sécuritaire et les élections législatives.

Ainsi avant de rentrer dans le vif du sujet l’élu de Niono a tenu a présenter ses condoléances à toutes les victimes civiles et militaires, maliennes et étrangères, de la crise que traverse le pays. De son avis, il sera difficile de tenir les élections mais: ‘’le Gouvernement y tient, le Dialogue National Inclusif (DNI) en a décidé ainsi. On va y aller avec toutes les conséquences’’, a indiqué l’honorabae Belco BAH.

De son avis , les nombreux bruits autour des différents reports de l’élection étaient inutiles: ‘’Pendant le DNI, j’étais très très sidéré d’entendre certains propos de la part des responsables à certains niveaux qui accusent l’Assemblée Nationale de tout ce qu’on peut imaginer en termes négatifs. C’est malheureux mais, ça ne va pas du tout nous désarticuler parce que nous sommes sûrs d’avoir accompli la mission qui nous été confiée par le peuple’’. En s’expliquant sur cet aspect, il a indiqué qu’il soit de l’opposition ou de la majorité, tous les députés ont joué leur rôle. Concernant l’aspect sécuritaire, lié quelque part aux interrogations sur la tenue ou pas de ces élections, l’honorable Belco BAH pense: «aucun malien ne peut dire qu’il y a même un minimum de sécurité dans le pays. C’est une situation plus qu’inquiétante surtout dans le centre du pays. Mopti, Ségou, une partie de la région de Koulikoro, Diéma à Kayes, toute cette bande sahélienne est complètement minée. Alors dire qu’on peut faire des élections à ce niveau, je pense que c’est se leurrer. Mais comme le Gouvernement y tient, le Dialogue National Inclusif (DNI) en a décidé ainsi. On va y aller avec toutes les conséquences mais ce qui est sûr, dans ces zones, ça ne peut pas être des élections libres et crédibles. Ça c’est exclu. On va avoir des élections mais elles ne seront pas libres ni transparentes. Mais s’il faut faire des élections pour faire des élections, nous avons été candidat pendant beaucoup d’années, et cette année aussi nous sommes candidat malgré les difficultés, comme c’est tout le monde qui y va”.

Et d’ajouter que le nombre des déplacés est énorme et qu’ils ne peuvent pas retourner dans leurs localités pour voter. Par ailleurs il s’est interrogé sur le fait même d’avoir des présidents de bureau de vote: “Quelque part les terroristes ont donné le mot d’ordre , ils ont dit aux populations que si vous votez parce que l’armée est là , en tout cas le jour où l’armée quitte vous allez partir avec elle, parce que, personne ne peut rester après l’armée . Tout ça, c’est des intimidations. Vous voyez ? les gens qui ont essayé de contester la position de ces terroristes, ils ont été exterminés, qu’est-ce que l’État a fait ? Si tu vas, c’est à tes risques et périls .C’est pourquoi j’ai dit que ca va être extrêmement difficile“. En se prononçant sur les récents massacres à Ogossagou, l’honorable Belco dira: “c’est un message mais surtout une provocation vis- à vis du Président de la République qui a tenu des propos qu’on répète encore“. Il regrette et dit que…

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU JEUDI 20 FÉVRIER 2020

Mahamane TOURÉ

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *