Discours du président Soumaila Cissé a l’occasion de la création du front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD)

Mesdames et Messieurs les chefs de Partis et mouvements politiques, de syndicats, d’associations ;
Mesdames et Messieurs les leaders d’opinion, personnalités de toutes sensibilités ;
Chers invités ;
Chers amis,
Mesdames, Messieurs,

Bienvenue en cette journée historique !
Vous êtes, en effet, les témoins, les acteurs même, d’un événement majeur de la vie de notre Pays.
A vous les candidats ici présents, qui partagez ce choix je vous salue et vous remercie.
A tous les chefs religieux notamment le Chérif de Nioro, l’Imam Mahmoud Dicko et le cardinal Jean Zerbo, nous adressons nos chaleureuses salutations et tous nos remerciements.

Chers amis ;
Au moment où nous entamons une nouvelle phase de notre lutte commune pour la consolidation de la Démocratie dans notre pays,
Je voudrais exprimer ici ma très grande reconnaissance, mes chaleureuses félicitations et mes sincères remerciements à tout le directoire de campagne qui nous a amené à la victoire, à notre victoire, à votre victoire.
Je tiens à dire Merci et Bravo à mon ami Tiebilé Dramé pour son leadership, sa clairvoyance et sa loyauté.
Ma reconnaissance aux partis alliés, aux associations, aux mouvements et clubs de soutien, à vous de la Plateforme, à vous de la coalition à la jeunesse et aux femmes du Mali, leur dévouement et leur engagement ont fait la différence. Merci et Bravo à vous tous.
Je voudrais ici saluer particulièrement nos compatriotes vivant à l’extérieur.
La Diaspora malienne a donné l’exemple aux autres diasporas africaines.
Elle reste à l’avant-garde du combat pour la liberté et la Démocratie.
Enfin, je voudrais saluer la presse malienne et internationale sans oublier les petites mains des réseaux sociaux qui ont relayé avec constance et célérité notre parcours et notre victoire.

Chers amis,
Bientôt 2 mois que notre démocratie est piratée et manipulée par un régime dont la légitimité est plus que jamais contestée tant au pays qu’à l’extérieur.
Bientôt 2 mois que notre République est menottée et emprisonnée par un pouvoir dont les pratiques autocratiques relèvent du non-droit le plus terrifiant.
Bientôt 2 mois que notre Nation se couvre d’un ridicule institutionnel international que le président sorti de la machine à frauder entretient, avec une désinvolture coupable, par son absence de vision et sa propension à privilégier, avec outrance et dans le luxe, son destin personnel et familial.
Bientôt 2 mois que notre Patrie est sacrifiée et oppressée par des violations des droits de l’homme, par des assassinats ou des attaques meurtrières, des humiliations sociales et catégorielles, des montées de haine, des conflits intercommunautaires, des abus d’autorité, des lâchetés administratives et des compromissions mafieuses claniques.
Durant les 3 derniers mois, 58 attaques terroristes, 287 morts plus de 5000 déplacés.
Ce décompte macabre est un signe d’alarme fait par le Secrétaire Général des Nations Unies.
Au même moment, pour le gouvernement il y’a des progrès sensibles.
Oui de tels chiffres et on parle de « progrès ! »

Chers amis ;
Notre Mali ne sera plus notre Mali si nous courbons l’échine devant la loi taillée sur mesure pour et par une minorité prédatrice.
Notre Mali ne sera plus notre Mali si, nous mettons un genou à terre pour vénérer la joie d’une enrichie et cupide élite vouée à faire le malheur et à augmenter la douleur des populations pauvres ou déjà misérables.
Notre Mali ne sera plus le Mali si, nous nous couchons devant la perversion orchestrée de notre démocratie, devant le totalitarisme économique d’une minorité qui n’a d’obsession que son profit, devant la soumission de cette même caste dirigeante à des intérêts terroristes ou indépendantistes qui vont dépecer notre pays.
Notre Mali enfin ne sera plus notre Mali si, gagné par la corruption, la fraude, l’invasion de la peur et de la torture, l’isolationnisme diplomatique, le dictat de l’argent sale, il est perdu pour la liberté.
La déclaration qui vient d’être lue est donc un appel à la liberté, à notre liberté.
C’est un ouvrage de combat ! De combat collectif !
Un combat de résistance contre l’ignominie, l’indignité, l’insécurité, la précarité, la duplicité et la trahison.
C’est notre combat pour notre vie, pour notre avenir, l’avenir de tous les Maliens, de l’intérieur aussi bien que de la diaspora.
Notre combat, nous le menons pour honorer nos aînés qui ont bâti notre pays et nous l’ont transmis pour le fortifier et le grandir.
Car toutes et tous, ici, et demain ailleurs, et de plus en plus nombreux encore, nous sommes habités par cette flamme intérieure patriotique qui nous fait choisir la voie la plus juste.
La flamme de la volonté d’être, de la liberté d’agir et de la dignité retrouvée.
La flamme de dire que le Mali ne peut pas s’infliger à perpétuité des souffrances civiles, économiques et territoriales, encore moins accepter d’être impunément dépecé et écartelé.
Les Maliens ont fait le choix du chemin de la paix, de la concorde : ils refusent d’être privés de leur honneur et de leur unité nationale !

Chers amis,
Nous ne sommes pas seuls, nous sommes des centaines de milliers ! Nos voix porteront plus haut et plus fort notre combat quels que soient les obstacles.
Aucun tourment ni aucune crainte ne peuvent nous envahir.
Le Mali a une histoire légendaire riche de hauts faits.
Le Mali a toujours donné à son peuple et au monde des femmes et des hommes d’une noblesse d’esprit et d’une générosité de cœur remarquables.

Mesdames, Messieurs,
Chers invités,
Soyons, en ces jours sombres, prêts à affronter l’adversité pour forger une nation souveraine, apaisée et prospère!
Soyons fiers de défendre nos libertés, nos valeurs et nos vertus pour faire grandir la démocratie !
Le Mali, par nous et pour nous, continuera de générer des femmes et des hommes, au dedans et au dehors, qui prendront leur part dans ce combat pour la démocratie, la République et la paix.
Vous êtes ces femmes et ces hommes !

Chers amis;
L’Avenir de notre Pays, donc celui de nos enfants, est menacé.
Il nous faut agir, agir vite, agir maintenant !
AGISSONS, ENSEMBLE, POUR SAUVER NOTRE PAYS !
Vive le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie !
Vive le Mali !
Je vous remercie.
Bamako, le 6 octobre 2018

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *