Départ de l’ambassadeur de guinée au Mali : Et si c’était l’effet Gabon ?

L’Ambassadeur Kabinet Condé a vu sa mission prendre fin par une décision probablement motivée par les bruits de bottes récents dans un pays de l’Afrique Centrale très proche de Koulouba.

Durant le mois de janvier 2019, l’actualité africaine aura particulièrement porté sur le putsch manqué du Gabon. En convalescence au Maroc où il a trouvé refuge, l’homme fort de Libreville n’aura pas convaincu par sa sortie du nouvel an. Des jeunes militaires ont donc investi la radio d’Etat pour annoncer un comité transitoire et convier par la même occasion les forces vives à se joindre leur initiative. En moins d’une journée, ils seront neutralisés et mis aux arrêts. Certains y ont laissé leur vie et la détention des leaders reste un mystère.

Sauf que dans la foulée de l’épisode, la Présidence de Conakry a rompu le silence à sa manière, à travers notamment une sortie aux relents diplomatiques et une salve de nominations. Ce qui amène à réfléchir reste le profil de nouveaux diplomates comme le Général Aboubacar Sidiki Camara, directeur de Cabinet sortant au ministère de la Défense ou encore son homologue Fodé Keita, précédemment chef d’Etat-major général de l’armée de terre. Idem pour son adjoint bombardé également d’une accréditation diplomatique et écarté de son corps d’origine.

Le remue-ménage a eu un retentissement jusqu’à Bamako avec le remerciement de l’ambassadeur sortant Kabinet Condé. Son départ est d’autant plus surprenant qu’il a été très actif au Mali. On peut citer entre autres la mise en place du Comité des Guinéens basés au Mali qui est l’équivalent du haut Conseil des maliens de l’extérieur, la soirée du soixantenaire ainsi que les sorties répétées sur les plateaux de nos confrères d’Africable TV.

Ancien préfet de Siguiri à la frontière malienne, il est une figure emblématique du RPG, le parti présidentiel en Guinée. C’est donc le général Fodé Kéita, le désormais ex- chef d’état-major de l’armée de terre qui lui succède comme Ambassadeur au Mali.

Des décisions du FAMA qui montrent bien que ce qui se passe en Afrique Centrale a servi de leçon. L’armée étant ce qu’elle est à savoir la grande muette, les bottes peuvent se faire entendre sans bruit. Cet éloignement programmé de ceux qui pourraient changer de camp en cas d’éventuel maintien au pouvoir a tout son sens. Surtout que le contexte du moment porte sur une continuité avec les mêmes au Palais de Sékoutoureya. Allusion faite au 3ème  mandat au sujet duquel le débat se cristallise entre acteurs sociaux et politiques du côté de Conakry et environs.

A moins de deux ans de la fin de son second mandat présidentiel, Alpha Condé laisse toujours planer le doute. Il est même parti jusqu’à prolonger de façon indéfinie le mandat des députés qui avait pris fin le 13 janvier 2019. Tout indique, en définitive, que les prochains mois seront riches en événements en Guinée. En attendant, on ne peut que souhaiter la bienvenue au nouvel Ambassadeur en terre africaine du Mali.

Idrissa Keïta 

Le Témoin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *