Dialogue national inclusif : Le Premier ministre donne le top départ des travaux

 Les Termes de référence (TdR) et le règlement intérieur du Dialogue national inclusif ont été valides, lundi, au terme de trois jours de discussions intenses, a constaté l’AMAP.

Les délégués issus des partis politiques,  des organisations de la société civile, de l’admiration d’Etat, du secteur économique, des syndicats, des ordres professionnels, des organisations religieuses et légitimités traditionnelles, des organisations des médias, des jeunes et des femmes. La cérémonie de clôture de l’atelier était présidée par le Premier ministre, Boubou Cissé au Centre international de conférences Bamako.

Après la validation des Termes de référence et du règlement intérieur, la prochaine étape sera l’organisation des concertations au niveau des communes, cercles, régions, du district de Bamako et de la diaspora. Le tout sera bouclé par une réunion de haut ou assises nationales de ce qui est désormais appelé «Dialogue national inclusif».

Le porte-parole des participants, Adama Samassékou, a assuré que les TdR et le Règlement intérieur du Dialogue national inclusif ont été validés :de façon consensuelle dans un climat de sérénité et de grande convivialité « . Il a ainsi dévoilé quelques unes des résolutions formulées par les participants, dont la première est la transformation du Dialogue politique national en Dialogue national inclusif afin que toutes les questions de la Nation soient abordées, sans exception, lors du débat national. «Les participants ont décidé que le débat national ne doit occulter aucun sujet de la vie de la nation. Donc, il n’y aura aucun sujet tabou», a clarifié le porte-parole des participants qui a pris l’exemple sur la pratique de l’esclavage par descendance dans certaines contrées de notre pays.

Selon M. Samassékou, les participants ont, également, décidé de l’appellation «Assises nationales» à la place de la Réunion de haut niveau comme indiqué dans le projet des TdR élaboré par le Triumvirat. « Ce changement est nécessaire pour une forte adhésion des organisations de la société civile au processus du Dialogue national inclusif », a précisé l’ancien ministre de l’Éducation nationale.

Il a ajouté que les réformes institutionnelles, l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, la Loi d’entente nationale, la place de la diaspora dans le développement de notre pays, la place des organisations religieuses et autorités traditionnelles dans la bonne marche de la société et bien d’autres questions liées à la souveraineté nationale figurent dans les TdR validés par les participants.

L’ULTIME PHASE – Le président du Comité national d’organisation du Dialogue national inclusif, Cheick Sidi Diarra, a indiqué qu’avec la validation des TdR et du Règlement intérieur, c’est une nouvelle phase du processus qui s’ouvre, à savoir la phase décentralisée. Cette étape sera marquée par des concertations au niveau des communes, des cercles, des régions, du district de Bamako et de la diaspora. Les différentes contributions thématiques et résolutions issues de ces concertations à la base seront examinées aux Assises nationales, réunion considérée comme l’ultime phase du Dialogue national inclusif.

Dans son discours de clôture, le Premier ministre a vivement salué le consensus qui a prévalu à l’adoption des TdR et du Règlement intérieur du Dialogue national inclusif. Il a assuré que les TdR, une fois remis en forme, seront mis à la disposition de tous les Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur, afin que chacun s’en approprie. Dr Boubou Cissé a salué les participants à l’atelier qui ont réellement montré leur volonté de trouver des solutions aux problèmes qui assaillent le Mali depuis des années.

«Le gouvernement, tout comme les acteurs socio-politiques, a le souci de sortir notre pays de l’ornière…L’Etat fera tout pour le bon déroulement du Dialogue national, car il s’agit, réellement, de débarrasser le Mali des maux qui le minent», a-t-il déclaré, tout en souhaitant que l’exercice se fasse dans la diplomatie, dans la considération des uns envers les autres et, surtout, dans le respect de la Constitution.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a dit qu’il attend les conclusions du Dialogue national inclusif pour les prendre en compte dans sa Déclaration de politique générale du gouvernement devant l’Assemblée nationale. Cette annonce a reçu une longue ovation dans la salle.

La cérémonie de clôture de l’atelier de validation des TdR a donné lieu au lancement officiel des travaux du Dialogue national inclusif par le Premier ministre. Il a saisi l’occasion pour inviter « les Maliens à y participer dans un esprit de démocratie et de patriotisme ».

MK/MD 

Source: AMAP

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *